Boucle du col d'Espadres via Cuts d'Ausèth et Pla de Bers

Une randonnée Saint-Pé-de-Bigorre créée le vendredi 11 décembre 2015 par MCTOUL. MAJ : lundi 03 décembre 2018

Grande randonnée en moyenne montagne par des chemins de vaches et de moutons bien souvent, et d'isards parfois. Ce parcours vous entraîne dans des endroits très peu fréquentés, le Soum des Brioles et le Col d'Espadres, au cœur du massif de Saint-Pé-de-Bigorre, hauts lieux d'un pastoralisme toujours vivace (bien qu'en perte), dans un environnement géologique karstique, truffé de cavités et de dolines.

Fiche technique
Durée Durée moyenne: 8h05[?]
Distance Distance : 16.97km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 1358m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 1353m
Point haut Point haut : 1491m
Point bas Point bas : 403m
Très difficile Difficulté : Très difficile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Région Région : Pyrénées
Commune Commune : Saint-Pé-de-Bigorre (65270)
Départ Départ : N 43.085088° / O 0.160687°
Carte Carte IGN (cliquez-ici pour commander) : Ref. 1647ET
Téléchargez : -
Cabane de l'Aoulhet (intérieur) Estive d'Aoulhet Lieu-dit "L'amphithéâtre" Col d'Espadres (ou d'Espades)

Description de la randonnée

Garer sa voiture sur le petit parking (4 ou 5 voitures maximum) en dessous de l'entrée du Monastère des Sœurs de Béthléem, à Peyras.

De Peyras au Soum de Brioles (5) par la cabane d'Aületh et le col de Larbastan
Aülhet ou Aoulhet : prononcez "aouyette"

(D/A) Le sentier, assez large, démarre sur la droite du portail d'entrée. Bordé de murets grossiers en pierre, il parcourt à l'horizontale quelques dizaines de mètres. A la première fourche, prendre à gauche direction "Refuge de l'Aoulhet 3h" (tout droit le sentier mène à la grotte de Castets).

Orienté au Sud, le sentier devient bientôt très abrupt. Il emprunte un très ancien chemin de transhumances toujours en activité. Le sentier est parfaitement balisé en Jaune (le circuit parcourt partiellement le balisage n°3 de la Réserve de Pibeste-Aoulhet). De nombreuses bornes en pierre (Rouge) jalonnent le massif, elles délimitent la forêt domaniale. Le sol est très caillouteux.

A la cote 824, peu avant le Pla de Bers (1), poursuivre légèrement sur la droite et non pas à gauche (il manque là un peu de balisage). Peu à peu, la forêt touffue et les sous-bois de buis s'éclaircissent et le sentier parcourt des hêtraies de haute futaie. Après un temps de marche compris entre 1h et 1h30 selon le rythme, on atteint une hêtraie en demi-cercle nommée l'amphithéâtre.

Le sentier reprend son ascension à travers cette forêt et laisse sur la gauche un promontoire rocheux remarquable et très moussu. A la sortie de la forêt, on trouve un poteau indicateur de la réserve en bois, très pratique pour le retour, surtout s'il y a un peu de brouillard.

Arriver dans les estives. Après une courte montée atteindre le refuge de l'Aülhet (Aoulhet, prononcez Aouyet') (2), simple cabane de bergers en tôle verte avec quelques barrières à bestiaux récentes à proximité. Il faut entre 1h (rythme soutenu ou running) et 2h30 pour atteindre cet endroit. Les 3h annoncées en bas ne doivent être que rarement atteintes...

Reprendre le circuit en grimpant à travers la pelouse derrière la cabane et en prenant la direction du Col d'Espadres (poteau indicateur), indiqué aussi Espades (application visorando-carte IGN). Laisser sur la droite le rocher et sa plaque commémorative d'un parachutage d'armes en 1944.

Pointer vers le sommet le plus proche, celui du Soum d'Artigue, et atteindre le collet d'Aoulhet à 1215m. S'ouvre sous nos yeux, le vaste et très beau pâturage d'estive de l'Artigue (3) ("Artigue" signifie "pâturage acquis par défrichement" en occitan). Prendre le modeste sentier qui serpente à votre droite sur le flanc, sous le massif rocheux.

Passer sous la Fontaine de la Digitale (remarquer au passage qu'une conduite canalise cette source jusqu'à un abreuvoir légèrement en contrebas et jusqu'à la cabane de l'Aoulhet). Le parcours est toujours balisé en Jaune, mais plus espacé. Attention de ne pas rater une marque !

