Cap des Litas par Coumo Rédo et Col d'Espadres

Une randonnée Saint-Pé-de-Bigorre créée le samedi 12 novembre 2016 par MCTOUL. MAJ : jeudi 06 décembre 2018

Sur les sentiers oubliés de Saint-Pé-de-Bigorre n°3
Grande boucle sportive et engagée au-dessus de Serre Pourcou, à travers les plateaux montagneux et les estives du Piémont pyrénéen, et l'immense et insondable forêt de Très Croutz, ou forêt domaniale de Saint-Pé-de-Bigorre.
La diversité des paysages rencontrés ne laisse jamais le randonneur indifférent...

Fiche technique
Durée Durée moyenne: 7h15[?]
Distance Distance : 15.11km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 1216m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 1209m
Point haut Point haut : 1493m
Point bas Point bas : 401m
Difficile Difficulté : Difficile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Régions Régions : Pyrénées, Pyrénées centrales
Commune Commune : Saint-Pé-de-Bigorre (65270)
Départ Départ : N 43.085273° / O 0.160711°
Carte Carte IGN (cliquez-ici pour commander) : Ref. 1647ET
Téléchargez : -
Sentier des charbonnières de l'Aülhet Au Cap des Litas Versant Nord (ombrèr) de Serre-Pourcou Dans la hêtraie de Serre-Pourcou la limite de la forêt domaniale La jeune hêtraie sur le Serrat Pourcou

Description de la randonnée

Garer sa voiture sur le petit parking (4 ou 5 voitures maximum) en dessous de l'entrée du Monastère des Sœurs de Béthléem, à Peyras.

De Peyras à la cabane d'Aülhet (5) par Coumo Redo(3) et Pla de Bers

(D/A) Le sentier, assez large, démarre sur la droite du portail d'entrée. Bordé de murets en grosses pierres sèches, il parcourt à l'horizontale quelques dizaines de mètres, bien balisé en Jaune.

(1) À la première fourche, prendre tout droit (à gauche le sentier est indiqué "Refuge de l'Aoulhet 3h".
On va préférer une variante au chemin classique pour monter à la Cabane d'Aülhet, le sentier historique de Coumo Redo réhabilité par les chasseurs il y a quelques années.
Le sentier est encore visible en pointillé sur la carte IGN, mais sans balisage.
Après la traversée de la Coumo Redo à gué (ou sur la passerelle branlante si trop d'eau), le chemin le plus simple remonte jusqu'à une grange ruinée et un ancien chantier de jeunesse de la seconde guerre mondiale, Les Castets, aujourd'hui utilisé comme aire de camping par des scouts l'été.
Après la grange ruinée, prendre à gauche jusqu'au fond de la clairière. Le sentier n'est plus tracé sur la carte IGN (mais on le trouve encore sur OpenStreetMap).

(2) Dès le démarrage de la montée, juste derrière un arbre à la borne en pierre n°193, laisser le sentier qui poursuit dans la coume et prendre en montant vers l'Ouest, direction la Coumo Lio.
De nombreuses bornes en pierre (Blanche et Rouge) jalonnent ainsi le massif, elles délimitent la forêt domaniale indivise Saint-Pé - État.
Le sentier est bien tracé, assez large, mais non balisé au départ. Toutefois, assez rapidement, on trouve quelques marques Bleues à la bombe sur les arbres.
À la 1ère fourche, 300 mètre environ après la borne (10-15min maxi), prendre à gauche franchement pour remonter sur le Sarrat dets Castets. Le sentier est réputé terrain de jeu des chasseurs de sangliers, mais n'existe désormais sur aucune carte. Nombreuses traces de balisage Bleu.
Ce sentier ancien, mais parfaitement bien tracé et maintenu, va permettre de gagner en altitude, jusqu'à environ l'altitude 600m, où il va pointer vers l'autre face du serrat, vers le ravin de la Coumo Redo.
Il reste sur cette face de la croupe, franchit la limite de la "Réserve Biologique Intégrale" (RBI) de Saint-Pé, matérialisée par des traits Bleus sur fond Blanc (ou seulement Bleus) et une pancarte indicatrice (voir photo ; malheureusement cassée en mars 2017), jusqu'à atteindre le Torrent de la Redo et le franchir sur une belle dalle, juste en aval d'une modeste cascade d'1m50 (à sec en septembre 2016). Il faut entre 1h30 et 2h pour arriver ici.

