Le sentier du Kilomètre Zéro - 1ère Guerre Mondiale

Une randonnée Pfetterhouse créée le mardi 31 mars 2015 par jmfsr. MAJ : mardi 21 avril 2015

Le kilomètre zéro est le point de départ de la ligne de front établie durant la 1ère Guerre Mondiale. Il se situe à l'actuelle frontière franco-suisse, au lieu-dit Le Largin. Le sentier du Kilomètre Zéro explore trois tronçons du front, les premiers kilomètres des fronts français et allemand, ainsi que le front suisse du Largin établi le long de la frontière, en face du no man’s land où l’on trouve la borne frontière n°111 considérée comme le point zéro du front de la Grande Guerre.

Fiche technique
Durée Durée moyenne: 2h30[?]
Distance Distance : 7.94km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 98m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 92m
Point haut Point haut : 475m
Point bas Point bas : 408m
Facile Difficulté : Facile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Région Région : Massif du Jura
Commune Commune : Pfetterhouse (68480)
Départ Départ : N 47.507867° / E 7.196111°

Description de la randonnée

Parking sur la berge de l’étang à côté du pont de Moos sur la D 24.
Balisage spécifique du « circuit du km Zéro »

Franchir le pont de Moos (balustrade jaune) rejoindre le réservoir d’eau de Pfetterhouse daté de 1936 lieu du début du circuit.

Ensemble d’ouvrages dans le coude de la D24 le circuit serpente dans le coude (1).
Panneau 1 : Avant-poste d’infanterie allemand du pont de la Largue (ouvrage N°8).
Panneau 2 : Avant-poste de mitrailleuse allemand du pont de Moos.
Panneau 3 : Position de barrage de la route de Moos (nord de la route : ouvrages n°5, 6 et 7).
Franchir la D24 au point coté 416. Prendre le chemin forestier sur la droite jusqu’à un sentier sur votre droite pour rejoindre le Panneau 4 : Position de barrage de la route de Moos (nord de la route : ouvrages n°2, 3 et 4).

Panneau 5 : Avant-poste de la berge (ouvrages n°1) (2).
Les panneaux 6 et 7 ne sont pas accessibles.
Revenir sur vos pas, revenir sur le chemin forestier, prendre à droite jusqu’à un carrefour en Y. Sur votre gauche un escalier en bois permet d’accéder au Panneau 8 : Casemate d’infanterie. (3).

Revenir sur le carrefour en Y, prendre la branche de droite jusqu’au Panneau 9 : Première position allemande du front (4).
Franchir la passerelle sur la Largue ainsi que la frontière avec la Suisse, Panneau 10 : Passerelle sur la Largue.
De la passerelle vous avez une belle vue sur la ferme de Largin.
Longer la lisière de sapin pour arriver à la borne 111 Panneau 11 : Borne du Km0 au front de l’Ouest, puis la borne frontière N°111A dite Borne de l’Espenkolonne.
Longer le ruisseau (à main droite) sur quelques dizaines de mètres et franchir le ruisseau pour retrouver les traces des tranchées françaises, le temps et la nature reprennent leurs droits.
Revenir sur vos pas et rejoindre l’abri en bois au milieu de la clairière. Panneau 12 : Poste d’observation N°2 de l’armée suisse (5).
Ce poste est un agréable endroit de pique-nique avec table.

Emprunter le chemin forestier à droite pour rejoindre la ferme de Largin. Arrivé à la ferme, prendre le chemin à droite.
Longue ligne droite balisage anneau Jaune jusqu’à un carrefour en Y, lieu d’information et de parking.
Prendre la branche de droite. Après quelques dizaines de mètres prendre à droite suivre le chemin bien entretenu pour retraverser la frontière.
Le sentier débouche sur un chemin forestier (ancienne voie ferrée) prendre à droite, Panneau 14 : Ancienne voie ferrée Pfetterhouse-Bonfol, jusqu’à arriver à des piliers de pont en grès des Vosges.
Panneau 15 : Ancien pont du chemin de fer dit de l’Altmühlenweg (6) (cote 455).

