De Marigny à la Forêt de Chizé

Un parcours très nature traversant la pointe septentrionale de la Forêt de Chizé dans une première partie et la campagne à l'Ouest de Marigny dans un second temps. Ce circuit aux paysages variés et reposants offre un moment paisible. Possibilité de voir des biches ou chevreuils et des oiseaux dans ce secteur. Marigny a été la patrie d'un grand barde poitevin : Yves Rabaut.

Fiche technique
n°3245517
Une randonnée Marigny (Deux-Sèvres) créée le mardi 19 mai 2020 par pgetrochon. MAJ : vendredi 25 décembre 2020
Durée Durée moyenne: 3h15[?]
Distance Distance : 10.82km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 48m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 54m
Point haut Point haut : 91m
Point bas Point bas : 44m
Moyenne Difficulté : Moyenne
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Commune Commune : Marigny (Deux-Sèvres) (79360)
Départ Départ : N 46.197306° / O 0.417183°
Téléchargez : -
l'église Saint Jean Baptiste l'Evangéliste Sentier sécurisé pour rejoindre Marigny La gare de Marigny Chemin vers la voie ferrée

Description de la randonnée

Départ : parking Place du Centre à Marigny.

(D/A) Quitter le point de stationnement en allant vers le fond de la Place du Centre, où se trouve le parking, en direction du Sud-Ouest. Continuer dans le Chemin de Saint-Sévenin.
Voir un puits devant une maison sur le côté droit.

Passer tout droit le carrefour avec la Rue de la Morinne en prenant la direction du camping.
Belle exploitation avec des bâtiments d'élevage sur la droite.
Plus loin prendre sur la droite le chemin en quittant la route menant au camping. Belles vues vers le Nord sur la campagne environnante.

Poursuivre tout droit en arrivant à un premier bois. Le traverser et aller jusqu'à une petite route. La traverser prudemment et continuer en face dans la Forêt de Chizé. Le chemin longe dans le bois son orée à main droite avec, au-delà, de grands champs.

Au moment où le chemin arrive vers une grande clairière de champs cultivés, suivre le chemin forestier qui tourne à gauche avec un angle aigu. Peu après le chemin tourne à angle droit vers la droite. Passer une barrière limitant la circulation des véhicules à moteur et poursuivre dans une belle allée forestière.
Un peu plus loin, l'allée forestière vire vers la droite et arrive à un croisement avec un chemin forestier sur la droite.

(1) Continuer en face dans la belle allée forestière - Route Forestière n°11 - qui va tout droit vers le Sud-Ouest et qui monte en douceur une petite butte. En arrivant en haut de la montée l'allée forestière est à plat. Aller jusqu'à environ cent à cent cinquante mètres avant une barrière limitant la circulation des véhicules à moteur au niveau d'un chemin forestier sur la droite.

(2) Bifurquer à droite et suivre le chemin forestier qui longe à l'intérieur du bois la départementale D1. Plus loin, passer un croisement de chemins et presque aussitôt le chemin vire vers la gauche et se rapproche en serpentant de la route D1. Le chemin finit par déboucher sur une petite route menant de Rimbault au lieu-dit Sèche-Bec. Tourner à gauche pour contourner la Maison Forestière du Plan de Rimbault présente en face de la sortie du chemin.

(3) Dans le carrefour avec la route D1, devant la Maison Forestière du Plan de Rimbault prendre l'Allée Verte (GR®36) sur la droite. Un peu plus loin, passer une barrière limitant la circulation des véhicules à moteur et aller jusqu'au croisement avec le premier chemin sur la droite, peu après.

(4) Bifurquer dans le chemin forestier à droite, qui longe dans le bois la petite route menant de Rimbault au lieu-dit Sèche-Bec.
Plus loin, remarquer une petite mare dans le bois sur le côté droit du chemin. Elle est visible à quelques mètres du chemin et est bien circulaire.
Au bout de la ligne droite décrite par le chemin, laisser le chemin de droite et poursuivre dans le chemin qui vire sur la gauche et serpente à quelques mètres à l'intérieur du bois avec un grand champ sur la droite. Le chemin à présent plus étroit finit par déboucher sur un bon chemin d'exploitation (GR®36).

