Les bords de Seine du Plessis-Chênet à Évry

Une randonnée Le Coudray-Montceaux créée le samedi 18 novembre 2017 par 6serge3. MAJ : jeudi 17 janvier 2019

Les bords de Seine et la ville de Corbeil ont un riche passé historique et industriel évoqué dans cette randonnée. Entre autres : Rois et Reines de France, hommes illustres, événements historiques, établissements industriels prestigieux. C'est également une randonnée où, malgré une urbanisation croissante, la nature et de beaux paysages sont toujours présents .

Fiche technique
Durée Durée moyenne: 3h45[?]
Distance Distance : 12.79km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 26m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 46m
Point haut Point haut : 59m
Point bas Point bas : 31m
Moyenne Difficulté : Moyenne
Retour point de départ Retour point de départ : Non
A pied A pied
Commune Commune : Le Coudray-Montceaux (91830)
Départ Départ : N 48.573697° / E 2.479622°
Arrivée Arrivée : N 48.634528° / E 2.452232°
Carte Carte IGN (cliquez-ici pour commander) : Ref. 2415OT
Téléchargez : -
Promenade en famille sur le Port L’Écluse d'Evry Un éclusage. Un éclusage

Description de la randonnée

Départ de la Gare du Plessis-Chênet (ligne D du RER). Il est également possible de démarrer de l'Écluse du Coudray-Montceaux, située juste en dessous.

(D) Descendre pour gagner le chemin de halage rive gauche (goudronné). Suivre le chemin de halage en direction de Corbeil (Nord).

(1) Quitter la route goudronnée en prenant le chemin sur la droite qui longe la Seine. Entrer dans un espace protégé et arboré, séparé de la route par un petit muret. C'était le port du Bas-Vignon comme l'attestent la présence de bites d'amarrage, un quai (assez haut) et sur la gauche des bâtiments ruinés qui, malgré leur délabrement, conservent une qualité architecturale certaine.

(2) À la sortie du Port, suivre tout droit le chemin qui longe la Seine. À un embranchement (cote 36), laisser le départ de chemin sur la droite et continuer sur la route (qui s’appelle ici Chemin des Bas Vignons). Continuer tout droit jusqu'à la deuxième intersection avec la Rue de la Dauphine et la Rue des Ormes.

(3) Prendre la Rue de la Dauphine à gauche. Traverser le Boulevard Henri Dunant. À l'embranchement suivant, continuer à gauche dans la Rue Dauphine en laissant sur la droite la Rue Sabatier. À l'embranchement suivant, prendre à droite le Chemin du Parc de Nagis puis à gauche la Rue Lamartine. Continuer en prenant à gauche la Rue de Gournay puis tourner dans la première à droite, Rue Berthollet.

(4) Au bout, prendre à droite la Rue Lavoisier qui longe l'Essonne (Moulin S. Huteau). Au bout, tourner à gauche dans la Rue d'Alsace-Lorraine. Franchir l'Essonne et prendre tout de suite là gauche la Rue Widmer. Noter sur la gauche la chapelle de la Commanderie de Saint-Jean en l'Isle.

(5) Prendre à droite la Rue de la Commanderie puis la première à droite, Rue Oberkampf. Tourner dans la première à gauche, Rue des Chevaliers de Saint-Jean. Au croisement suivre presque dans la continuité la Rue Édouard Petit. Au bout, tourner à droite Rue Carnot. Juste avant le pont sur l’Essonne, suivre à gauche le Quai de l'Essonne qui longe cette rivière.

(6) Tourner dans la deuxième à gauche, Rue de Cullion. Prendre la première rue à droite, Rue Vigier, et franchir l'Essonne grâce à une petite passerelle. Traverser le parking par la gauche pour emprunter le passage sous les vestiges des anciens remparts de Corbeil. Suivre alors la Rue du Trou-Patrix qui longe l'Essonne. Atteindre ainsi le parvis de la Cathédrale Saint-Spire.

(7) Contourner la Cathédrale par la droite et laisser la Rue Abélard sur la droite. Passer sous l'ancienne porte du Cloître Saint-Spire et suivre à gauche la rue du même nom. Au bout, tourner à droite, traverser le quai et emprunter le Pont de l'Armée Patton sur la Seine.