Continuer sur le chemin jusqu’à un pont Panneau 16 : Pont du chemin de fer dit du Güterholz.
Franchir le pont, sortir du bois, traverser le champ pour arriver à un carrefour en T, prendre à droite vers l’observatoire de chasse en bois.
Pénétrer dans le bois traverser un petit pont en bois pour rejoindre la « Villa Agathe » premier ouvrage en béton du front français en partant de la frontière suisse. Panneau 17 : Villa Agathe (7).

Revenez sur vos pas jusqu’à l’observatoire de chasse en lisière de bois.
Prendre à droite, longer la lisière pour passer à côté de l’étang et d’une petite maison verte.
Franchir le champ pour rejoindre le bois suivant. Avant d’arriver à la route D 24 prendre à droite un sentier qui longe la route et rejoint les vertiges de tranchées françaises (8) où le temps et la nature reprennent leurs droits.

Continuer jusqu’à arriver à un chemin forestier, prendre à gauche pour rejoindre la route et le parking de départ.

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 410m
1 : km 0.18 - alt. 415m - Avant-poste allemand du pont de la Largue
2 : km 0.94 - alt. 412m - Position de barrage de la route de Moos
3 : km 1.98 - alt. 430m - Casemate d’infanterie Allemande
4 : km 2.55 - alt. 426m - Première position allemande du front
5 : km 3.01 - alt. 424m - Poste d’observation N°2 de l’armée suisse.
6 : km 5.46 - alt. 454m - Ancien Pont du chemin de fer
7 : km 6.89 - alt. 448m - Villa Agathe
8 : km 7.79 - alt. 416m - Vertiges de tranchées françaises
D/A : km 7.94 - alt. 410m

Informations pratiques

Chaussures de marche, lampe de poche si vous voulez rentrer dans les casemates.
Le sentier peut être emprunté en VTT (compter alors 1h30).

Nous vous conseillons aussi d'emmener avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 3621ET.

Cliquer ici pour savoir comment se rendre au départ de la randonnée.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

Panneau 1 :Avant-poste d’infanterie allemand du pont de la Largue (ouvrage n°8)
Cette casemate d’observation et de défense contrôlait le débouché du pont routier sur la Largue. Elle possède 5 créneaux couvrant un angle de 180°. Elle a été construite à l’automne 1915 en avant de la position de barrage du pont de Moos. La couverture de l’ouvrage a été détruite après-guerre, lorsque l’on a récupéré les rails du plafond. L’aspect extérieur a été soigné en arrondissant toutes les surfaces au-dessus du niveau du sol. A remarquer la porte avant qui ouvrait le passage à une tranchée couverte aboutissant à la culée du pont routier sur la Largue. Le pont routier à une arche en pierre fut détruit en 1917 à cause de la crainte d’une attaque française avec des chars d’assaut.

Panneau 2 : Avant-poste de mitrailleuse allemand du pont de Moos.
Cette exceptionnelle position défensive datant de l’automne 1915 a été installée pour contrôler le débouché du pont routier sur la Largue et répondre au poste de mitrailleuse français mis en place dès l’automne 1914. L’importante position comprend une casemate centrale pour la mitrailleuse (ouvrage n°9), flanquée de deux postes d’observation et de défense à un seul créneau. A 15 mètres en arrière, un abri également en béton (ouvrage n°10) était réservé aux soldats desservant le poste. A cause de leur exposition à la vue des Français, les autres ouvrages sont reliés entre eux par des galeries souterraines. Le drainage de l’eau très présente dans le sol se fait par 3 puisards. La position a été restaurée à l’identique par les Amis de Km 0.

Panneau 3 : Position de barrage de la route de Moos (nord de la route : ouvrages n°5, 6 et 7)
La position de barrage établie dès le début de 1915 en avant de la première ligne s’étend de part et d’autre de la route de Pfetterhouse à Moos. De chaque côté, la tranchée est renforcée de trois petits ouvrages en béton pour infanterie. Le poste n°6, dont le plafond n’était pas construit avec des rails, a été préservé du vandalisme des ferrailleurs. La position était camouflée par de petits sapins, plantés notamment près des blockhaus en béton. L’un d’eux est encore en place.