Atteindre le col de Larbastan (4) (1350m, sous le Pic du même nom à 1368m). Au lieu de poursuivre à gauche du col l'ascension vers le Soum de la Génie Braque, sortir du sentier à main droite et rejoindre à vue le sommet tout proche du Pic du Larbastan (1368m), très minéral.

En suivant ensuite la crête dans l'axe Nord-Ouest, en pente douce à l'Ouest et en pente raide ou très raide à l'Est, traverser quelques futaies, quelques clairières au milieu des conifères et quelques plantations de houx géants à boules (bien rouges selon la saison), avant d'arriver au sommet du Soum de Brioles (1272m)(5) et même de poursuivre jusqu'au bord de la pente Nord qui dévale vers le sentier de contournement du Soum (sans l'apercevoir de là-haut). Ce crochet vaut pour la totale solitude de ce lieu, fréquenté par les troupeaux de bovins se mettant à l'abri des rayons du soleil l'été, et la vue atypique qu'il offre sur Bat de Haü.

Du Soum de Brioles (5) au col d'Espadres (7)

Le retour jusqu'au Col du Larbastan s'effectue à peu près par le même chemin qu'à l'aller. Prendre ensuite le chemin vers le Soum de la Génie Braque. Le sentier monte franchement sur les flancs du Pic de Miquéu et celui de Hourbilagous, qu'on laisse tous 2 à gauche. Attention, en hiver les pentes Nord de ce pic couvertes de neige sont des lieux d'avalanches...

C'est ici le sentier des Cuts d'Ausèth. On arrive sur le plateau de la crête au lieu-dit Bosc deth Troncar (1455m) (6) (en bigourdan=forêt du tronqué ; de la montagne tronquée ?). Un panneau indicateur de la réserve dirige tout droit vers le Plateau de l'Isarce (via le Soum de la Génie Braque) et sur la gauche vers le Col d'Espadres. Prendre à gauche.

Le suivi du sentier, toujours balisé en Jaune, devient plus hasardeux. Le sentier traverse une zone d'un nombre impressionnant de grandes dolines, passe par un collet coté à 1466m et passe au Nord d'un modeste Soum coté 1508m, figurant tous 2 sur la carte IGN.

Laisser ensuite une immense doline sur la gauche et poursuivre en pénétrant dans le lapiaz et dans le bois, en direction du Sud-Sud-Est. En redescendant légèrement on atteint rapidement une zone très dégagée, le Col d'Espadres, ou d'Espades (1416m).

Tant à l'Est, vers l'Aguée, qu'à l'Ouest, vers la Yerse, la vue y est magnifique ! Et le lieu est empreint de mystère. Il est marqué à l'Est par la présence de marnes dites de type "Sainte-Suzanne", schisteuses noires, souvent jaunes en surface par altération.

Du Col d'Espadres (7) à l'estive de l'Artigue (3)

Le retour s'effectue par le même chemin jusqu'au milieu de la pente descendant dans l'estive de l'Artigue (avant la Fontaine de la Digitale, point d'eau potable).

De l'estive de l'Artigue (3) à l'arrivée (A)

Plutôt que de reprendre le même sentier de Coumo-Rédo qu'à l'aller, prendre celui de Serre Pourcou (flanc d'une croupe montagneuse au Sud) ou des Tachouères, qui arrive à Pla de Bers (1) (lieu-dit de jonction avec le sentier aller).
Pour cela, descendre dans l'estive de l'Artigue en pleine pente hors sentier balisé (quelques sentes de bestiaux). Passer au Sud du Soum de l'Artigue (1230m).

Laisser sur la gauche un réservoir récent, une des sources de la Gargante, un affluent de la belle Génie Longue, affluent du Gave de Pau. Descendre jusqu'à un collet bien plat ; sur la gauche arrive d'une doline le sentier venant directement de la cabane d'Aoulhet.

Prendre à droite dans la forêt un sentier qui descend brusquement, bien balisé en Jaune. Prendre alors un très long sentier ancien, parcours historique des charbonniers de la forêt de Très Crouts. A la cote 1140, au milieu d'une hêtraie immense, au lieu-dit "la cabane des Italiens" (non mentionné sur la carte IGN), le sentier bifurque vers l'Est en rejoignant la rive de la branche principale de la Gargante.

Cheminer ainsi sur la rive gauche jusqu'à la cote 969m (carte IGN) où on quitte la rive pour poursuivre à travers bois, toujours sur un sentier correctement balisé en Jaune. Le sentier reste alors à flanc de coumat (=ravin), à bonne distance toutefois du lit de la Génie Longue. Il traverse plusieurs affluents, eux-mêmes des petits ravins ou canyons, avec cascades, et milieu karstique.