(5) Partir à droite dans le chemin qui traverse le secteur dit La Vallée. Peu après le chemin est bordé de deux belles haies arbustives tout en offrant de belles vues sur les champs alentours. Poursuivre jusqu'à la route desservant Sèche-Bec qui se trouve à proximité sur le côté gauche. traverser la route prudemment et continuer en face dans un chemin en terrain nu. Aller jusqu'au croisement avec un chemin sur la gauche.

(6) Bifurquer à gauche dans le chemin en très légère montée et bordé d'une haie à main droite. Continuer jusqu'à un carrefour entre la route D101 menant de Beauvoir-sur-Niort à Marigny et celle menant au lieu dit le Grand Mauduit.

(7) Emprunter prudemment la route D101 vers la droite sur une cinquantaine de mètres. Bifurquer à gauche dans un chemin au coin d'un petit bois. Suivre celui-ci qui traverse un secteur de grands champs ouverts au lieu dit Chiron de l'Ipaisse. Aller jusqu'à son débouché sur une petite route au niveau d'un virage à angle droit.

(8) Prendre à droite le chemin entre deux haies arbustives qui part vers le Nord. Peu après, celui-ci descend en s'approchant de la voie ferrée qu'il surplombe. Longer un bref moment la voie ferrée. Le chemin - Pln de Beauregard - est alors goudronné et s'écarte de la voie ferrée pour remonter le coteau. Un peu plus loin, de petites parcelles de vignes sont visibles, notamment à droite. Le chemin va vers l'Est. Devant un petit bois, tourner à gauche et descendre vers la voie ferrée au lieu-dit les Vignes Franches.

(9) Juste avant la voie ferrée, bifurquer à droite dans le chemin qui la longe à main gauche, chemin dit de Beauregard. Arriver à la Gare de Marigny, toute modeste et continuer jusqu'au carrefour avec la route D102, Rue de la Gare.

(10) Virer à droite dans un étroit chemin qui longe la route D102 (séparé de celle-ci par une barrière). Le suivre en direction de Marigny. Entrer dans le village et aller jusqu'à l'Impasse de l'Église sur le côté droit. Bifurquer dans cette impasse et avant le portail de l'église Saint-Jean-l'Évangéliste, très austère, prendre la venelle qui longe l'église et permet d'arriver au chevet où se trouve un panneau indicatif et une belle vue sur celle-ci. Rejoindre la Rue de Beauvoir et partir vers l'Est en direction de la Mairie pour arriver aussitôt à la Place du Centre (D/A).

Avant de rejoindre le point de stationnement qui marque la fin de ce parcours, voir la belle maison où vécut Yves Rabault, le barde chansonnier poitevin.

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 53m - Parking de la Place du Centre
1 : km 2.32 - alt. 75m - Croisement route forestière N°11 - chemin à droite
2 : km 3.53 - alt. 89m - Croisement route forestière N°11 - chemin à droite
3 : km 4.49 - alt. 91m - Carrefour route D1 - Allée Verte
4 : km 4.67 - alt. 85m - Croisement Allée Verte - chemin à droite
5 : km 5.41 - alt. 65m - Croisement de chemins en lisière de bois
6 : km 6.59 - alt. 71m - Croisement de chemins en T après Sèche-Bec
7 : km 7.1 - alt. 80m - Carrefour route D101 - route et chemin
8 : km 7.94 - alt. 74m - Croisement 2 chemins dans virage de route
9 : km 9.04 - alt. 55m - Croisement de chemins près de la voie ferrée
10 : km 9.93 - alt. 49m - Carrefour avec la rue de la Gare(près voie ferrée)
D/A : km 10.82 - alt. 53m - Parking de la Place du Centre

Informations pratiques

Le point de stationnement se situe Place du Centre dans Marigny. En fond de parking sur la droite au fond d'un petit espace enherbé se trouve des toilettes. D'autres points de stationnement existe dans le village (en face du cimetière, à côté de ce dernier, près de la salle des fêtes). Pour ceux qui arrivent de l'Ouest par la route D102, possibilité de se garer à la gare de Marigny (un peu avant le (10) sur le circuit) et en tirer les conséquences pour faire le parcours.

Cette randonnée en terrain varié nécessite d'être très bien chaussé.