Panneau 4 : Position de barrage de la route de Moos (nord de la route : ouvrages n°2, 3 et 4)
Cette portion de la position de barrage, en avant de la tranchée principale de la défense allemande, est renforcée par trois casemates en béton. L’ouvrage n°3, celui du milieu, date de l’automne 1915, il adopte la forme d’une caponnière en saillie sur la tranchée. Les deux autres appartiennent à une série de quatre ouvrages similaires implantés plus tard. Ce renforcement de la position, datant probablement de fin 1916, coïncide avec l’apparition d’un nouveau danger : chars d’assaut. Celui de droite (ouvrage n°4) a été restauré en 2012 par les Amis du Km 0 qui lui ont rendu son plafond en coupons de rails de chemin de fer.

Panneau 5 ; Avant-poste de la berge (ouvrage n°1)
Cet avant-poste de défense et d’observation en béton communique avec la position de barrage par une tranchée rectiligne. A l’avant, une porte donne sur une tranchée descendant vers le lit de la Largue. Pour ne pas être vu de l’ennemi, ce passage était couvert par des châssis-coffrants en bois (dont on a retrouvé les traces lors du réaménagement du site). La tranchée couverte devait permettre aux soldats d’aller puiser de l’eau à la rivière ou de faire des incursions dans le no man’s land sans être vus.

Panneau 8 : Casemate d’infanterie
Cette casemate d’infanterie (unité militaire combattant à pied) en béton, contrôlait l’avant de la première position allemande. Son état de conservation est remarquable. Le niveau de protection est élevé pour les deux hommes qu’elle peut recevoir au maximum. Elle est adaptée pour les faibles effectifs de garde sur la ligne de surveillance. L’accès a été reconstitué avec des sacs de jute remplis de béton, technique déjà employée à l’époque par les Allemands.

Panneau 9 : Première position allemande du front.
C’est ici que débutait le front allemand qui s’étirait jusqu’à Ostende, sur la Mer-du-Nord, en Belgique. Cette première position défensive est constituée de trois éléments. Au centre, on remarque tout d’abord le blockhaus en béton prévu pour recevoir un canon-révolver. Le large créneau orienté vers le Nord, donc perpendiculairement à la ligne de front, indique que l’ouvrage devait prendre de flanc une attaque dirigée contre les lignes allemandes. A guérite observatoire pentagonale en acier recouvert de béton. Plus en arrière, subsiste un abri enterré en tôle cintrée pour les soldats de faction. Cet ensemble défensif se trouve dans l’axe de la frontière suisse.

Panneau 10 : Passerelle sur la Largue
La passerelle sur la rivière a été construite et installée au mois d’aout 2012 par une équipe du génie de l’armée suisse. Avant 1918, la Largue, qui forme ici frontière, passait derrière la borne N°110 ( platée en 1743). Après la Grande Guerre, le cours de la rivière a été raccourci et la frontière rectifiée en 1950. Fait étrange : la borne n°110 était le plus souvent ignorée sur les cartes militaires allemandes de Grande Guerre.
Sur la gauche, on aperçoit la ferme du Largin, une ancienne auberge-épicerie célèbre comme lieu d’accueil des réfugiés alsaciens en 1943 et 1944. Le Saillant du Largin ou Bec de Canard est une pointe de territoire helvétique qui s’enfonce profondément en terre alsacienne. Cette particularité lui vaut d’être choisi, à l’automne 1914, par le gouverneur militaire de Belfort, le général Fréderic Thévenet, pour devenir le point d’ancrage du front à la frontière suisse.

Panneau 11 : Borne du Km 0 au front de l’Ouest
La borne frontière n°111 a été choisie pour symboliser le point de départ du front de l’Ouest à la frontière suisse. Plantée en 1743, la borne porte les marques des vicissitudes de l’histoire. Du côté suisse, l’ours bernois rappelle qu’en 1815, la Principauté épiscopale de Bâle, dont faisait partie la commune de Bonfol, a été donnée au canton suisse de Berne. Le millésime 1817 gravé sur le flanc gauche rappelle l’année de vérification du tracé de la frontière par les autorités suisses et françaises. En 1793, l’ancienne Principauté, qui s’était proclamée République rauracienne l’année précédente, fut annexée par la France pour devenir le département du Mont Terrible. En 1800, ce territoire fut incorporé au département du Haut Rhin et resta français jusqu’à la chute de Napoléon Ier. Sur la face française de la borne, on peut constater les différents changements de nationalité de l’Alsace aux traces de martelages successifs des marques de souveraineté.