(3) À partir de la Redo, poursuivre plein Est sur le sentier bien visible, bien que plus petit et encombré parfois d'arbres couchés dans la pente.
Atteindre le ravin très pentu d'un l'affluent à la Redo, avec plusieurs autres charmantes petites cascades.
Attention pas de WP et ne pas traverser le ravin ici !
Remonter le ravin peu encaissé en restant rive gauche, en empruntant un chemin peu engageant mais bien balisé en Orange.

(4) Quelques dizaines de mètres de dénivelé plus haut, franchir le ravin et poursuivre jusqu'à atteindre Pla de Bers, très exactement au carrefour coté 824.
La suite est plus classique, puisqu'on emprunte à droite le sentier historique de transhumance vers les estives d'Aülhet ou Aoulhet (prononcez "aouyette").
Le sentier est parfaitement balisé en Jaune (il parcourt partiellement le Circuit n°3 de la Réserve de Pibeste-Aoulhet). Le sol est très caillouteux et glissant par temps humide.
Peu à peu, la forêt touffue et les sous-bois de buis s'éclaircissent et le sentier parcourt une hêtraie de haute futaie. Après un temps de marche compris entre 20min et 1/2h selon le rythme, on atteint une hêtraie en demi-cercle nommée l'Amphithéâtre.
Le sentier reprend son ascension à travers cette belle forêt et laisse sur la gauche un promontoire rocheux remarquable et très moussu. À la lisière de la forêt, on trouve un poteau indicateur de la réserve (RNR Pibeste-Aoulhet) en bois, très pratique pour trouver l'entrée du bois au retour, surtout s'il y a un peu de brouillard. Arrivée dans les estives.

(5) Après une courte montée, toujours balisée en Jaune, atteindre la cabane-Refuge d'Aülhet, désormais magnifique bâtiment en bardage bois, partagé en 2 parties, l'une pour les bergers, l'autre pour les randonneurs-chasseurs-spéléo (depuis fin 2016). Il y a quelques barrières à bestiaux récentes à proximité.
Malgré les méandres de notre sentier et les difficultés en cours de route, il ne nous aura fallu que 3 heures, comme indiqué sur la pancarte par le sentier "facile" dans la vallée.

D'Aülhet(5) au Col d'Espadres(8)

Après une courte pause, reprendre le circuit en grimpant à travers la pelouse derrière la cabane, en prenant la direction du Col d'Espadres (poteau indicateur), indiqué aussi Espades sur les cartes. Laisser sur la droite le rocher et sa plaque commémorative d'un parachutage d'armes en 1944.
Pointer vers le sommet le plus proche, celui du Soum d'Artigue, et atteindre le Collet d'Aülhet à 1215m. S'ouvre sous nos yeux, le vaste et très beau pâturage d'estive de l'Artigue. "Artigue" signifie "pâturage acquis par défrichement" en langue occitane. Prendre le modeste sentier qui serpente à votre droite sur le flanc, sous le massif rocheux.
Passer auprès de la Fontaine de la Digitale (remarquer au passage qu'une conduite canalise cette source jusqu'à un abreuvoir légèrement en contrebas et jusqu'à la cabane d'Aülhet). Le parcours est toujours balisé en Jaune, mais plus espacé. Attention de ne pas rater une marque !

(6) Atteindre le Col de Larbastan (1350m, sous le Pic du même nom à 1368m). Poursuivre à gauche du col l'ascension vers le Soum de la Génie Braque.
Le sentier monte franchement sur les flancs du Pic de Miquéu et celui de Hourbilagous, qu'on laisse tous deux à gauche. Attention, en hiver les pentes Nord de ce pic couvertes de neige sont des lieux d'avalanches connus...
C'est ici le sentier des Cuts d'Ausèth (les dolines ou grands entonnoirs, littéralement les "nids d'oiseaux" en bigourdan).
On arrive sur la crête du plateau au lieu-dit Bosc deth Troncar (1455m) (en bigourdan=forêt du tronqué ; de la montagne tronquée ?). Un panneau indicateur de la réserve dirige tout droit vers le Plateau de l'Isarce (via le Soum de la Génie Braque) et sur la gauche vers le Col d'Espadres. Prendre à gauche.
Ne pas s'aventurer dans cette zone en cas de brouillard ou de plafond nuageux bas, les nombreuses dolines sont des pièges à randonneurs.

