Col du Larbastan par le Pas deth Gat

Pic et Col du Larbastan sont des classiques du Massif de Saint-Pé.
Cette fois, je vous y emmène par un passage très spécial, ouvert par les charbonniers depuis des siècles et plus fréquenté que par quelques rares chasseurs intrépides et quelques encore plus rares randonneurs curieux.
Rien que le début dans le lit de la Génie Braque vaut le détour : vasques et cascadelles charmantes, dans un environnement mystérieux...
Attention, point de balisage, ni de sentier mais la forêt quasi-vierge !

Fiche technique
n°4034262
Une randonnée Saint-Pé-de-Bigorre créée le dimanche 13 septembre 2020 par MCTOUL. MAJ : lundi 28 septembre 2020
Durée Durée moyenne: 5h25[?]
Distance Distance : 8.74km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 1023m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 1029m
Point haut Point haut : 1355m
Point bas Point bas : 416m
Difficile Difficulté : Difficile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Région Région : Pyrénées
Commune Commune : Saint-Pé-de-Bigorre (65270)
Départ Départ : N 43.084223° / O 0.165532°
Carte Carte IGN : : Ref. 1647ET - Commander : Version papier (cliquer-ici) - Version mobile (cliquer-ici)
Téléchargez : -
Belle vasque dans la Génie Braque Cascadelle de la Génie Braque Les vasques et cascadelles de la Génie Braque Les falaises d'Abédat

Description de la randonnée

Dans Saint-Pé, traverser la voie de chemin de fer et le pont pour gagner le quartier du Bout-du-Pont. Suivre les panneaux du Monastère du Désert de l'Immaculée.
Peu avant le monastère, au panneau Sep, bifurquer à droite sur une route se transformant vite en mauvaise piste, fréquentable toutefois en voiture citadine.
Atteindre la station de l'eau potable du village et se garer à proximité (3 places maxi).

(D/A) Ne pas descendre dans le lit de la rivière la Redo toute proche, mais s'engager sur la route goudronnée indiquée privée.
Dans le premier virage à droite, prendre à gauche un minuscule sentier qui s'enfonce dans la forêt déjà bien dense.

(1) À la première bifurcation, une borne en pierre à tête rouge indique la direction du sentier à prendre pour descendre dans le lit du torrent, la Génie Braque.
Atteindre le lit après être passé au-dessus du bâtiment de la station de pompage.
Une sente bien généralement bien marquée permet d'être guidé soit en rive gauche, soit en rive droite.
En rive gauche (rive à droite en montant) on atteint un premier petit barrage artificiel dans lequel plonge la canalisation de pompage. Poursuivre son chemin.
Passer plusieurs cascadelles et vasques en tous genres.
Dans un espace plus horizontal et très vaste, presque une clairière, on atteint la confluence avec l'affluent la Lio qui descend du Pic du Larbastan. Il y a de l'eau toute l'année.

(2) Quitter le lit de la Génie Braque rive droite, passer la Lio, passer les masses rocheuses du Serrat qui se jette ici et démarrer l’ascension pleine pente, cap au 210.
Ne pas hésiter parfois à faire de large lacets, la pente étant très raide.
Rester sur la droite de l'arête sans jamais s'en éloigner.
De temps en temps on peut voir (et suivre même) un balisage dit "de coupe" (voir Informations pratiques ci-dessous).

(3) Atteindre le pied des falaises d'Abédat (nom non-indiqué sur les cartes), en étant bien toujours très près de la crête. Il existe ici du balisage de coupe.
Sur la gauche c'est le ravin de la Lio.
Prendre alors à droite, à quelques dizaines de mètres du pied des falaises.
Longer ainsi les falaises qui présentent de nombreuses cheminées, dont certaines sont fréquentables.
Atteindre ainsi la fin de la falaise et une grande ouverture remontant en pleine pente vers le Sud.
Tout droit une masse rocheuse empêche de poursuivre ; elle marque le bord du ravin de la Lit.

(4) Prendre plein Sud dans la pente.
C'est là que démarre le Pas deth Gat (le passage du Chat en bigourdan) ; il faut l'agilité de ce félin pour oser s'y engager ! Toutefois, le passage n'est ni exposé, ni étroit, il est seulement très raide, comme beaucoup de pentes dans le massif mais bien large).
Il faut remonter au moins 70 m de dénivelé dans ce passage.
En le quittant ce n'est pas terminé : il reste 220 m de dénivelé à gravir pleine pente avant d'atteindre le replat du Sentier du Mesplé (nom non-indiqué sur les cartes).
Quitter le sentier en face pour poursuivre pleine pente, plus douce, sur le flanc Nord du Soum des Brioles.
Viser sa crête.

