Autour de Cagny et Frénouville

Au départ de Cagny, profitez des grands espaces qu'offrent les paysages de la campagne environnante. Chemin faisant, découvrez le patrimoine architectural, historique et industriel de ce sympathique village de la plaine de Caen.

Fiche technique 27817575

Une randonnée Cagny créée le dimanche 16 octobre 2022 par Jean-Paul BUTEAU. Dernière MAJ : mardi 25 octobre 2022
Durée Durée moyenne: 2h30[?]
Distance Distance : 8,63 km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 10 m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 10 m
Point haut Point haut : 32 m
Point bas Point bas : 14 m
Facile Difficulté : Facile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Commune Commune : Cagny (14630)
Départ Départ : N 49.147817° / O 0.25615°
… Météo du jour : Chargement…
Carte Carte IGN : Ref. 1612OT, 1613SB

Téléchargements :

Église Saint-Germain de Cagny Tombe du colonel Léonard Gille La chapelle Notre-Dame du Poirier Stèle en hommage au colonel Léonard Gille

Description de la randonnée

Stationnement sur le parking derrière l'église de Cagny (Route de Démouville - D228).

(D/A) Face à l'église, traverser le parking par la gauche, passer entre l'église et la mairie puis poursuivre jusqu'à la rue suivante. Traverser en empruntant le passage protégé, tourner à gauche et suivre la Rue de la Poste jusqu'à son extrémité. En chemin, faire un petit détour par la fontaine Sainte-Radegonde (petit portillon sur gauche), passer devant une ferme dans le virage à droite et longer le cimetière au bout de la rue.
À noter, une petite chapelle à l'angle des murs du cimetière.

(1) Tourner à gauche et avec une grande attention, longer la route de Troarn (D225) par son côté gauche (si vous êtes en groupe, pensez à bien rester en file indienne). Suivre la route sur environ 800 m, passer sous les lignes Haute Tension et atteindre un carrefour proche du pont passant au-dessus de la bretelle de l'autoroute A813.

(2) S'engager dans le chemin de gauche, passer devant la stèle à la mémoire des Guards Division, puis, en longeant la bretelle de l'autoroute A813, suivre le chemin sur environ 600 m jusqu'à atteindre une croisée de chemins. Tourner à gauche après avoir franchi le ruisseau de Cagny (noter le pont passant sous la bretelle de l'autoroute A 813) et le suivre sur un centaine de mètres jusqu'au Pont Levain et les haies à proximité.

(3) Tourner à droite, longer la haie et poursuivre sur environ 300 m jusqu'au virage à gauche. Négocier le virage, passer sous la ligne Haute Tension au pied du pylône puis parcourir environ 700 m jusqu'à une route.

(4) Avec prudence, traverser la route de Démouville (D228), poursuivre en face dans la Rue de l'Étoile et pousser jusqu'à la route suivante. À noter que dans cette rue, vous longerez la coopérative linière de Cagny.

(5) Avec la plus extrême prudence, traverser la route de Paris (D613), poursuivre en face dans le Chemin de la Maisonnette et cheminer tout droit sur environ 2 km jusqu'à atteindre les habitations du hameau de Four. Emprunter et suivre le Chemin du Mesnil jusqu'au carrefour. Tourner à droite pour rejoindre le passage protégé.

(6) Avec prudence, traverser la Rue du Poirier (D225), bifurquer à gauche puis traverser la Rue de la Chapelle. Continuer en direction de Frénouville, suivre la Rue du Poirier par son trottoir de droite et pousser jusqu'à la Rue Bertin sur la droite. Traverser la Rue Bertin, obliquer sur la droite et s'engager dans le chemin passant entre le hangar agricole (à gauche) et la haie (à droite). Parcourir environ 700 m, après une ligne électrique classique. Au carrefour de chemins, tourner à gauche entre les haies et passer un peu plus loin sous la ligne Haute Tension. Poursuivre jusqu'à la chapelle et le cimetière du Poirier au bout de la Rue Federmeyer.

(7) Avec prudence, traverser le carrefour et la Rue Fred Scamaroni (D225), serrer à droite et s'engager dans la Rue Léonard Gille. Suivre la rue, emprunter le passage souterrain et traverser la voie ferrée.

(8) Emprunter la Rue de la Gare par son trottoir de gauche et la suivre sur environ 600 m jusqu'aux abords de la route de Paris (D613). Tourner à gauche dans l'Allée Saint-Jacques et faire quelques mètres jusqu'au passage protégé.