S'il fait beau, plutôt que de suivre le semblant de sentier, toujours balisé en Jaune, piquer au plus court vers le soum qui pointe à 1508m. Il n'y a pas d'autre sentier que des traces de bestiaux, mais il n'y a pas de risque de se perdre car on est à vue en permanence. Du haut du soum, on a une très belle vue sur le plateau de la Toue, à l'Ouest et sur le vallon de la Gargante, à l'Est.
Redescendre à travers les jeunes hêtraies et les quelques massifs rocheux, pour atteindre rapidement, mais à travers un lapiaz compliqué, hors sentier, une zone très dégagée, le Col d'Espadres, ou d'Espades (1416m). Il aura fallu entre 4h30 et 5h pour atteindre ce col.
C'est un lieu idéal pour faire une pause pique-nique, s'il n'y a pas trop de vent, comme parfois (sinon descendre dans le vallon d'Aguée). Tant à l'Est, vers l'Aguée, qu'à l'Ouest, vers la Yerse, la vue y est magnifique ! Et le lieu est empreint de mystère. Dans les 2 vallons, ces estives d'altitudes sont sur une zone géologique de marnes dites de type "Sainte-Suzanne", schisteuses noires, souvent jaunes en surface par altération. On trouve souvent des troupeaux au col même et dans les estives.

(7) Sur votre droite se situe un magnifique point de vue, le Bosc deth Troncar.

Du Col d'Espadres(8) au Cap des Litas(10)

(8) Pour descendre dans le vallon d'Aguée, soit prendre le long du lapiaz, des strates calcaires en ruine, et passer au Nord de l'ancienne cabane de bergers, soit prendre au milieu du col une sente de bestiaux et passer au Sud de la cabane, près de nombreuses dolines.
Dans les 2 cas, aucun balisage. Le second cas n'est pas possible jusqu'en mai-juin, à cause d'un névé qui barre la descente.

Parcourir environ 400m, et prendre, toujours hors balisage, la direction du Nord dans un collet nommé Porto dé la Gleise, non désigné sur les cartes (Col de l'Église en bigourdan, probablement le passage des bergers de retour vers le village, par un sentier dans le vallon de la Gargante, aujourd'hui disparu). C'est une grande clairière, non encore complètement envahie par la végétation qui gagne pourtant ici du terrain...

(9) Au beau milieu du collet, chercher la borne, gravée directement sur un gros rocher, matérialisant à la fois la limite de la forêt domaniale, mais aussi la RBI.
À partir de là, prendre un sentier imaginaire, plein Est, suivant très exactement les marques de cette limite commune inscrite sur les arbres à la peinture (et parfois même gravées dans l'écorce).
La progression est facile sous une jeune hêtraie avec peu de sous-bois et une déclivité positive ou négative très raisonnable sur la crête de Sarro Pourcou.
Alors que l'ancien sentier charbonnier a complètement disparu, on atteint ainsi avec une facilité déconcertante le Cap des Litas, extrémité de cette crête, avant qu'elle ne plonge dans les profondeurs abyssales de la génie Longue et ses impressionnantes cascades.

Du Cap des Litas(10) à la Cabane d'Aülhet(5)

(10) Un sentier en pointillé existe bien sur la carte IGN papier, mais déjà plus sur la version informatique plus récente. En effet sur le terrain, plus aucune trace de cet ancien sentier rejoignant le fond du vallon de la Gargante, au lieu-dit "la cabane des Italiens" ou "Bat Séco".
Peu importe, à travers la forêt de hêtres plus anciens que sur le serrat, on dévale à gauche la pente douce sur 150m de dénivelé sans aucune difficulté.
Toutefois, pour éviter les mauvaises surprises des barres rocheuses ou des taillis impénétrables, je suggère d'en rester sur la trace de ce présent parcours : cap à l'Ouest jusqu'à 1290m, puis Nord-Ouest jusqu'à la Gargante.
Peu avant le torrent, on sort de la RBI (marques Bleues sur les arbres) et on trouve vite du balisage Jaune (ancien) en grosses marques très larges sur les arbres. C'est un des sentiers-repères du massif de Saint-Pé, autrement désigné "Sentier de Serre Pourcou" ou "des Tachouères" (lieu où il y a des blaireaux, en bigourdan/gascon).