Ce parcours est partiellement balisé du fait qu'il emprunte des portions du GR®36 et du GR®36 diverticule, balisées en Rouge et Blanc. Il suit le GR®36 quasiment du départ au (1) , du (3) au (4), et du (5) à la route près de Séche-Bec. Malgré tout, il est conseillé de suivre les indications de ce descriptif et de la carte en y alliant une lecture des paysages traversés. Les indications de distance depuis le point de départ, voire les coordonnées GPS des points de passage (départ inclus) peuvent également faciliter le repérage du randonneur.

Variante : Pour ceux qui souhaiteraient un circuit plus court, possibilité de continuer tout droit au (6) pour rejoindre en quatre cent mètres environ le (1). La fin du parcours se fait alors par le même chemin qu'à l'aller jusqu'au (1). Dans ce cas le circuit fait 9,3 km

Randonnée réalisée par l'auteur le 13 décembre 2020.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Les balisages GR® et PR® sont la propriété intellectuelle de la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

Pendant la rando ou à proximité

Marigny
Au XIIe siècle, progression des surfaces en vignes au détriment du blé. La disette apparaît au moindre accident climatique.
Du XVe au XVIe siècle. On dit que François 1er, qui possédait un chenil à Rimbault pour chasser à courre en Forêt de Chizé, dégustait les vins locaux comme ceux de Marigny . Il appréciait les cépages comme la folle blanche pour le vin blanc et le balzac pour le vin rouge.
Au XVIIIe siècle, l'intensification des cultures et des céréales ce qui permet des plantations de vignobles.
Sous l'empire le vignoble qui n'occupe de 12% des surfaces labourables donne le principal revenu de la commune. Certains noms de fiefs évoquent la présence des vignes comme le Plantis, les Vignes Franches, Le Vigneau, les Vieilles Vignes, le Fief de Beauregard, le Fief des Dames, etc. Le vignoble va augmenter de 360 ha à 700 ha en 1875 (sur cinquante ans).
En 1881, les vignes sont contaminées et dépérissent, entraînant la disparition de la quasi totalité des vignobles.Il s'accompagne d'un exode de la population très important.
En 1889, la première laiterie des Deux-Sèvres est fondée à Beauvoir. Cela amènent tous les agriculteurs à se constituer un troupeau. En 1896 de nouvelles familles s'installent sur les terres libérées. Elles arrivent de Gâtine et de Vendée.

L'église Saint-Jean-Baptiste
Le lieu est habité depuis longtemps comme en témoignent des mégalithes et neuf tombeaux mérovingiens trouvés en 1883. En 936-954, Marigny (Marniacus) est le chef-lieu d’une circonscription carolingienne, une viguerie. L’église a dû être édifiée par les moines de l’abbaye Saint-Jean-de Montierneuf de Poitiers à la fin du XIe siècle. Elle a le même titulaire que l’abbaye, Jean l’évangéliste.
Elle est confirmée à l’abbaye par le pape Adrien IV en 1157. L’église priorale relève de Montierneuf jusqu’à la Révolution. Les bâtiments du prieuré jouxtaient l’église. Endommagée pendant les guerres de Religion, l’église connaît une importante restauration en 1715.
À la Révolution, elle est mise en vente comme bien national et acquise en 1793 par Jacques-Claude
Jard-Panvilliers. Elle sert de dépôt de salpêtre. Lorsque l’acquéreur propose à la commune de la lui revendre pour 1600 francs, la commune refuse. Il fait alors enlever le dallage et détruire les voûtes ainsi que les murs sud et ouest en 1801.
En 1813, arrive un nouveau conseil municipal qui décide de reconstruire l’église. M. de La Rochebrochard offre pour ce faire les pierres venant de l’ancien château de Fors.
Source : site internet officiel de la commune

La mise en valeur des abords permet d’admirer la beauté de la travée droite et de l’abside semi-circulaire flanquées des absidioles semi-circulaires du transept avec couvertures de lauze. L’ensemble est dominé par le
massif barlong du clocher. Le clocher, au-dessus du carré du transept, ne date que de 1854. En raison de son imposante assise octogonale on peut penser que le clocher d’origine devait être plus élancé. Un glacis en pierre de taille rachète le carré à quatre baies qui éclairent la chambre des cloches.
L’escalier en vis d’accès au clocher est à la jonction de la nef et du bras droit du transept. Le clocher couvre le carré du transept par une coupole octogonale sur trompes. Les quatre arcs du carré du transept sont construits en anse de panier. Les piliers sont décorés de gros chapiteaux qu’il faut admirer un à un. Sur chaque bras du transept voûté en berceau s’ouvre une absidiole semi-circulaire.
Le chœur comporte une travée droite voûtée en berceau et l’abside voûtée en cul-de-four et éclairée par
un oculus. Cette partie de l’église a été classée monument historique le 8 avril 1909.