(5) Atteindre son sommet, pas très marqué du reste, à la cote 1272. Un bois de mélèze permet de le repérer et on commence à y trouver de nombreuses traces de bovins, qui viennent ici y trouver l'ombre des chaudes journées estivales ou un lieu de repos pour la nuit.
Suivre alors la crête Sud-Est, jusqu'au Pic du Larbastan en se frayant un passage au milieu des genévriers, des houx et des petits hêtres. Sur la gauche, le ravin vers les différentes sources de la Lio. Sur la droite, les pentes plus douces, menant aux estives du Cirque de Bat dé Haü.
Atteindre facilement le Pic du Larbastan (cote 1368).
De là descendre vers le Col du même nom, but de la randonnée.

Du col plusieurs possibilités :

  • redescendre dans la vallée par les estives de l'Artigue (de Richou), puis d'Aülhet,
  • redescendre dans la vallée par Bat-dé-Haü,
  • monter au Pic de Miquéu, ou au Soum de la Génie Braque (Pic du Pailhè (paille, grenier) de la Toue),
  • monter et poursuivre sur la crête des soums de Male-Taule, vers l'Isarce,
  • monter et poursuivre vers le Col d'Espadres.

Le présent parcours suit la 1re possibilité :
Descendre du col par le Sud-Est par un passage entre un gros rocher et la pente du col. Le sentier n'est pas large, mais bien tracé et balisé occasionnellement en Jaune. Descendre rapidement dans la magnifique et verdoyante Artigue de Richou. Laisser sur la gauche la Fontaine de la Digitale, nichée sous la falaise.
Franchir les passages entre les énormes dolines et atteindre un replat sur un sentier bien visible.
Laisser le Soum de l'Artigue, modeste butte sur la droite, et plonger vers la Cabane-Refuge d'Aülhet, entièrement bardée de bois clair.

(7) Atteindre la cabane et faire éventuellement une pause, en signant le Livre d'Or, en décrivant ce parcours.
Filer vers le Nord-Est, en descendant les estives, en restant bien sur la droite des pelouses. Atteindre la lisière de la forêt où est présent un poteau carré de de la Réserve Régionale Pibeste-Aülhet.

(8) Poursuivre à droite le long de la lisière vers l'Est hors sentier sur une centaine de mètres, jusque sur le haut de la croupe. Dans la forêt, chercher le vrai sentier, balisé en Jaune (mais très large et d'un Jaune "ancien"), non indiqué sur la carte IGN, mais indiqué sur OpenStreetMap. C'est un sentier de charbonniers également. De place en place, on découvre des anciennes charbonnières métalliques (dites "appareil Moreau") abandonnées là par leur ancien propriétaire, vraisemblablement au début du XXe siècle. Il y a encore du charbon de bois dans plusieurs d'entre elles... Ce passage est particulièrement pittoresque.

On laisse bien à droite (à l'Est puis au Sud) le Puntou de las Crampes (nom non indiqué sur la carte) à 1016 m. Rejoindre le sentier des Tachouères vers 890 m.

(9) On quitte ici les "sentiers oubliés du Massif de Saint-Pé", on revient dans la civilisation...
Prendre à gauche le sentier bien balisé en Jaune en continuant de descendre. Le sentier est suspendu au bord du ravin de la Génie Longue, qu'on n'aperçoit qu'avec attention, tant la végétation est dense ici.
À Pla de Bers, ne pas rater l'ancienne cabane et la cuve métallique de charbonniers, sur la gauche du sentier.

Continuer tout droit par un sentier de transhumance bien balisé en Jaune et bien matérialisé. Rejoindre le croisement de Pla dé Bers à la cote 824. Prendre à droite et descendre les nombreux lacets. Poursuivre ainsi ce long sentier et rejoindre pratiquement le monastère du Désert de l'Immaculée à Peyras.