(11) Ce lieu était entièrement défriché à la fin du XIXème siècle pour servir la cause de la production de charbon de bois, elle-même servant la cause de la production de clous et autres articles de ferronnerie, spécialités saint-péennes.
Suivre le sentier à gauche dans le bon sens (vers le Nord-Ouest), qui va serpenter au milieu des hêtres, pour prendre enfin la direction Nord-Est, afin de remonter sur l'Aülhet, montagne sur laquelle se perche la cabane-refuge du début de notre périple.
Dans le bas du Soum de l'Artigue, on rencontre les premiers abreuvoirs et enclos à bétail métalliques. Passer sous le Soum de l'Artigue, au Sud, puis à l'Est par un large chemin élargi récemment pour poser une canalisation d'eau. Atteindre la cabane d'Aülhet.

De la Cabane d'Aülhet(5) à Peyras(A)

(5) Redescendre l'estive jusqu'au poteau indicateur de la réserve (croisé à la montée).
Ne pas reprendre le même sentier qu'à l'aller, mais filer à droite le long de la lisière vers l'Est hors sentier, jusque sur le haut de la croupe. Dans la forêt, chercher le vrai sentier, balisé en Jaune (même couleur ancienne qu'à Bat Séco), non indiqué sur les cartes. C'est un sentier de charbonniers également. De place en place, on découvre des charbonnières métalliques (dites "appareil Moreau") abandonnées là par leur ancien propriétaire, vraisemblablement au début du XXème siècle. Il y a encore du charbon de bois dans plusieurs d'entre elles... Ce passage est particulièrement pittoresque...

(12) Rejoindre le sentier des Tachouères vers 890m. On quitte ici les "sentiers oubliés du Massif de Saint-Pé", on revient dans la civilisation...
Prendre à gauche le sentier bien balisé en Jaune en continuant de descendre. Le sentier est suspendu au bord du ravin de la Génie Longue, qu'on n'aperçoit qu'avec attention, tant la végétation est dense ici.
À Pla de Bers, ne pas rater l'ancienne cabane et la cuve métallique de charbonniers, sur la gauche du sentier. Rejoindre le sentier de la montée peu après Pla de Bers.

Continuer tout droit par un sentier de transhumance bien balisé en Jaune et bien matérialisé. Rejoindre le premier croisement passé à l'aller.

(1) Poursuivre le sentier et rejoindre Peyras (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 401m - Parking Sep-Peyras
1 : km 0.32 - alt. 439m - Fourche - Prendre tout droit
2 : km 0.79 - alt. 479m - Borne 193 - Prendre à gauche en montant
3 : km 2.15 - alt. 760m - La Redo
4 : km 2.53 - alt. 836m - Pla de Bers balisé Jaune - prendre à droite
5 : km 3.97 - alt. 1166m - Cabane de l'Aoulhet
6 : km 4.88 - alt. 1339m - Col du Larbastan (1350 m) - Prendre à gauche
7 : km 5.74 - alt. 1462m - Bosc deth Troncar
8 : km 7.08 - alt. 1418m - Col d'Espadres (ou d'Espades)
9 : km 7.64 - alt. 1376m - Porto dé la Gleise - Prendre à droite
10 : km 9.09 - alt. 1287m - Cap des Litas
11 : km 9.99 - alt. 1158m - Bat Séco - Prendre à gauche
12 : km 12.71 - alt. 929m - Sentier des Tachouères - Prendre à gauche
D/A : km 15.11 - alt. 401m - Parking Sep-Peyras

Informations pratiques

Comme bien souvent, je vous entraîne sur des pistes méconnues, non balisées et même plutôt hostiles aux randonneurs : particulièrement ici, les hauteurs de Sarro Pourcou.
Sarro Pourcou, ou Serre Pourcou est cette vaste étendue de forêt, sur la crête (le serrat) de la croupe montagneuse partant du col d'Espadres jusqu'au Cap des Litas.
Tous ces lieux anciens et parfois les sentiers sont sommairement décrits par l'Abbé B.Abadie dans son ouvrage de 1969 Le Sanglier du Picharrot.