Panneau 12 : Poste d’observation n°2 de l’armée suisse
Le Poste d’observation n°2 de l’armée suisse est un blockhaus en bois reconstruit à l’identique par le génie suisse, en 2012. L’armée fédérale a occupé le Saillant du Largin pendant toute la durée de la Grande Guerre. Les Suisses sauvegardaient la neutralité de leur pays en surveillant la frontière avec soin et en observant les faits et gestes des deux belligérants : à gauche les Français, à droite les Allemands. Les installations militaires helvétiques étaient uniquement faites de terre et de bois. Elles n’avaient pas de fonction défensive, mais devaient tout simplement protéger les soldats de la Confédération contre les balles perdues et parfois les tirs intentionnels de l’un ou l’autre des belligérants. La ligne de défense se trouvait aux Rangiers. En cas d’invasion, le Saillant de Porrentruy n’aurait pas été défendu.

La borne frontière N°111A dite Borne de l’Espenkolonne
Quand le propriétaire du Petit Largin, une ferme-boulangerie construite sur territoire suisse, édifia, vers 1890, une auberge en face de sa maison, mais sur territoire alsacien, les autorité vinrent planter une nouvelle borne frontière (la borne 111A) entre les deux bâtiments. On voulait ainsi montrer aux clients qu’entre l’épicerie et l’auberge, il y avait une différence de souveraineté et donc de régime douanier. La ferme disparut vers 1900, quant à la buvette, elle fut détruite par un tir malencontreux de l’artillerie allemande, le 13 octobre 1914. Après que le Gauleiter Robert Wagner eut imposé l’incorporation de force dans la Wehrmacht aux jeunes Alsaciens le 25 aout 1942, beaucoup d’entre eux se réfugièrent en Suisse. A cause de sa situation exceptionnelle, le Largin devint l’un des points de passage les plus fréquentés par les évadés. C’est ainsi que, dans la nuit du 11 au 12 février 1943, 183 conscrits des environs de Riespach, dits l’Espenkolonne, arrivèrent à cet endroit vers minuit. Après avoir franchi la frontière, ils se rassemblèrent autour de la borne n°111A et chantèrent en chœur : « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine…. »

Panneau 14 : Ancienne voie ferrée Pfetterhouse-Bonfol
Situé sur la liaison ferroviaire Dannemarie-Porrentruy, le tronçon Pfetterhouse-Bonfol fut inauguré en 1910. Dès le 31 juillet 1914, le trafic international fut interrompu sur la ligne. En février 1916, les autorités helvétiques enlevèrent les rails à la frontière. Ré ouverte le 14 juillet 1919, la ligne fut définitivement fermée au trafic en 1970.

Panneau 15 : Ancien pont du chemin de fer dit de l’Altmühlenweg
Détruit par les Allemands, le 19 novembre 1944, le pont de l’Altmühlenweg (ancien chemin du moulin) resta intact pendant toute la Grande Guerre. Les Français avaient installé sous ce pont un wagon postal allemand. Equipé d’un téléphone, il servait de poste de commandement sous le nom de Poste Wagon Largin. La faiblesse de la protection contre les obus était compensée par le confort relatif offert par le matériel ferroviaire.

Panneau 16 : Pont du chemin de fer dit du Güterholz
Sous ce pont, les français avaient installé, de façon identique au point n°15, un wagon allemand qui servait de poste de commandement sous le nom de Poste Wagon de la Gare. Depuis le pont, on voit l’ancienne gare frontière de Pfetterhouse (1910- 1970) qui fut occupée par l’armée française 55ème RIT (Régiment d’Infanterie Territoriale) dès le 15 octobre 1914. La gare servit d’abord de bastion avancé, puis, quand le front eut été poussé jusqu’à la Largue, elle abrita une infirmerie et d’autres services. En 1918, un vaste abri souterrain en partie bétonné a été aménagé sous ses murs.