À 430 m d'altitude, alors que le sentier redevient pratiquement et durablement horizontal, prendre à gauche en épingle un sentier bien marqué, non balisé. Ce sentier rejoint la rivière de la Redo, qu'on traverse à gué ou sur le joli pont de rondins. Puis on remonte et on atteint une grange en ruine et un ancien chantier de jeunesse de la Seconde Guerre Mondiale.

Prendre alors à droite le chemin qui serpente entre les clairières et les ruines, descendre dans le lit de la Génie où une passerelle permet de passer à sec et rejoindre rapidement en montant le parking (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 435m - Station de pompage de Sep
1 : km 0.29 - alt. 435m - A la borne - Prendre à gauche vers la Génie
2 : km 1.28 - alt. 538m - Confluence Génie-Lio - Prendre au 301°
3 : km 1.92 - alt. 885m - Falaises d'Abédat - Prendre à droite
4 : km 2.36 - alt. 882m - Pas deth Gat - Prendre pleine pente
5 : km 3.33 - alt. 1263m - Soum des Brioles (1272m)
6 : km 4 - alt. 1338m - Col du Larbastan (1350m)
7 : km 4.84 - alt. 1154m - Cabane de l'Aoulhet
8 : km 5.07 - alt. 1113m - Quitter sentier balisé. À droite à la lisière
9 : km 5.86 - alt. 931m - Sentier des Tachouères - Prendre à gauche
D/A : km 8.74 - alt. 435m - Station de pompage de Sep

Informations pratiques

Temps indiqué
J'ai fait ce parcours en presque 5 h 30 en juin, temps de pause compris. C'est un temps compté assez court.

Attention !

Cette randonnée s'effectue en pleine nature dans un environnement plutôt agressif : pentes raides, barres rocheuses, escarpements, épineux, parfois absence totale de balisage, parfois même absence de sentier... C'est pourquoi elle est réservée à des randonneurs aguerris, sportifs et ayant un bon sens de l'orientation. Un GPS peut également se révéler très utile.
J'ai classé cette randonnée "Difficile" en raison des difficultés décrites ci-dessus et particulièrement de la totalité hors sentier et hors balisage.

Balisage de coupe
(Appellation non normée)
Il s'agit d'une pratique très ancienne des chasseurs qui repèrent un parcours en coupant généralement de jeunes arbres de 1 à 5 cm de diamètre, à 1,5 m de hauteur environ. Ici à Très-Croutz ce sont des buis le plus souvent. On peut également trouver en complément des grosses entailles à la machette dans des troncs plus gros.
Cette technique permet au chasseur ou au randonneur de suivre ce balisage à la vue.
Son avantage réside dans sa rusticité et l'impact environnemental modeste par rapport à la peinture. De plus il est beaucoup plus pérenne.
Son inconvénient reste que le randonneur est peu habitué à ce repérage et ce type de suivi, et que les croisements de sentiers ainsi balisés peuvent vous emmener ailleurs qu'au but recherché...

Sécurité
Sur les arêtes, barres rocheuses et crêtes :
- comme partout en montagne, éviter de s'approcher des précipices,
- les abords du parcours sont truffés de cavités, trous, référencés ou pas. Rester concentrés et en alerte,
- au pied des falaises de (3) à (4) , des blocs de pierre peuvent se décrocher. prévoir le port d'un casque si on s'en approche.

Points d'eau
Pas de source sur le parcours. Prévoir l'approvisionnement avant de partir et/ou prélever dans la Génie, dont la réputation de pureté est élevée.

Lieux pour une halte et abris
Le seul véritable abri sur le parcours est le Refuge d'Aülhet (7) en cas de besoin (une partie est ouverte toute l'année pour les randonneurs).
En cas de grosses pluies ou orages on trouve aussi quelques petits abris sous roche sous les falaises de l'Abédat (3) jusqu'au Pas deth Gat (4) ou des abris sommaires de murets ou parois rocheuses un peu partout.

Matériel
Prévoir un équipement habituel de randonneur en moyenne montagne (chaussures de randonnées, vêtements adaptés, vêtement de pluie, eau, nourriture, couverture de survie, couteau, boussole, carte, sifflet, casque, ...).

Fréquentation
Le circuit est totalement en solitaire été comme hiver. Dès la fin du printemps, l'été et jusqu'aux premiers jours d'octobre, on peut trouver des troupeaux des Brioles au Col du Larbastan (très fréquenté par les bovins et équidés).
Également un peu de fréquentation humaine à partir du Col du Larbastan, randonneurs ou trailers isolés ou en groupes et parfois un paysan-berger, montant dans les estives vérifier son troupeau ou venant réparer une canalisation ou un robinet d'abreuvoir.