Attention !
Cette randonnée s'effectue en pleine nature dans un environnement plutôt agressif : pentes raides, barres rocheuses, escarpements, épineux, absence totale de balisage, parfois absence de sentier... C'est pourquoi elle est réservée à des randonneurs aguerris et ayant un bon sens de l'orientation. Un GPS peut également se révéler très utile.
La carte IGN papier fait état d'un sentier entre (10) et (11). Mais la nouvelle version numérique n'en fait déjà plus mention. L'IGN applique sa politique bien normale pour un sentier abimé : très emprunté il est doublé d'un trait violet ; mais s'il l'est moins, tout d'abord il passe en pointillés, puis il est complètement supprimé. Ce n'est pas pour autant qu'il n'existe plus du tout...
Par ailleurs la trace Visorando de cette randonnée reste approximative du fait d'un mauvais captage des satellites dans ces zones très encaissées, particulièrement entre (2) et (3) et entre (10) et (11).
J'ai classé cette randonnée "Difficile" en raison des difficultés décrites ci-dessus et particulièrement des nombreuses portions hors sentier et hors balisage. C'est un parcours sportif, accessible uniquement à des randonneurs aguerris.
En hiver, avec de la neige, le classement passerait à "Très difficile". Je l'ai fait entièrement, excepté de Bosc deth Troncar à Bat Séco. Ça ne paraît pas plus compliqué que ça à faire, avec un maximum de vigilance dans la portion jusqu'au Col d'Espadres.

Temps indiqué
J'ai fait ce parcours en 7h20, temps de pause et pique-nique compris. C'est un temps compté assez court, compte tenu des difficultés du parcours. Partez de bonne heure et comptez au moins 8h pour être tranquille.

Points d'eau
Seule la Fontaine de la Digitale est réputée potable. De toutes les autres sources ou points d'eau croisés il faut se méfier, car attention, boire de l'eau en montagne n'est pas garanti sans risque...

Lieux pour une halte et abris
En cas de grosses pluies ou orages, le seul vrai abri le long du parcours est la cabane-bergerie d'Aülhet(5). On trouve aussi quelques abris sommaires de murets ou parois rocheuses un peu partout.

Matériel
Prévoir un équipement habituel de randonneur en moyenne montagne (chaussures de randonnées, vêtements adaptés, vêtement de pluie, eau, nourriture, couverture de survie, couteau, boussole, carte, sifflet, gps...).

Fréquentation
Au printemps et en été, de à (6), on peut croiser quelques randonneurs ou bergers occasionnels. Très rarement quelqu'un en hiver.
Ensuite, le circuit est totalement en solitaire, été comme hiver, sauf les troupeaux de bovins, ovins et équidés pendant la saison.

Orthographe des noms de lieux
Plusieurs noms de lieux ont des orthographes différentes : en occitan, en bigourdan, en gascon, en gascon francisé, en français, en IGN déformé, ...

Nous vous conseillons aussi d'emmener avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 1647ET.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

Faune-flore
La végétation de ce massif reflète l’importance de la sécheresse du sol dûe au relief et à la nature des substrats
très perméables, mais compensée par la pluviosité et la nébulosité très importante : omniprésence du buis, du hêtre, du tilleul, du noisetier…C'est pourquoi les pentes boisées sont très humides et parfois très glissantes. (source : Office de tourisme de Saint-Pé).
Une bonne partie de la randonnée s'effectue dans la "Réserve biologique intégrale" de Saint-Pé, 1010 ha sur les 2588 ha de la forêt indivise de Saint-Pé (voir sites onf.fr1 et Natura2000).
Sur cette justification des arbres "morts" laissés en place, on peut lire des articles intéressants sur le site Wikipedia Bois mort et Wikipedia Liste des ancienes forêts primitives.