La Forêt de Chizé
La forêt domaniale de Chizé
Vestige d'une forêt préhistorique, elle s'étend sur environ 3 435 ha et fait partie d'un ensemble plus vaste, le massif Aulnay-Chizé.

Une forêt ouverte
Traversée par le GR®36, le GR® de Pays de la sylve d'Argenson, la Forêt de Chizé accueille de nombreux visiteurs, randonneurs, cyclistes, écoliers, et scientifiques.

Une faune remarquable
Identifiée comme zone Natura 2000, la forêt abrite 31 espèces de mammifères, 6 espèces de reptiles, 8 espèces d'amphibiens, 78 espèces d'oiseaux et plus de 530 espèces de papillons !

Les feuillus dominants
La forêt de Chizé a la particularité d'être essentiellement composée de hêtres. Touchée par la tempête de 1999, elle fait aujourd'hui l'objet d'observations et d'études approfondies sur la résistance de l'arbre dans le contexte du changement climatique.
On y trouve aussi de nombreux chênes, notamment le Chêne de l'Empereur, âgé d'environ 250 ans, et haut de 27 m ; mais aussi le Chêne Papinot, qui abritera votre pause pique-nique.

Une forêt, une légende : les sept chênes de Chizé
Il se dit que Mélusine, la fée du Poitou, survolant la Forêt de Chizé, devait absolument trouver un point d'eau pour baigner sa queue de serpent. Elle fit ainsi jaillir de sept glands un chêne à sept troncs au centre duquel une vasque naturelle se remplit d'eau. On l'appelle aujourd'hui la Baignoire de Mélusine.

Professionnels présents sur le site de Chizé :
Le laboratoire du CNRS (sur l'emplacement d'un ancien camp militaire de 1952 à 1967 qui abritait 4 000 militaires américains et civils français) ;
L’Ifrée (sur le site du CNRS) qui a pour objet de favoriser la mise en place d'une plus grande implication citoyenne par l'éducation à l'environnement ;
Zoodyssée (installée en 2009, une station de mesure de la qualité de l’air d’ATMO Poitou-Charentes permet de mieux comprendre les liens entre qualité de l'air et écologie forestière).
Source : site internet

Yves Rabault, le barde chansonnier poitevin (1910-1990)
La genèse de « Quand tu m’fais d’la sauce aux lumas »
Yves Rabault est né au 12 Chemin de Saint-Séverin, à Marigny, une petite commune rurale en lisière de la Forêt de Chizé. Issu d’une famille de paysans, il est surnommé le barde poitevin dans les années 30. Ses "Histouères et chantuseries", parues en 1982 et préfacées par Léon Zitrone, sont le recueil de toute son œuvre dont la célèbre « Sauce aux Lumas » écrite en 1940 sur l’air de « Quand on s’aime bien tous les deux » de Vincent Scotto, une idée venue en 1934 alors qu’il se produit à Paris au Caveau de la République, au Lapin Agile, au Théâtre des Deux Ânes, au Coucou ou à La Lune Rousse ; une chanson qui fera le tour de la France !
Il se remarie en 1965 avec Simone Suzange, pianiste-accompagnatrice et vedette des cabarets parisiens qui crée une école de danse et de musique à Marigny. Il prend alors la direction des Productions Paris Variétés créées par son épouse ; reçoit en 1973 le prix Georges Chepfer décerné au meilleur poète-chansonnier patoisant de l’année. Après une carrière bien animée, il repose désormais au cimetière de Marigny.