(8) Au rond-point, prendre à gauche la Rue du 14 juillet. Juste après, s'engager dans la première à droite, Rue du Barillet. Prendre ensuite la première à gauche, Rue de la Poterie. Emprunter la première à gauche, Rue Audiffred Bastide puis la deuxième à droite, Rue de l'Enfer. À son extrémité, tourner à gauche dans la Rue du Paradis (ça se termine bien). Tourner à droite dans la Rue Waldeck Rousseau (attention rue très passante). Après une centaine de mètres traverser la rue et suivre en face la Rue du Port des Marines.

(9) À son extrémité sur la gauche, emprunter les quelques marches qui donnent accès au bord de Seine. Suivre le chemin Nord-Nord-Ouest et longer la Seine à main gauche. Après quelques centaines de mètres, le chemin s'écarte du fleuve et suit le bord de la Rue Waldeck Rousseau. Prendre le premier chemin sur votre gauche qui vous permettra de rejoindre le bord de Seine. Continuer avec la Seine à main gauche et noter avant le pont une frayère aménagée pour les brochets.

(10) Passer sous le pont de la N104 (Francilienne) et continuer le long de la Seine avec le GR®2. À deux reprises, suivre un petit décrochement pour emprunter un pont permettant de franchir un ru. Passer sous le Pont d'Évry et arriver à l’Écluse d'Évry.

(11) Emprunter la passerelle de l’Écluse d'Évry pour franchir la Seine. Sur l'autre rive, repartir au Sud-Est et suivre le chemin de halage goudronné avec la Seine à main gauche. Longer un des ports d'Évry. Plutôt que continuer à suivre le chemin, préférer emprunter le Parc Manouchian sur la gauche plus près de la Seine.

(12) Presque à son extrémité, quitter le parc en tournant à droite. Traverser le chemin de halage et emprunter la Rue Robert Pissonier. Au bout, trouver la Gare d'Évry-Val de Seine sur la gauche (A).

Retour possible à la Gare du Plessis-Chênet par le RER D avec changement probable à la Gare de Corbeil-Essonnes.

Points de passage :
D : km 0 - alt. 53m - Gare du Plessis-Chenet
1 : km 1.5 - alt. 40m - Berge - Seine (fleuve)
2 : km 2.42 - alt. 41m - Sortie du port
3 : km 3.54 - alt. 37m - Rue Dauphine
4 : km 4.56 - alt. 38m - Rue Lavoisier - Essonne (rivière)
5 : km 5.09 - alt. 39m - Rue de la Commanderie
6 : km 5.79 - alt. 37m - Cathédrale Saint-Pire
7 : km 6.24 - alt. 38m - Rue de Cullion - Essonne (rivière)
8 : km 6.66 - alt. 40m - Rond-point aprés le pont
9 : km 7.39 - alt. 38m - Chemin sur la berge - Seine (fleuve)
10 : km 8.48 - alt. 41m - Pont de la N104
11 : km 11.4 - alt. 37m - Écluse d'Évry
12 : km 12.54 - alt. 39m - Quitter le bord de Seine
A : km 12.79 - alt. 39m - Gare d'Évry-Val de Seine

Informations pratiques

Pour aller à la Gare du Plessis-Chênet par le train, utiliser le RER D (ligne entre Paris et Melun via Corbeil-Essonnes).
Pour y aller par la route - A Corbeil-Essonne prendre la rue du Bas-Coudray. Elle passe devant le Stade Nautique et son parking. La continuer en laissant le Stade sur sa gauche. Ne pas tenir compte du sens interdit. Il est autorisé pour les riverains et les utilisateurs du restaurant situé plus loin au Coudray. Elle change de nom et s’appelle à un moment Chemin des Bas Vignons. Continuer cette route jusqu'à l’Écluse du Coudray.
Dans Corbeil, dans la zone du Pont, de part et d'autre de la Seine, de nombreux restaurants à prix doux pour se reposer et se restaurer.

Nous vous conseillons aussi d'emporter avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 2415OT.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Les balisages GR® et PR® sont la propriété intellectuelle de la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

Pendant la rando ou à proximité

La Gare du Plessis-Chênet : elle a été ouverte en 1965 à flanc de coteau pour desservir l'usine de semi-conducteurs d'IBM, la plus importante d'Europe à l'époque avec 3800 employés. De sa passerelle, belle vue sur l’Écluse du Coudray juste en dessous.

L’Écluse du Coudray : elle a été modernisée en 2013 ( automatisée, nouvelle passerelle avec ascenseur, échelle à poissons...). Elle voit passer 15 000 péniches par an, l'équivalent de 100 000 poids-lourds.