Panneau 17 : Villa Agathe
Construite par la Compagnie 26/53 du génie et en partie par les cimentiers français, en 1918, la casemate, appelée Villa Agathe, est le premier ouvrage en béton du front français en partant de la frontière suisse. Cet ouvrage servait de poste pour deux mitrailleuses et de superstructure à des installations enterrées. Une grande partie des murs est en maçonnerie de calcaire local recouvert d’un épais crépi. La dalle de couverture ainsi que les soles au-dessus du radier sont en béton armé. La petite pièce située près de l’entrée de surface servait à défense immédiate de la construction par l’emploi d’un fusil lanceur de la grenade anti personnel Vivien Bessière. Le tir s’effectuait par l’orifice au centre du plafond. Ce dispositif dans une construction bétonnée est très rare.

Avis et discussion

Moyennes

Moyenne globale : 4.69/5
Nombre d'avis : 16
Fiabilité de la description : 4.63/5
Fiabilité du tracé sur carte : 4.63/5
Intérêt du circuit de randonnée : 4.81/5


Visorandonneur
le lundi 23 octobre 2017 à 15:13 : Re: Le sentier du Kilomètre Zéro - 1ère Guerre Mondiale

Note globale : 4.67 / 5

Date de la randonnée : jeudi 19 octobre 2017
Fiabilité de la description : Bien
Fiabilité du tracé sur carte : Très bien
Intérêt du circuit de randonnée : Très bien

Circuit très agréable, le temps de 2h30 est à majorer si l'on veut prendre le temps d'apprécier lesdifférents points d'intérêts .


Visorandonneur
le mardi 03 octobre 2017 à 09:55 : Re: Le sentier du Kilomètre Zéro - 1ère Guerre Mondiale

Note globale : 4.33 / 5

Date de la randonnée : vendredi 29 septembre 2017
Fiabilité de la description : Très bien
Fiabilité du tracé sur carte : Bien
Intérêt du circuit de randonnée : Bien

Belle rands facile


Visorandonneur
le lundi 25 septembre 2017 à 21:00 : Re: Le sentier du Kilomètre Zéro - 1ère Guerre Mondiale

Note globale : 5 / 5

Date de la randonnée : samedi 23 septembre 2017
Fiabilité de la description : Très bien
Fiabilité du tracé sur carte : Très bien
Intérêt du circuit de randonnée : Très bien

Belle randonnée. Les panneaux explicatifs sont bien présents et bien implantés sur les sites.


Visorandonneur
le lundi 04 septembre 2017 à 10:14 : Re: Le sentier du Kilomètre Zéro - 1ère Guerre Mondiale

Note globale : 5 / 5

Date de la randonnée : dimanche 03 septembre 2017
Fiabilité de la description : Très bien
Fiabilité du tracé sur carte : Très bien
Intérêt du circuit de randonnée : Très bien

Promenade en famille.
Accessible sans aucune restriction

Consultez le sujet de discussion complet sur ce circuit de randonnée pour en savoir plus.

Autres randonnées dans le secteur

Circuit du Sundgau : La balade des Etangs de Bisel
Distance11.74km Dénivelé positif+79m Dénivelé négatif-76m Durée3h35 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Bisel - 68 - Haut-Rhin

En parlant de cette partie du Sundgau, André Gide écrivait : "On est sans cesse surpris, alors qu’on traverse la forêt, de se trouver en présence d’une nappe insoupçonnée, endormie mystérieusement à l’abri des hêtraies ; les joncs y ornent d’étroites plages de sable, au bord de grands champs de nénuphars. Plusieurs vestiges y rappellent aussi la Première Guerre Mondiale et la ligne du front qui séparait Largitzen de Bisel.

Circuit du Sundgau : Oberlarg - Autour du Morimont
Distance9.3km Dénivelé positif+242m Dénivelé négatif-242m Durée3h15 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Oberlarg - 68 - Haut-Rhin

Les paysages traversés ici comptent parmi les plus beaux du Sundgau. L’abri sous roche du Mannlefelsen, site majeur du mésolithique en Alsace, y précède les Ebourbettes qui racontent l’évasion du Général Giraud en 1942. Plus loin, les ruines du Morimont proposent une intéressante leçon d’histoire sur l’adaptation d’un château médiéval aux armes à feu.