(9) Tourner à droite, traverser successivement l'Allée Saint-Jacques puis, avec une grande prudence, la route de Paris (D613) et enfin l'Allée Saint-Germain. Tourner à gauche, suivre cette allée et traverser la Rue de la Poste en direction de l'église. Passer entre la mairie et l'église puis rejoindre le parking (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0,00 - alt. 22 m - Parking de l'église de Cagny
1 : km 0,60 - alt. 20 m - Angle Rue de la Poste et route de Troarn (D 225)
2 : km 1,39 - alt. 19 m - Carrefour de la D225 avec la D225a
3 : km 2,16 - alt. 15 m - Le Pont Levain
4 : km 3,54 - alt. 25 m - Route de Démouville (D228)
5 : km 3,87 - alt. 25 m - Route de Paris (D613)
6 : km 5,84 - alt. 30 m - Rue du Poirier (D225)
7 : km 7,38 - alt. 25 m - Rue Fred Scamaroni (D225)
8 : km 7,74 - alt. 22 m - Rue de la Gare - Gare de Frénouville-Cagny
9 : km 8,38 - alt. 21 m - Allée Saint-Jacques
D/A : km 8,63 - alt. 22 m - Parking de l'église de Cagny

Informations pratiques

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

La fontaine Sainte-Radegonde
Autrefois, cette source était connue dans la région pour ses vertus thérapeutiques des maladies de peau, son eau soignait aussi des ophtalmies. Lors de la restauration de la fontaine en 1998, on a découvert la plaque émaillée du fabriquant : "DUMAS marbrier-rocailleur, rue écuyère à Caen", ce qui a permis de dater sa construction. Elle a été érigée entre 1826 et 1868 par Casimir Edmond Costé, marquis de Triquerville et maire de Cagny de 1851 à 1866. Dans la reconstitution de grotte en rochers artificiels se dresse la statue de Sainte-Radegonde réalisée en pierre de Caen en 1998 par le sculpteur caennais Roland Moulin. À ses pieds, trois margelles en forme d'étagère permettent de poser des fleurs, des cierges, des offrandes. Presque au ras du sol, sur la droite, accolé au mur, on peut lire le début d'un poème :
"En ces temps obscurcis des cendres du passé
Quel est ce rayon plongeant dans l'eau profonde
Attirant fascinant tout ce peuple lassé
C'est ton sceptre royal Sainte-Radegonde
O Reine ô sainte ô mère égide des souffrants
Ange de la patr... "
Le reste est cassé. Il était signé d'une dame, peut-être la châtelaine de Cagny ou une de ses proches.
À deux reprises depuis sa création, la fontaine a échappé à la destruction. Si elle a survécu au désastre des bombardements du 18 juillet 1944 qui devaient anéantir le cœur de Cagny, elle en conserve cependant les traces par les éclats sur ses murs. Lorsque la terrible tempête du 26 décembre 1999 renversa comme des fétus de paille de gros arbres âgés d'une soixantaine d'années, la fontaine et la sainte furent une nouvelle fois épargnées comme par miracle.

L'opération Goodwood
Le 18 juillet 1944 éclate l'attaque la plus massive qu'aient encore lancée les Britanniques depuis le début des opérations. La zone de départ de l'opération Goodwood est la région de Ranville. L'axe passe à l'ouest de Cagny, en direction de Bourguébus. Entre 5 et 7 heures du matin 2 000 avions déversent 8 000 tonnes de bombes. À lui seul Cagny reçoit 650 tonnes de bombes, soit une tonne de bombes sur 300 m2 ! Les dégâts sont considérables. De nombreux engins allemands sont mis hors de combat. Le choc psychologique est énorme. La bataille va engager un millier de chars. À 10 heures 30 les chars du 2e Fife and Forfar Yeomanry de la 11e Division Blindée ont progressé jusqu'à la voie ferrée Caen-Paris sans incident particulier. À ce moment, le 3e escadron qui est derrière, entre Cagny et Le Mesnil Frémentel, est décimé par une batterie de 88 mm allemande qui tire depuis Cagny. 12 chars sont détruits en quelques secondes. La progression est stoppée. Ce n'est qu'à 16 heures que le village de Cagny passera aux mains des hommes de la British Guards Division. Le front se stabilisera ensuite entre Cagny et Frénouville. Dans l'axe de l'attaque, après de durs combats à Hubert-Folie et Bourguébus en particulier, les chars de la 7e Division Blindée Britannique n'atteindront la crête de Bourguébus que le lendemain soir. Les pertes en hommes sont de 4000 morts ou blessés. Le nombre de chars anglais mis hors de combat est considérable (400 dont 250 irrémédiablement). On peut consulter un panneau d'information touristique très complet dans le centre de Cagny. Au cours de la bataille un Irish Guard intrépide, constatant que le canon de son char est bloqué lance son Sherman à toute allure contre le Tiger allemand qui lui fait face, le mettant ainsi hors de combat. Un monument lui est consacré sur la D 225.

Le hameau du Poirier
Le hameau du Poirier fut rattaché à la commune de Frénouville en 1927.