Sur la fin de ce sentier, avant la jonction (1), passer sur un petit plateau. A la cote 824, le Pla de Bers (1) se termine en se raccordant au sentier principal d'estive Peyras-Aoulhet, emprunté à l'aller. Le retour s'effectue par le même sentier balisé en Jaune qu'au parking du Monastère de Bethléem à Peyras (D/A)

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 403m
1 : km 1.63 - alt. 829m - Pla de Bers
2 : km 3.03 - alt. 1167m - Cabane de l'Aoulhet
3 : km 3.59 - alt. 1270m - Prendre à droite au retour - Estive de l'Artigue
4 : km 3.84 - alt. 1341m - Col du Larbastan (1350 m)
5 : km 4.66 - alt. 1240m - Soum de Brioles
6 : km 6.52 - alt. 1449m - 1455m - Bosc deth Troncar
7 : km 7.82 - alt. 1417m - Col d'Espadres (ou d'Espades)
D/A : km 16.97 - alt. 403m

Informations pratiques

Hiver-été
Cette randonnée est idéale pour l'été, mais elle peut aussi se pratiquer sans encombre, même avec de la neige, jusqu'à Bosc deth Troncar (6). Au-delà, elle devient périlleuse si on ne connaît pas très bien le circuit, car les dolines risquent de ne pas être visibles. Raquettes à neige possibles dès l'entrée de l'estive d'Aoulhet.

Temps indiqué

Départ(D) de nuit mi-décembre à 7h45, avec la lampe frontale pendant 3/4h. Arrivée à l'Aoulhet (2) à 9h, au Col du Larbastan (4) à 9h50, au Soum des Brioles (5) à 10h10 (longue pause découverte), sur les pentes du Miquéu à 11h. Je n'ai pas noté ensuite...

Au total, j'ai fait ce parcours en 6h30, temps de pauses et pique-nique compris. C'est un temps compté assez serré, mais avec toutefois 1 pause (assez longue, mais sans feu de bois) dans la cabane-refuge d'Aoulhet (2).
Pas de neige.

Points d'eau

Toutes les sources citées sont des points d'eau potable potentiels. Mais attention, boire de l'eau en montagne n'est pas garanti sans risque...

Abris

Il n'y a qu'un seul vrai abri sur le parcours en cas de grosses pluies ou orages : le refuge-cabane de l'Aoulhet (2). La cabane est ouverte pendant la haute saison et libre d'accès. Aucun berger ne réside plus ici en continuité m'a assuré un paysan local, dont les troupeaux paissent en été dans ces pâturages. Mais à l'occasion d'une montée ou surpris par le brouillard, la cabane peut servir de refuge à un paysan avant sa descente dans la vallée.
On trouve aussi quelques petits abris sous roche ou des abris sommaires de murets ou parois rocheuses un peu partout.

Matériel

Prévoir un équipement habituel de randonneur en moyenne montagne (chaussures de randonnées, vêtements adaptés, vêtement de pluie, eau, nourriture, couverture de survie, couteau, boussole, carte, sifflet...).
En hiver, si neige, prévoir en plus, guêtres, 2 bâtons, éventuellement raquettes selon l'épaisseur. Attention à la portion de parcours entre (6) et (7), qui peut être compliquée par un balisage exclusivement sur les pierres du sentier, potentiellement recouvertes de neige.

Fréquentation
Le circuit est totalement en solitaire l'hiver sous la neige, excepté parfois aux abords de la cabane-refuge de l'Aoulhet (randonneurs en provenance de Peyras). Mais à partir des transhumances de juin, vous croiserez probablement plusieurs randonneurs isolés ou en groupes, particulièrement en week-end, et assez souvent un paysan-berger, montant dans les estives vérifier son troupeau ou venant réparer une canalisation ou un robinet d'abreuvoir.

Nous vous conseillons aussi d'emporter avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 1647ET.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

Faune-flore :
La végétation de ce massif reflète l’importance de la sécheresse du sol due au relief et à la nature des substrats
très perméables, mais compensée par la pluviosité et la nébulosité très importante : omniprésence du buis, du hêtre, du tilleul, du noisetier…C'est pourquoi les pentes boisées sont très humides et parfois très glissantes. (source : Office de tourisme de Saint-Pé).

Avec un peu de chance vous croiserez également la route d'une abondante faune. En particulier les vautours percnoptères, dont quelques beaux spécimens peuplent ces sommets, et les isards et mouflons corses sur les hauteurs de l'Artigue et sur les crêtes.

Col d'Espadres(7)
Il se dit que des anglais avaient creusé ici de nombreuses galeries de mines pendant la guerre de Cent-Ans. On en trouve malheureusement aucune trace. L'érosion ayant fait son travail de masquage sur l'ensemble du col.