Toponymie - Orthographe des noms de lieux
Plusieurs noms de lieux ont des orthographes différentes : en bigourdan, en gascon, en gascon francisé, en français, ...
Et le Soum de la Génie Braque est une appellation récente, venue remplacer les noms plus anciens de Cap de la Génie Braque et auparavant Pailhè (paille, grenier) de la Toue.

Nous vous conseillons aussi d'emporter avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 1647ET.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

Faune-flore
La végétation de ce massif reflète l’importance de la sécheresse du sol due au relief et à la nature des substrats très perméables, mais compensée par la pluviosité et la nébulosité très importante : omniprésence du buis, du hêtre, du tilleul, du noisetier…C'est pourquoi les pentes boisées sont très humides et parfois très glissantes. (source : Office de tourisme de Saint-Pé).

Avec un peu de chance vous croiserez également la route d'une abondante faune. En particulier les vautours percnoptères, dont quelques beaux spécimens peuplent ces sommets, et les isards et mouflons corses sur les hauteurs de l'Artigue et sur les crêtes.

Un peu d'histoire
La forêt de Saint-Pé est aussi appelée forêt de Très-Croutz (ou Très-Crouts ou Tres Croutz ou Tres Crouts ou Tres Crots).
L'origine de ce nom "Très-Croutz" proviendrait des "Trois Croix" (très croutz en bigourdan/gascon) inscrites dans la pierre au lieu-dit "la Toue", en plein cœur du massif, vers 1400 m d'altitude.
Les Trois Croix sont le témoignage de conflits pastoraux ancestraux entre Asson, Salles et Saint-Pé-de-Bigorre.

On peut agrémenter ce circuit par :
- le passage par les entrées de plusieurs grottes, gouffres, aven, dont l'essentiel n'est pas mentionné sur la carte IGN (1600 cavités sont répertoriées dans le massif ; voir www.karsteau.org), ou même leur visite avec un accompagnateur diplômé,

A voir à proximité
- La ville de Lourdes, le Sanctuaire marial ;
- La vallée de Batsurguère ;
- Le village de Saint-Pé-de-Bigorre, le village, son patrimoine culturel, ses animations, la forêt de Très Crouts et la réserve régionale du Pibeste-Aoulhet, les activités nautiques ;
- La narration du nouveau balisage de la réserve à l'automne 2014 ;
- La vallée des Gaves,
- les autres randonnées de l'auteur à proximité sur visorando.

En savoir plus...
- On peut utilement consulter le site et les ouvrages de la réserve naturelle régionale du Pibeste-Aoulhet. Le plus remarquable est le "topo-guide de la réserve" truffé de renseignements, circuits et anecdotes !
- L'Office de Tourisme de Saint-Pé publie également de nombreuses brochures et propositions de randonnées détaillées. L'une des brochures peut être intéressante pour découvrir faune et flore du massif : Brochure sentier karstique, même s'il ne s'agit pas de cette randonnée.
- L'ancienne ferme de Peyras, désormais Monastère de Bethléem.
- On peut se plonger dans la lecture d'ouvrages locaux :
Abbé B.Abadie, Le Sanglier du Picharrot Ed. Marrimpoey Jeune,
Jacques-Emile Mengelle, Bigorre de mon enfance,
Jean-Claude Mengelle, Le solitaire de la Gargante.

Autres randonnées dans le secteur

Gouffre de Paybou en boucle par Calihourc et le Sentier de Gatès
Distance 7.28km Dénivelé positif +833m Dénivelé négatif -826m Durée 4h30 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Aller visiter la gueule béante de l'impressionnant Gouffre de Paybou, perdu en pleine forêt pentue, n'est qu'un des motifs pour justifier cette splendide randonnée au cœur de la Forêt de Très-Croutz, dans le Massif de Saint-Pé.
On marche ici sur les pas de l'Abbé Bernard Abadie qui a rendu célèbre, non seulement ce gouffre qu'il a "inventé" mais aussi le site remarquable et inquiétant de Calihourc où il posa pour la postérité, pipe à la main, béret vissé sur la tête et regard malicieux...