Alfred Jarry (1873-1907) : cet écrivain qui était aussi un grand pêcheur a fait construire une petite cabane à proximité de l'écluse, y a habité et y a même organisé une réception où il avait invité le sous-préfet.

(1) Le Port des Bas Vignons : Corbeil et Essonnes ont été un des centres historiques de la fabrication du papier. Ici vers 1860 la Papeterie Darblay a fait construire un port pour son alimentation en matières premières, bois, charbon... Elles étaient transportées à la papeterie située au bord de l'Essonne par un train. Un tunnel traversant la colline qui sépare les 2 cours d'eau avait été creusé dans ce but. Une usine de pompage dont on voit les vestiges permettait d'envoyer l'eau de la Seine, 25 000 m3/jour, à la papeterie, le débit de l'Essonne étant insuffisant pour ses besoins. C'était la plus grande papeterie d'Europe ou tout du moins de France. Les bâtiments en ruines sont les restants de ces installations.

(4) Le Moulin S. Huteau : c'était l'ancien moulin d'une poudrerie. Cette poudrerie était une calamité pour les villes de Corbeil et d'Essonnes qui subissaient les dégâts causées par de très nombreuses explosions. Cette poudrerie a dépendu de Lavoisier qui était régisseur des poudres et salpêtre. Lui et Berthollet, les 2 plus grands chimistes de leur époque et fondateurs de la Chimie moderne sont venus en 1788 à cette usine pour des essais d'industrialisation d'une nouvelle poudre à canon utilisant le chlorate de potassium. Une violente explosion se produisit faisant 2 morts dont le directeur de l'usine mais heureusement pour la science, les 2 savants sont indemnes. L'apogée de cette usine a été atteinte en 1794 où elle s'étendait jusqu'à Saint-Jean en l'Isle.
Eleuthère-Irénée Dupont de Nemours sur recommandation de Lavoisier travaillât à cette usine, puis émigrât aux États-Unis. Il revint en 1801 pour se procurer des plans et procédés et fondât en 1802 aux USA ce qui devint la firme Dupont-de-Nemours.
Cette poudrerie au grand soulagement des riverains fermât en 1822. En 1895 Sosthène Huteau en fit un moulin à blé. C'est son nom que l'on voit sur le bâtiment. On remarquera sur ce site la maison qui enjambe un bras de l'Essonne.

(5) La Commanderie Saint-Jean de l'Isle : les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem ont établi dans cette île un prieuré à la fin du XIIème siècle. La reine Ingeburge fut la fondatrice de l'Église actuelle et d'une grande maison qui composeront plus tard la Commanderie. Elle y a résidé 13 ans après la mort de Philippe-Auguste son époux. Elle y mourut et sa sépulture est dans l'Église.
C'est ici que Henri IV, après le siège de Corbeil et de sa reddition, reçut les clefs de la Ville.
En 1794 les locaux sont utilisés en extension de la poudrerie. L'église a été restaurée en 1894.

La reine Ingeburge : Philippe-Auguste épousa en 1193 en seconde noce Ingeburge, fille du roi de Danemark. Âgée de 18 ans, elle était d'après les chroniqueurs très belle et cultivée. La nuit de noce fût un échec et dès le lendemain le roi veut la répudier. S'en suit un long conflit diplomatique de 19 ans avec le Danemark et la Papauté pendant lequel la Reine ne veut pas renoncer à ses droits, est enfermée en prison ou dans des couvents (suivant les péripéties diplomatiques) , Philippe-Auguste se remarie, est excommunié, le Royaume interdit. En 1213 Philippe-Auguste finit par la libérer, dit reprendre la vie commune et lui restitue ses droits d'épouse et de reine. Ils auront 10 ans de vie commune peut-être théorique. Dans son testament il la qualifie de "sa chère épouse". Veuve, elle se retire à Corbeil où elle meurt en 1336.

(7)La Cathédrale Saint-Spire : c'était l'église (construction du 12ième au 15ième siècle) d'une collégiale destinée à recevoir les reliques de Saint-Spire (Saint-Exupère). Avec les maisons dépendantes elle était entourée de mur et constituait le cloître dont il subsiste la porte. Louis XI, François Ier, Anne d'Autriche y ont assisté à des célébrations et fêtes religieuses.