On peut agrémenter ce circuit par :
- un détour par le Soum de l'Artigue, quand on passe dans l'estive du même nom (3) : belle vue sur l'estive,
- un parcours sur les bords des dolines au sud du Soum de la Génie Braque, entre (6) et (7) : leur nombre est impressionnant,
- la visite de plusieurs grottes, gouffres, avens, dont l'essentiel n'est pas mentionné sur la carte IGN (car 1600 cavités sont répertoriées par les spéléologues dans le massif),
- les dolines au sud du Soum de la génie Braque (et non pas au nord comme indiqué par erreur sur la carte IGN) : c'est le Clòt deth Cuts d'Ausèth (ou Culs d'Ausèth = nids d'oiseau en bigourdan, désignent les dolines, appellation malicieuse de nos anciens),
- un crochet par l'origine du nom "Tres Crouts", qui signifie "Trois croix" en bigourdan, au lieu-dit la Toue, entre (6) et (7). Voir l'histoire de cette appellation :
Les Trois Croix sont le témoignage de conflits pastoraux ancestraux entre Asson, Salles et Saint-Pé de Bigorre.
En 1569 les protestants béarnais de la vallée d'Asson décident d'attaquer les Bigourdans de l'Estrèms de Salles auxquels ils disputaient les montagnes d'Azun et de Maumula. Les 1 500 hommes avaient le dessin de mettre à feu et à sang le village de Salles et d'enlever tout le bétail de Vergoun. Mais la bataille fût remportée par les bigourdans. Ces conflits prenaient une telle importance qu'il fallait faire intervenir l'armée du Roi. Il était impossible à l'évêque de Tarbes d'instaurer la concorde.
Au lieu-dit "Tres Crots" venaient converger sur cette montagne les évêchés de Tarbes, de Lescar et d’Oloron.
Aujourd'hui il en reste 3 croix gravées sur une roche et l'inscription 1716. On les trouve sur la carte IGN entre le "u" et le "e" de "La Toue".
- un crochet par la jonction des 3 pointillés à l'Est de la Toue, entre (6) et (7) : c'est la pointe Est du département des Pyrénées Atlantiques et la limite des communes de St Pé, emprunté par le ruisseau des Arrialhs, à l'Est du collet de la Toue, coté 1466m. Mais rien ne matérialise ce lieu, sinon qu'une petite doline, conservant un petit névé même jusque tard dans la saison...
- Le sentier des Cuts d'Ausèth (en bigourdan=nids d'oiseaux). Les anciens ne manquaient pas d'humour et - comme l'a dit l'abbé Abadie - dans son ouvrage, on constate que les oiseaux qui y nichaient avaient une belle taille et que ceux d'aujourd'hui ont une envergure plus modeste, même si remarquable tout de même pour certains spécimens...
Sur le retour, le plateau avant (1) était autrefois occupé par les charbonniers, qui y avaient installé plusieurs lieux d'exploitation, avec leurs petites maisons proches. Au milieu du sentier on trouve même un câble d'acier rouillé, qui servait pour la tyrolienne d'acheminement des troncs de hêtres dans la forêt, des lieux de coupe vers les charbonnières.

A voir à proximité' :
- La ville de Lourdes, le Sanctuaire marial.
- La vallée de Batsurguère.
- Le village de Saint-Pé-de-Bigorre, le village, son patrimoine culturel, ses animations, la forêt de Très Crouts et la réserve régionale du Pibeste-Aoulhet, les activités nautiques.
- La narration du nouveau balisage de la réserve à l'automne 2014.
- La vallée des Gaves.
- les autres randonnées de l'auteur à proximité sur visorando.

A lire, pour s'imprégner de la majesté et la solitude du massif de Saint-Pé :
- Le Sanglier du Picharrot de l'Abbé Bernard Abadie, un Solitaire dans les Montagnes de Saint-Pé (1969), Editions Marrimpouey Jeune.

Autres randonnées dans le secteur

Bédeille et les Picharrots par le sentier des gardes
Distance 10.74km Dénivelé positif +742m Dénivelé négatif -747m Durée 4h50 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

La cascade des Picharrots est une classique pour les amoureux du Massif de Saint-Pé, n'ayant pas peur d'affronter les difficultés de progression dans la Réserve Biologique Intégrale, volontairement sans aucun entretien humain.
Ce parcours propose une variante, permettant d'emprunter à l'aller le Sentier des Gardes, quelque peu oublié du massif, mais très épique.
La fin du parcours entre le ravin de la Bédeille et la cascade est plus complexe et parfois plus aérienne.
Retour par la Génie Longue.