Avec un peu de chance vous croiserez également la route d'une abondante faune. En particulier des sangliers, des chevreuils, des isards, parfois des mouflons au Pic de Miquéu, d'innombrables oiseaux et insectes divers, et parfois des batraciens (grenouilles, crapauds, salamandres).

Variantes
A l'affluent de la Redo, après le WP (3), il existe un passage sommaire rejoignant un peu en-dessous de Pla de Bers :
Dès l'arrivée sur le ravin de l'affluent, le traverser, une trace est visible, mais non balisée.
Il faut ensuite se frayer un chemin dans la végétation, cap au 060° : ronciers, sous-bois épais, hêtres couchés en travers de la pente... Il faut persévérer car en 35mn on fait la jonction avec le sentier balisé en Jaune, dans un espace récemment cairné. Peut-être intéressant si on redescend à Peyras, sans passer par Pla de Bers.

On peut agrémenter le circuit complet proposé par :
- un détour par le Soum de la Génie Braque (1529m),
- un détour par le marquage sur la roche des 3 croix, les Très-Croutz (voir ci-dessous), dans la Toue (voir autre randonnée, WP14 ici),
- la visite de plusieurs grottes, gouffres, avens, dont l'essentiel n'est pas mentionné sur la carte IGN (1600 cavités sont répertoriées dans le massif), si vous avez les compétences et le matériel !

Un peu d'histoire
La forêt de Saint Pé est aussi appelée forêt de Très-Croutz (ou Très-Crouts ou Tres Croutz ou Tres Crouts ou Tres Crots).
L'origine de ce nom "Très-Croutz" proviendrait des "Trois Croix" (très croutz en bigourdan/gascon) inscrites dans la pierre au lieu-dit "la Toue", en plein coeur du massif, vers 1400m d'altitude.
Les Trois Croix sont le témoignage de conflits pastoraux ancestraux entre Asson, Salles et Saint-Pé-de-Bigorre.
En 1569 les protestants béarnais de la vallée d'Asson décident d'attaquer les Bigourdans de l'Estrèms de Salles auxquels ils disputaient les montagnes d'Azun et de Maumula. Les 1 500 hommes avaient le dessin de mettre à feu et à sang le village de Salles et d'enlever tout le bétail de Vergoun. Mais la bataille fût remportée par les bigourdans. Ces conflits prenaient une telle importance qu'il fallait faire intervenir l'armée du Roi. Il était impossible à l'évêque de Tarbes d'instaurer la concorde. Source Abbé B.Abadie, Le Sanglier du Picharrot Ed. Marrimpoey Jeune.
Au lieu-dit "Très-Croutz" venaient converger sur cette montagne les évêchés de Tarbes, de Lescar et d’Oloron.
Aujourd'hui il en reste 3 croix gravées sur une roche et l'inscription 1716. On les trouve sur la carte IGN entre le "u" et le "e" de "La Toue".

A voir à proximité
- La ville de Lourdes, le Sanctuaire marial ;
- La vallée de Batsurguère ;
- Le village de Saint-Pé-de-Bigorre, le village, son patrimoine culturel, ses animations, la forêt de Très-Croutz et la réserve régionale du Pibeste-Aoulhet, les activités nautiques ;
- La narration du nouveau balisage de la réserve à l'automne 2014 ;
- La vallée des Gaves ;
- les autres randonnées de l'auteur à proximité sur visorando.

En savoir plus...
- On peut utilement consulter le site et les ouvrages de la réserve naturelle régionale du Pibeste-Aoulhet. Le plus remarquable est le "topo-guide de la réserve" truffé de renseignements, circuits et anecdotes !
- L'Office de Tourisme de Saint-Pé publie également de nombreuses brochures et propositions de randonnées détaillées. L'une des brochures peut être intéressante pour découvrir faune et flore du massif : Brochure sentier karstique, même s'il ne s'agit pas de cette randonnée.
- L'ancienne ferme de Peyras, désormais Monastère de Bethléem.
- On peut se plonger dans la lecture d'ouvrages locaux :
Abbé B.Abadie, Le Sanglier du Picharrot Ed. Marrimpoey Jeune,
Jacques-Emile Mengelle, Bigorre de mon enfance,
Jean-Claude Mengelle, Le solitaire de la Gargante.