A pied La Grotte des Nains (Téléchargez : PDF)
La Grotte des Nains
Distance8.65km Dénivelé positif+301m Dénivelé négatif-301m Durée3h10 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Ferrette - 68 - Haut-Rhin

Une belle randonnée pour découvrir Ferrette, une belle ville médiévale avec son château et la Grotte des Nains avec sa fameuse légende connue de tous en Alsace.

Circuit du Sundgau : Autour du Glaserberg (partie1)
Distance6.18km Dénivelé positif+135m Dénivelé négatif-129m Durée2h05 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Winkel - 68 - Haut-Rhin

La promenade conduit au coeur du massif du Glaserberg, sur les hauteurs de Winkel. Vous traverserez la forêt domaniale de Saint-Pierre,jusqu’à la Neuneich où la vue plonge sur le Jura alsacien.

Circuit du Sundgau : Hirtzbach
Distance8.59km Dénivelé positif+141m Dénivelé négatif-135m Durée2h45 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Hirtzbach - 68 - Haut-Rhin

Hirtzbach mérite une visite approfondie. Le château, le parc anglais et les demeures cossues de l’Unterdorf s’alignent sagement de part et d’autre du ruisseau, aux berges joliment fleuries à la belle saison. En cours de route, une escapade champêtre et sylvestre conduit au site du village disparu de Sankt-Glückern et au Landfürstenweyer, l’Etang des Princes, aux eaux dormantes.

Les nivéoles de Saint Bernard
Distance12.01km Dénivelé positif+69m Dénivelé négatif-61m Durée3h35 Facile Facile
DépartDépart à Heidwiller - 68 - Haut-Rhin

C'est fin février, début mars qu'il faut aller à la rencontre du printemps dans la forêt de Saint-Bernard. C'est là qu'apparaissent les nivéoles signalant la fin de l'hiver.

Distance7.38km Dénivelé positif+190m Dénivelé négatif-184m Durée2h35 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Ligsdorf - 68 - Haut-Rhin

Cette promenade peut s’effectuer au départ du Col du Neuneich, accessible en voiture depuis le village de Ligsdorf (attention, chemin forestier). C'est aussi la deuxième partie de la boucle "Autour du Glaserberg". Elle conduit le randonneur au cœur du massif du Glaserberg, sur les hauteurs de Kiffis. Vous accéderez à une crête qui présente de superbes panoramas sur le Jura suisse pour atteindre le Col du Blochmont et la ferme du Hornihof, riche de centaines de lamas visibles sur les pâturages.

Circuit du Sundgau : Wittersdorf-Emlingen-Walheim
Distance6.75km Dénivelé positif+188m Dénivelé négatif-188m Durée2h25 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Wittersdorf - 68 - Haut-Rhin

Une colline boisée sépare les vallées de l’Ill et du Thalbach. En la parcourant, on découvre tour à tour un ancien vignoble, une carrière marquée par un drame, un sentier botanique et l’histoire d’un infortuné général. Lorsqu’on atteint les fours à chaux d’Emlingen, c’est le XIXe siècle qui surgit soudain, figé dans la pierre et le fer.

Circuit du Sundgau : Friesen-Ueberstrass
Distance7.75km Dénivelé positif+68m Dénivelé négatif-69m Durée2h25 Facile Facile
DépartDépart à Friesen - 68 - Haut-Rhin

Friesen présente un exceptionnel éventail de maisons à colombages construites entre 1499 et 1876. Grâce à un minutieux travail d’inventaire, la promenade permet l’approche de multiples témoins d’un monde rural disparu à jamais au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un chemin champêtre conduit ensuite à la chapelle Notre-Dame de Grünenwald et à Ueberstrass, sur les traces des chevaliers de Malte.

A pied Les Hauts de Lucelle (Téléchargez : PDF)
Les Hauts de Lucelle
Distance11.64km Dénivelé positif+239m Dénivelé négatif-241m Durée3h55 Moyenne Moyenne
DépartDépart à Lucelle - 68 - Haut-Rhin

Randonnée sympathique où l'on croisera sur notre chemin des vieilles fermes ainsi que de grandes bornes délimitant la frontière suisse à travers une belle forêt de sapins et surtout l'Abbaye de Lucelle plus connue aujourd'hui sous le nom du "Centre Européen de Rencontres".

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.