Pic de Miquéu en boucle par Coumo Redo et Calihourc
Distance 11.14km Dénivelé positif +1102m Dénivelé négatif -1095m Durée 5h50 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Sur les sentiers oubliés de Saint-Pé-de-Bigorre n°4

Belle vue depuis le Pic de Miquéu (1452m) sur le Massif de Saint Pé et les estives et jusqu'aux sommets de la chaîne frontalière.
Le parcours passe par plusieurs sentiers ancestraux non repérés sur les cartes, ce qui en fait un intérêt supplémentaire. Au retour, se découvre le site remarquable de Calihourc, avec ce lapiaz en forme de confessionnaux, célébré et photographié par l'Abbé Abadie dans son ouvrage "Le Sanglier du Picharrot".

La résurgence d'Aygo Blanco en forêt de Très Crouts
Distance 3.38km Dénivelé positif +266m Dénivelé négatif -266m Durée 1h35 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

La forêt de Très Crouts réserve de nombreuses curiosités. En voici une atypique, car très rare ici : une grotte résurgence très active. A Aygo Blanco, le torrent jaillit de la montagne à 650m pour se jeter 120m plus bas par de multiples cascadelles, où la rivière étale ses blancs cheveux d'ange...
Une balade enchanteresse pour découvrir ce lieu gardé secret !
L'essentiel du parcours se déroule sur un sentier en état correct, quoique ancien et non balisé.
Les derniers 100m sont assez accidentés.

Cap des Litas par Coumo Rédo et Col d'Espadres
Distance 15.11km Dénivelé positif +1216m Dénivelé négatif -1209m Durée 7h15 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Sur les sentiers oubliés de Saint-Pé-de-Bigorre n°3
Grande boucle sportive et engagée au-dessus de Serre Pourcou, à travers les plateaux montagneux et les estives du Piémont pyrénéen, et l'immense et insondable forêt de Très Croutz, ou forêt domaniale de Saint-Pé-de-Bigorre.
La diversité des paysages rencontrés ne laisse jamais le randonneur indifférent...

Les estives de l'Aoulhet
Distance 10.8km Dénivelé positif +934m Dénivelé négatif -941m Durée 5h20 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Découvrez une zone du piémont pyrénéen restée très préservée : aucune piste forestière ne pénètre ces vastes étendues boisées. Parcourez une nature encore sauvage grâce à un vieux chemin de montée aux estives et un ancien sentier de charbonniers. Découvrez les grandes hêtraies de Tres Crouts, les estives de l'Aoulhet, sans doute les lieux les pus pittoresques et les plus sauvages de la réserve naturelle régionale du Pibeste-Aoulhet.

Soum de la Génie Braque par la forêt de Tres-Croutz
Distance 10.09km Dénivelé positif +1103m Dénivelé négatif -1103m Durée 5h30 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Jolie randonnée en moyenne montagne dans la luxuriante forêt de Saint-Pé-de-Bigorre (ou de Tres-Croutz ou Crouts = Trois Croix en bigourdan). Le premier quart de la randonnée est un peu ardu, car pentu. On parcourt ensuite les estives de l'Aülhet et de l'Artigue, puis la crête vers l'Ouest, jusqu'au sommet du Soum de la Génie Braque. Bien connu des locaux, ce parcours offre un dépaysement garanti !

Cabane de l'Aoulhet
Distance 5.58km Dénivelé positif +760m Dénivelé négatif -760m Durée 3h25 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

La Cabane de l'Aoulhet est une destination prisée des Saint-Péens sur les hauteurs du village, en plein cœur de la forêt de Très-Croutz.
Bien qu'étape sur de nombreux parcours du massif, elle peut aussi être une destination appréciée, à la frontière des estives ensoleillées et de la forêt moussue et avec une vue remarquable sur les falaises du Montné, la vallée encaissée de la Génie Longue, les falaises des Picharrots et les autres estives du Prat du Rey.

Torrent de la Génie Braque et retour par l'Aülhet
Distance 11.03km Dénivelé positif +1050m Dénivelé négatif -1050m Durée 5h40 Difficile Difficile
Départ Départ à Saint-Pé-de-Bigorre - 65 - Hautes-Pyrénées

Joli circuit, sportif et exigeant, à travers la forêt de Très-Croutz en passant par le lit du torrent La Génie Braque.
La boucle fait son retour par la croupe de l'Aülhet (et sa cabane ouverte toute l'année) après avoir parcouru les estives du cirque de Bat de Haü, bien visible depuis la vallée du Gave de Pau et Saint-Pé-de-Bigorre.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.