Qu’est-ce que le « luma » en Poitou ?
Nommé « luma » (*) en Poitou et en Aunis, « bavou » en Deux-Sèvres et « cagouille » (**) dans les Charentes, Il s’agit du petit-gris, un escargot de 30 à 40 mn pesant de 6 à 18 g. dont les bastions français de l’héliciculture sont Cavaillon, dans le Vaucluse et la Charente-Maritime ; le Poitou-Charentes demeurant le meilleur producteur, même si le gastéropode se prête mal à l’élevage qui est alors marginal.
(*) Du latin « limax » donnant limace, limaçon.
(**) Du latin « cuculle » signifiant cagoule, capuchon.
Pour en savoir davantage
Source (extraits)''

Autres randonnées dans le secteur

La Pétousse par Léther
Distance 9.5km Dénivelé positif +23m Dénivelé négatif -30m Durée 2h45 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Fors - 79 - Deux-Sèvres

Agréable balade au Nord-Est de Fors dans une campagne alternant les zones bocagères avec d'autres aux champs ouverts. Le circuit, très nature, permet également d'approcher la patrimoine bâti, ancien témoin du passé.

Boucle des Essarts depuis la Maison Forestière du Pas Trop Fort
Distance 11.14km Dénivelé positif +35m Dénivelé négatif -30m Durée 3h15 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Les Fosses - 79 - Deux-Sèvres

Randonnée très nature en Forêt de Chizé au départ de la Maison Forestière du Pas Trop Fort. Le parcours très ombragé permet de découvrir une forêt très structurée dans la première partie avec des allées forestières, des chemins, etc. La seconde partie emprunte un chemin qui serpente davantage rompant la monotonie que l'on ressent parfois en forêt.

La Courance et le Puits de la Rivière
Distance 11.17km Dénivelé positif +20m Dénivelé négatif -20m Durée 3h15 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Romans-des-Champs - 79 - Deux-Sèvres

Une agréable randonnée sur des chemins ombragés dans cette zone de bocage aux alentours de Saint-Romans-des-Champs. Ce parcours suit le cours de la Courance et va à la découverte du Puits de la Rivière. La traversée de quelques hameaux favorisera une approche du bâti traditionnel.

Les Bois de Saint-Romans et la Grande Brousse
Distance 11.09km Dénivelé positif +21m Dénivelé négatif -20m Durée 3h15 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Romans-des-Champs - 79 - Deux-Sèvres

Une bien belle boucle sur le plateau Niort-Brioux, entre Saint-Romans-des-Champs, le Bois de Saint-Romans et le lieu-dit La Grande Brousse. Des paysages variés avec des champs ouverts, de petits bois, le ruisseau le Râleau, etc.

De Vauballier à la Grande Brousse
Distance 12.14km Dénivelé positif +34m Dénivelé négatif -32m Durée 3h35 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Les Fosses - 79 - Deux-Sèvres

Cette randonnée très nature consistant à un grand tour de plaine au départ de la Mairie de Vaubalier et passant près de la Forêt de Chizé avant de frôler le hameau de la Grande Brousse, permet de découvrir des paysages différents tout au long du parcours aux couleurs variés en fonction des cultures.

Le Coin du Bousseau
Distance 4.2km Dénivelé positif +11m Dénivelé négatif -11m Durée 1h15 Facile Facile
Départ Départ à Prissé-la-Charrière - 79 - Deux-Sèvres

Afin de préserver la richesse de son patrimoine environnemental, la Forêt du Grand Boussseau a été désignée Espace Naturel Sensible. À ce titre, elle bénéficie de la politique de préservation et d’éducation à l’environnement du Conseil Départemental des Deux-Sèvres. Ce petit parcours vous propose de découvrir ce milieu protégé.

Des Terres Morrines au Peu par le Chiron Mallet
Distance 12.55km Dénivelé positif +37m Dénivelé négatif -37m Durée 3h40 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Martin-de-Bernegoue - 79 - Deux-Sèvres

Une grande balade dans la plaine de Niort-Brioux entre champs ouverts et coteaux. Beaucoup de paysages variés en passant du plateau en début de parcours à la vallée de la Guirande pour finir du côté de l'Abîme en passant au pied du Peu.

Boucle du Vieux Brulain à Availle
Distance 13.26km Dénivelé positif +50m Dénivelé négatif -42m Durée 3h55 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Brûlain - 79 - Deux-Sèvres

Un agréable tour de plaine dans une campagne assez bocagère autour de Brulain. Le parcours offre de découvrir une nature paisible et un patrimoine bâti à l'occasion de la traversée des bourgs, du Vieux Brulain, de Fayolle et d'Availle Le circuit passe à proximité du Château de la Motte du Bois.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.