Avis et discussion

Moyennes

Moyenne globale : 3.67/5
Nombre d'avis : 2
Fiabilité de la description : 3.5/5
Fiabilité du tracé sur carte : 3.5/5
Intérêt du circuit de randonnée : 4/5


Visorandonneur
le mardi 04 décembre 2018 à 08:39

Note globale : 4.33 / 5

Date de la randonnée : lundi 03 décembre 2018
Fiabilité de la description : Bien
Fiabilité du tracé sur carte : Très bien
Intérêt du circuit de randonnée : Bien

Le détour par la Coume Redo ne vaut pas (plus) le détour. Juste avant le torrent (3) et jusqu'à la cote 824 (4), le chemin n'existe quasiment plus, très encombré d'arbres et arbustes couchés. Il n'est manifestement plus utilisé et le balisage orange a quasiment disparu. Mieux vaut monter par le chemin "normal".
Très intéressant d'y ajouter l'ascension de la Génie-Braque + la descente sur les 3 croix d'où l'on rejoint très facilement le col d'Espadres.
La descente du Cap de Litas est au départ encombrée par les petits hêtres qui poussent de façon dense gênant la progression. Peut-être vaut-il mieux revenir au point 1341 et descendre directement sur le (11).
Du col d'Espadres (4h30 à 5h données par l'auteur) à l'arrivée au Peyras, le temps est largement sous-estimé.
Merci en tout cas pour cette (très) longue et belle boucle originale que propose l'auteur.


Visorandonneur modérateur
le dimanche 01 janvier 2017 à 09:29

Restons zen. Bonne année à vous tous.

gazok54 - modérateur


Visorandonneur
le samedi 31 décembre 2016 à 14:51

Merci cher Monsieur pour vos encouragements !
Mes vœux pour vous pour 2017 sont patience, paix, tolérance et partage.
Bonnes randonnées sur le terrain et sur visorando !

Marc


Visorandonneur
le mercredi 28 décembre 2016 à 08:54

Note globale : 3 / 5

Date de la randonnée : jeudi 15 décembre 2016
Fiabilité de la description : Moyen
Fiabilité du tracé sur carte : Décevant
Intérêt du circuit de randonnée : Bien

Bonjour, j'ai téléchargé le descriptif de cette randonnée et en est fait une partie ce jour la. Le reste du circuit, je l'ai déjà fait dans d'autres circuits en partant du monastère ou du quartier des Aoulhes d'Arthez d'Asson.
Le topo est trop long, trop de" baratin" l'important est noyé ou imprécis,dans (1)" le sentier remonte jusqu'à un ancien camp scout" non le sentier ne va pas jusqu'au camp il tourne à gauche après la grange ( on n'a pas besoin d'y passer en traversant lCoume Rede 100m en amont de la passerelle, on arrive directement sur la borne 19,3 pas cachée par un arbre comme dans le sens du topo.
Après, "à une fourche tournez à gauche" pas de temps de parcours ni d'altitude (530 m environ) car il y a énormément de sente de chasseurs tout au long. Je vous envoie un tracé GPS (si c'est possible) où vous verrez le vrai tracé sur la carte.
Pour (3) après la retraversée de Coume Rede vers 700 m on rejoint la" cascade" et là une sent balisée en orange datant déjà mais bien visible et nette permet de rejoindre le carrefour côté 824 m.
Je n'ai pas non plus retrouvé le sentier qui part du Cap des Litas.
raoul.gallardo@cegete.net pour plus

Autres randonnées dans le secteur

Le Mont de Gez
Distance 12.21km Dénivelé positif +662m Dénivelé négatif -662m Durée 5h05 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Argelès-Gazost - 65 - Hautes-Pyrénées

À l'Ouest d'Argelès-Gazost, un très joli circuit pas trop difficile sur des sentiers très bien entretenus qui nous propose 2 points de vue, sur la vallée du Gave de Pau, et une vue à 360° sur les Pyrénées Centrales !