Pierre Abélard : ce grand philosophe devenu moine suite à sa malheureuse mésaventure a vécu de 1104 à 1107 à Corbeil en tant qu’écolâtre (maître d'école). Il a pu pendant cette période, la plus paisible de son existence, établir des relations avec le Comte de Corbeil qui ont été fort utiles pour la suite de sa vie. La rue à droite qui donne sur l'Église rappelle son souvenir.

Le Château, le Pont et les défenses de Corbeil : dès les années 900 il y a eu un pont à l'emplacement probablement d'un gué. Les raids viking sur la Seine ont initié la construction de bâtiments défensifs : Un puissant château sur la rive gauche et un bastion sur la rive droite dont on aperçoit encore un vestige de mur de fondation. Le château lui se situait à l'emplacement des Grands Moulins de Corbeil. Il a été fréquenté par des reines de France qui, veuves, recevaient Corbeil en douaire.
Des ports se trouvaient à cet endroit sur les deux rives. Des coches d'eau, appelés "corbeillards" transportaient passagers et marchandises entre Corbeil et Paris. De ce mot vient le terme corbillard en référence à leur lenteur.
Le pont détruit par les allemands, comme les autres ponts sur la Seine, a été reconstruit après la dernière guerre.

Les Grands Moulins de Corbeil : ce sont les seuls grands moulins de la région parisienne qui subsistent. C'est le premier producteur de farines en France. Le port permettant le déchargement des grains, l'embarquement des farines est toujours actif et le terminal remplissant cette fonction est récent. La façade et la tour élévatrice des Grands Moulins sont classées (oeuvre de l'architecte/ingénieur Paul Friésé).

Castel-Joly : il est à gauche de la Rue du Port des Marines et en cours de travaux. C'était la résidence de campagne de Pierre Waldeck-Rousseau, ministre et important Président du Conseil de la troisième république. Son ministère a été le plus long de cette période. On lui doit en particulier une loi sur la légalisation des syndicats et la loi de 1901 sur les associations.

Les établissements Decauville : on peut apercevoir de l'autre coté de la Seine ces établissements qui ont changé de nom et de vocation (matériel de manutention spécialisé). Les Decauville étaient des agriculteurs entreprenants qui pour faciliter la récolte de leurs betteraves ont imaginé la voie ferrée portable, montable et démontable en fonction de l'avancement du véhicule. ils ont industrialisé cette idée. Des voies à écartement de 40 cm, 50 cm, 60 cm, 1 m sont fabriqués ainsi que le matériel roulant, wagons et locomotives. Leur matériel a été exporté dans les colonies françaises et partout ailleurs dans le monde. Au début du 20ième siècle c'est un fabricant de matériel ferroviaire très important.

Entre le Pont de la Francilienne et le Pont D’Évry, des panneaux donnent des informations sur les points remarquables du parcours. On y apprend entre autre que l'on traverse les anciennes terres de la Marquise de Pompadour et que le Général Patton a fait traverser la Seine à une partie de son Armée le 23 août 1944 sur un pont de bateaux.

Le Site Magdalénien d'Etiolles : à proximité entre la Seine et la route, prés du ru des Hauldres. C'est l'un des plus importants chantier de fouille préhistorique (magdalénien) d'Europe, fouillé depuis plus de 45 ans. Les Magdaleniens, chasseurs-cueilleurs, occupaient ce site de façon saisonnière. À l'époque, il y a 13 000 à 15 000 ans le site et le climat rappelait la steppe sibérienne. Les fouilles montrent une occupation très hiérarchisée et organisée.

Rive gauche sur le coteau surplombant l’Écluse d'Évry se trouvait le château de la Montespan .

Le Parc Manouchian : à son extrémité, une stèle nous rappelle que le 16 novembre 1943 Missak Manouchian grand résistant fut arrêté ici (l'affiche rouge). Un petit monument de l'autre côté de la rue rappelle le passage de l'Armée du Général Patton.

Avis et discussion

Moyennes

Moyenne globale : 4.67/5
Nombre d'avis : 1
Fiabilité de la description : 5/5
Fiabilité du tracé sur carte : 5/5
Intérêt du circuit de randonnée : 4/5


Visorandonneur
le lundi 05 novembre 2018 à 17:03

Note globale : 4.67 / 5

Date de la randonnée : lundi 05 novembre 2018
Fiabilité de la description : Très bien
Fiabilité du tracé sur carte : Très bien
Intérêt du circuit de randonnée : Bien

Nous avons fait la rando " à l'envers" d'Evry au ¨Plessis-Chênet.puis retour en RER, avec votre descriptif et un peu de gymnastique mentale mais pas de quoi se donner la migraine!
L' intérêt est relatif à l'attente des randonneurs.
Nous cherchions un passage le long de la Seine.
On chemine entre chemin de halage et passage en ville.
C'était sympa!!!!
.