Torrent de la Génie Braque et retour par l'Aülhet
Distance 11.03km Dénivelé positif +1050m Dénivelé négatif -1050m Durée 6h10 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Joli circuit, sportif et exigeant, à travers la forêt de Très-Croutz en passant par le lit du torrent La Génie Braque.
La boucle fait son retour par la croupe de l'Aülhet (et sa cabane ouverte toute l'année) après avoir parcouru les estives du cirque de Bat de Haü, bien visible depuis la vallée du Gave de Pau et Saint-Pé-de-Bigorre.

Cabane de l'Aoulhet
Distance 5.58km Dénivelé positif +760m Dénivelé négatif -760m Durée 3h45 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

La Cabane de l'Aoulhet est une destination prisée des Saint-Péens sur les hauteurs du village, en plein cœur de la forêt de Très-Croutz.
Bien qu'étape sur de nombreux parcours du massif, elle peut aussi être une destination appréciée, à la frontière des estives ensoleillées et de la forêt moussue et avec une vue remarquable sur les falaises du Montné, la vallée encaissée de la Génie Longue, les falaises des Picharrots et les autres estives du Prat du Rey.

Soum de la Génie Braque par la forêt de Tres-Croutz
Distance 10.09km Dénivelé positif +1103m Dénivelé négatif -1103m Durée 6h00 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Jolie randonnée en moyenne montagne dans la luxuriante forêt de Saint-Pé-de-Bigorre (ou de Tres-Croutz ou Crouts = Trois Croix en bigourdan). Le premier quart de la randonnée est un peu ardu, car pentu. On parcourt ensuite les estives de l'Aülhet et de l'Artigue, puis la crête vers l'Ouest, jusqu'au sommet du Soum de la Génie Braque. Bien connu des locaux, ce parcours offre un dépaysement garanti !

Les estives de l'Aoulhet
Distance 10.8km Dénivelé positif +934m Dénivelé négatif -941m Durée 5h45 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Découvrez une zone du piémont pyrénéen restée très préservée : aucune piste forestière ne pénètre ces vastes étendues boisées. Parcourez une nature encore sauvage grâce à un vieux chemin de montée aux estives et un ancien sentier de charbonniers. Découvrez les grandes hêtraies de Tres Crouts, les estives de l'Aoulhet, sans doute les lieux les pus pittoresques et les plus sauvages de la réserve naturelle régionale du Pibeste-Aoulhet.

Boucle du col d'Espadres via Cuts d'Ausèth et Pla de Bers
Distance 16.97km Dénivelé positif +1358m Dénivelé négatif -1353m Durée 8h45 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Grande randonnée en moyenne montagne par des chemins de vaches et de moutons bien souvent, et d'isards parfois. Ce parcours vous entraîne dans des endroits très peu fréquentés, le Soum des Brioles et le Col d'Espadres, au cœur du massif de Saint-Pé-de-Bigorre, hauts lieux d'un pastoralisme toujours vivace (bien qu'en perte), dans un environnement géologique karstique, truffé de cavités et de dolines.

Cap des Litas par Coumo Rédo et Col d'Espadres
Distance 15.11km Dénivelé positif +1216m Dénivelé négatif -1209m Durée 7h45 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Sur les sentiers oubliés de Saint-Pé-de-Bigorre n°3
Grande boucle sportive et engagée au-dessus de Serre Pourcou, à travers les plateaux montagneux et les estives du Piémont pyrénéen, et l'immense et insondable forêt de Très Croutz, ou forêt domaniale de Saint-Pé-de-Bigorre.
La diversité des paysages rencontrés ne laisse jamais le randonneur indifférent...

Pic de Miquéu en boucle par Coumo Redo et Calihourc
Distance 11.24km Dénivelé positif +1113m Dénivelé négatif -1106m Durée 6h25 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Sur les sentiers oubliés de Saint-Pé-de-Bigorre n°4

Belle vue depuis le Pic de Miquéu (1452m) sur le Massif de Saint Pé et les estives et jusqu'aux sommets de la chaîne frontalière.
Le parcours passe par plusieurs sentiers ancestraux non repérés sur les cartes, ce qui en fait un intérêt supplémentaire. Au retour, se découvre le site remarquable de Calihourc, avec ce lapiaz en forme de confessionnaux, célébré et photographié par l'Abbé Abadie dans son ouvrage "Le Sanglier du Picharrot".

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.