Le Pic d'Alian depuis Ségus
Distance 10.28km Dénivelé positif +662m Dénivelé négatif -662m Durée 4h30 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Ségus - 65 - Hautes-Pyrénées

Randonnée accessible, classée moyenne car la dernière partie est un peu raide, mais sans aucun danger.
La randonnée s'effectue en majorité sur des beaux chemins d'estives balisés, avec un très beau panorama.
Le retour par Ossen demande un peu d'attention, car le balisage Jaune est très ancien. Le chemin emprunté est parfois très encombré.
Voir infos pratiques NOTA (1).

Lac de Soum au départ du Col du Soulor
Distance 5.72km Dénivelé positif +229m Dénivelé négatif -221m Durée 2h10 Facile Facile
Départ Départ à Arrens-Marsous - 65 - Hautes-Pyrénées

Une balade en limite des départements des Pyrénées Atlantiques et des Hautes Pyrénées, qui ne présente pas de difficulté et convient aux promeneurs. Elle permet de côtoyer moutons, chevaux, vaches et d'admirer planer quelques rapaces, et de profiter de la vue sur quelques sommets tels que le Pic du Midi de Bigorre et le Gabizos et sur de beaux paysages (vallées de l’Ouzom et d’Arrens Marsous).

Arrens-Marsous à Estaing par les anciens chemins pastoraux
Distance 12.48km Dénivelé positif +908m Dénivelé négatif -906m Durée 5h45 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Arrens-Marsous - 65 - Hautes-Pyrénées

Joli parcours assez sportif qui permet de voir le Pic d'Arrens et la haute montagne en arrière plan.
Chemin qui permet de joindre la vallée du barrage du Tech à la vallée du Lac d'Estaing en passant par les estives.

Lac d'Uzious et d'Anglas depuis Gourette
Distance 11.48km Dénivelé positif +1085m Dénivelé négatif -1093m Durée 5h50 Difficile Difficile
Départ Départ à Eaux-Bonnes - 64 - Pyrénées-Atlantiques

Jolie boucle depuis Gourette qui permet de passer par de nombreux lacs.
A entreprendre par beau temps.
Respecter le sens décrit sur ce descriptif. Il faut monter par la conduite.
Classée difficile car passage délicat (mais sans danger) sur l'ancienne conduite forcée

La Crèque Noèle à Rieulhès
Distance 1.15km Dénivelé positif +59m Dénivelé négatif -54m Durée 0h30 Facile Facile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Cette petite balade familiale vous entraîne sur le chemin d'une mignonne petite grotte très accessible. Elle a accueilli toutes sortes de bêtes au cours des millénaires, mais aussi des humains. Tous ont laissé des traces dont peu sont visibles à l’œil nu, si ce n'est les bauges à ours et les pointages des fouilles paléontologiques.
Restent le beau volume de cette grotte, étonnant et rare dans la région, et son emplacement dans cette toujours mystérieuse forêt de Très-Croutz.

Boucle du Mousqué à Saint-Pé-de-Bigorre
Distance 7.53km Dénivelé positif +273m Dénivelé négatif -277m Durée 2h50 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Lieu incontournable des saint-péens et leurs amis, les sommets du Mousqué et de la Tourette permettent une balade dépaysante et des panoramas magnifiques sur les environs de Saint-Pé-de-Bigorre.
Idéal au coucher du soleil l'été.
Pendant la randonnée, ne pas rater :
- le belvédère du quartier Labatut sur le village et son ancienne abbaye,
- les 2 points de vue remarquables sur le massif de Saint-Pé et sur la plaine de Nay jusqu'à Pau,
- le coin pique-nique barbecue,
- une palombière.

Col d'Ech à partir d'Omex
Distance 2.78km Dénivelé positif +123m Dénivelé négatif -123m Durée 1h05 Facile Facile
Départ Départ à Omex - 65 - Hautes-Pyrénées

Petite randonnée aux abords de Lourdes, dans la vallée de Batsurguère. Sur les hauteurs du charmant village d'Omex, on trouve des pâturages isolés dans une cuvette naturelle, source du ruisseau des Moules. Le col est surmonté du Soum du même nom et du Mail des Portes, début de la très belle crête des Pernes, vers le Soum du Montné, porte du massif de Saint-Pé-de-Bigorre et de la forêt de Très-Crouts.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.