Autres randonnées dans le secteur

Boucle dans le Sud de la Forêt de Rougeau
Distance 9.33km Dénivelé positif +37m Dénivelé négatif -35m Durée 2h45 Facile Facile
Départ Départ à Saint-Pierre-du-Perray - 91 - Essonne

Cette randonnée vous fera découvrir le Sud de la Forêt de Rougeau qui possède beaucoup plus de relief que la partie Nord. Vous bénéficierez des beaux points de vue sur la vallée de la Seine. Vous serez surpris par le Domaine bucolique du Pavillon Royal et le Gardien de la Forêt.

De Mennecy à Corbeil-Essonnes par le Parc de Robinson
Distance 13.13km Dénivelé positif +33m Dénivelé négatif -44m Durée 3h50 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Mennecy - 91 - Essonne

Cette dernière étape de ce périple le long de l'Essonne offre de nombreuses occasions de jouer à saute-mouton avec la rivière. C'est évidemment l'étape où les tronçons urbains sont les plus importants. La ville de Corbeil-Essonnes révèle ainsi son riche patrimoine religieux, civil ou industriel.

Les Etangs de Mennecy
Distance 14.28km Dénivelé positif +59m Dénivelé négatif -59m Durée 4h15 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Mennecy - 91 - Essonne

Jolie randonnée au milieu des étangs,des marais et surtout avec les oiseaux, canards etc .. pour une durée de 4h30 a 5h sinon plus, si ce n'est plus si vous observez les oiseaux sur les étangs.

La Forêt de Rougeau et le Chateau de la Grange-la-Prévôté
Distance 7.33km Dénivelé positif +7m Dénivelé négatif -7m Durée 2h05 Facile Facile
Départ Départ à Nandy - 77 - Seine-et-Marne

Cette randonnée sans dénivelé permet de découvrir une partie Nord de la Forêt de Rougeau et de se promener dans le beau et très intéressant parc du Château de la Grange-la-Prévôté qui a appartenu au Maréchal Bernadotte.

De Corbeil à Ballancourt par le Parc de Villeroy et le Marais de Fontenay
Distance 20.06km Dénivelé positif +105m Dénivelé négatif -94m Durée 6h00 Difficile Difficile
Départ Départ à Corbeil-Essonnes - 91 - Essonne

Une randonnée de gare à gare qui démarre dans le Vieux Corbeil (grands moulins, cathédrale). Après avoir longé la Seine, on prend de la hauteur puis on redescend sur Moulin Galant avant de longer l'Essonne. La randonnée s'achève par la traversée du Parc de Villeroy, dans une ambiance très forestière, puis l'exploration du Marais de Fonteanay et ses observatoires à oiseaux.

En remontant l'Essonne
Distance 80.72km Dénivelé positif +604m Dénivelé négatif -527m Durée 5 jours Moyenne Moyenne
Départ Départ à Corbeil-Essonnes - 91 - Essonne

Tirant son nom d'Acionna, la déesse gallo-romaine des rivières, l'Essonne parcourt le Nord du Département du Loiret et le Sud de la Région Ile-de-France. Ce circuit en remonte la vallée, en s'autorisant des diverticules, là où elle est accessible en train. L'itinéraire alterne les chemins le long de la rivière, les passages en sous-bois et ceux sur des plateaux cultivés.

La Forêt de Rougeau
Distance 20.41km Dénivelé positif +113m Dénivelé négatif -116m Durée 6h05 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Nandy - 77 - Seine-et-Marne

Boucle de 20km à partir de Nandy à effectuer de préférence en période hivernale afin de pouvoir profiter du passage en balcon au dessus de la Seine. À partir du printemps la végétation doit masquer une grande partie du paysage.

Bois de Sainte-Assise côté Seine
Distance 7.28km Dénivelé positif +23m Dénivelé négatif -23m Durée 2h10 Facile Facile
Départ Départ à Saint-Fargeau-Ponthierry - 77 - Seine-et-Marne

Promenade variée à travers bois qui vous fera ensuite longer des étangs et le bord de la Seine.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.