La Chapelle du Poirier
Reconstruite en style "moderne", la Chapelle Notre-Dame du Poirier avait été fondée vers 1160. Elle avait été restaurée en 1781 comme le montrent deux pierres scellées en haut des murs intérieurs, de chaque côté, portant la mention : "Cette pierre fait la séparation de la nef et du chœur 1781." Un système acoustique avait été installé lors de cette restauration. Il comprenait deux tuyaux sonores encastrés dans les murs, de chaque côté de la nef et se faisant vis-à-vis. Il reste aussi un crucifix en poirier. Au-dessus de l'entrée un petit tourillon comporte une cloche fondue en 1902.

Lieu de la Résistance
Pendant l'année 1944, la chapelle servit de siège, à partir du samedi 10 juin, à l'état-major F.F.I. et c'est pourquoi le commandant Gille, selon son désir, a été inhumé dans le cimetière le 26 janvier 1971. Il commandait la compagnie Fred Scamaroni du nom de ce préfet engagé dans la Résistance depuis 1940 et qui s'était suicidé en prison pour ne rien révéler à ses tortionnaires italiens. La rue principale du Poirier porte désormais son nom.

La villa des Emalés
Vers 1960, l'instituteur Bernard Martin a découvert les thermes d'une villa gallo-romaine dans le pré situé à l'ouest du chemin allant du Poirier à la Hogue. C'était une villa assez luxueuse aux murs intérieurs décorés et aux pièces chauffées par hypocauste. Elle fut vraisemblablement brûlée pendant les invasions du IIIe siècle, reconstruite moins vaste et finalement détruite au Ve ou VIe siècle lors des invasions barbares.

La sucrerie de Cagny
Saint-Louis Sucre a annoncé mercredi 31 mars 2021 la fermeture définitive du site de la sucrerie de Cagny, près de Caen.
La sucrerie était installée à Cagny depuis 1951. Entre la fin septembre et la fin décembre, elle extrayait en moyenne quotidiennement 1250 t de sucre de première qualité des 10 000 t de betteraves qui lui étaient livrées depuis les départements de l'Orne, de l'Eure et du Calvados par environ 1500 planteurs. Une partie du sirop était stocké pour être traité au cours d'une "mini-campagne" d'un mois au printemps. Une centaine d'employés permanents y travaillaient ainsi qu'environ 75 saisonniers. 80% de la production était destinée à l'usine de Nassandres (Eure) qui conditionne le sucre en boîtes pour le commerce de détail. Le reste était livré aux industries alimentaires locales.

45 km de tuyaux
La sucrerie récupérait l'eau que contiennent les betteraves et s'en servait dans le "process" pour le lavage et le transport des betteraves dans l'usine. Ainsi, la nappe phréatique n'était pas sollicitée. Pendant la campagne sucrière, 24h/24, 7j/7, 4 000 m³ d'eau terreuse étaient acheminés quotidiennement dans les champs des environs par un réseau de 45 km de tuyaux. Pour assurer un débit de 100 m³/h à une distance pouvant atteindre 9 km, une pression de 20 bars était nécessaire au départ. A raison de 150 g/litre d'eau, les asperseurs d'irrigation redonnaient ainsi à la terre les limons, fertilisants (potasse, azote, chaux, etc.), mais aussi les graines indésirables apportées à la sucrerie avec les betteraves.

Église Saint-Germain
Au début du XIIe siècle, Saint-Germain est l'église mère des cinq églises qui se situent sur le territoire de Cagny. Au début de la guerre de cent ans, dans la deuxième partie du XIVe siècle, Aimart Bourgoise, vicomte de Caen, fait profiter le village de sa fortune. C'est à lui que l'on doit la tour et le chœur de Saint-Germain de Cagny, partie classée de l'église que nous connaissons encore aujourd'hui. Partiellement détruite en juillet 1944, l'église a été restaurée et une nouvelle nef construite en 1960. Sous la corniche, un seul modillon à tête grimaçante subsiste de ceux qui semblaient autrefois se moquer du passant. Des chimères à têtes humaines les accompagnent. Deux chiens aux angles du pignon du chevet gardent le sanctuaire. Le cadran solaire, a été réalisé en 1692, probablement à l'initiative de Suzanne de Monginot, dame de Cagny, qui souhaitait marquer ainsi le retour de la famille Mesnage dans le sein de l'Église catholique et romaine, après un siècle et demi d'appartenance à l'Église réformée. Il a été restauré en 1994. Sur son bandeau supérieur est gravée la sentence suivante : "ASTRA REGUNT HOMINES SED DEUS ASTRA REGIT" ("Les astres régissent les hommes mais Dieu régit les astres"). La terre tournant sur elle-même de façon irrégulière, une courbe de correction y a été ajoutée. Outre la petite cloche de l'horloge, marquant les heures, le clocher en abrite deux plus grandes qui datent de 1818. Elles sont baptisées du nom des dames de la famille du châtelain Louis Mesnage. La plus grosse, Antoinette, pèse 340 kg. L'autre, Pauline, fait 190 kg. Les têtes des statues de Saint-Germain et Sainte-Radegonde qui encadraient l'autel au début du XXe siècle sont maintenant exposées au chevet de la nouvelle nef.

Le calvaire
Un calvaire en granite avait été érigé en 1899 à la sortie du village vers l'Est. Seul son socle a survécu aux bombardements de juillet 1944. Avec les dommages de guerre, le conseil municipal avait fait ériger en 1960 un calvaire en bois derrière le chevet de l'église. L'état de ce calvaire s'étant dégradé avec le temps, il a été remplacé en 2004 par un nouveau réalisé bénévolement par Antoine Lagarigue, artiste sculpteur alors employé de la sucrerie.

Avis et discussion

Moyennes

Moyenne globale : 4/5
Nombre d'avis : 1
Fiabilité de la description : 4/5
Facilité à suivre l'itinéraire : 5/5
Intérêt du circuit de randonnée : 3/5


Visorandonneur
le mardi 01 novembre 2022 à 09:32

pour l instant je n ai pas encore effectue ce circuit vous tiendrez informe mais je suis pas inquiet de découvrir des anomalies a ce jour j emploie souvent les docs de visorando et c est tres bien avec bcp de precisions
merci a tous:


Visorandonneur
le lundi 31 octobre 2022 à 15:11

Note globale : 4 / 5

Date de la randonnée : samedi 29 octobre 2022
Fiabilité de la description : Bien
Facilité à suivre l'itinéraire : Très bien
Intérêt du circuit de randonnée : Moyen
Circuit très fréquenté : Non

Moyen pour un parcours de marche nordique

Autres randonnées dans le secteur

Visorandonneur
Le Bout de Là-Bas à Démouville
Distance 9,06 km Dénivelé positif +21 m Dénivelé négatif -21 m Durée 2h40 Facile Facile
Départ Départ à Démouville - 14 - Calvados

Au départ de Démouville, profitez des grands espaces de la plaine à l'Est de Caen et découvrez un patrimoine architectural qui ne demande qu'à se faire apprécier.

Visorandonneur
Boucle autour du marais de Bellengreville
Distance 8,33 km Dénivelé positif +7 m Dénivelé négatif -7 m Durée 2h25 Facile Facile
Départ Départ à Bellengreville - 14 - Calvados

Randonnez autour du marais de Bellengreville-Chicheboville, zone humide remarquable, et en cours de route, découvrez un patrimoine architectural digne d'intérêt.

Visorandonneur
Le chemin des Saulniers à Sannerville
Distance 8,74 km Dénivelé positif +20 m Dénivelé négatif -20 m Durée 2h35 Facile Facile
Départ Départ à Sannerville - 14 - Calvados

Sannerville est la plus orientale des communes de Caen-la-Mer. Ce village qui fut complètement rasé en 1944 ressent aujourd'hui l'influence de la démographie caennaise tout en demeurant à la campagne ce qui lui confère une qualité de vie appréciée de ses habitants. Sannerville est aux portes du Pays d'Auge.

Visorandonneur
Du Parc du Biez à la cité ouvrière du Plateau à Mondeville
Distance 6,01 km Dénivelé positif +55 m Dénivelé négatif -60 m Durée 1h50 Facile Facile
Départ Départ à Mondeville - 14 - Calvados

À la découverte du patrimoine architectural mondevillais, plus particulièrement de la cité ouvrière du Plateau, en partant du Parc Municipal du Biez.

Visorandonneur
Boucle de Cormelles-le-Royal au départ du gymnase Jérôme Obric d'Ifs
Distance 6,74 km Dénivelé positif +17 m Dénivelé négatif -17 m Durée 2h00 Facile Facile
Départ Départ à Ifs - 14 - Calvados

Partez à la découverte de Cormelles-le-Royal, suivez la Vallée Sèche aménagée en liaison douce (elle suit le cours d'une très ancienne rivière). Passez ensuite par le Bois de Cormelles et le Jardin du Parc, au retour longez les jardins familiaux. À l'occasion, faites un crochet par le cimetière paysager du Bois et vous vous rendrez finalement compte que Cormelles-le-Royal, que vous traversez peut-être régulièrement en voiture, est beaucoup plus riche en espaces végétalisés qu'on pourrait croire.

Visorandonneur
Le Petit Lourdes à Hérouville-Saint-Clair
Distance 8,35 km Dénivelé positif +30 m Dénivelé négatif -30 m Durée 2h30 Facile Facile
Départ Départ à Hérouville-Saint-Clair - 14 - Calvados

Randonnée urbaine permettant de découvrir des quartiers et un patrimoine architectural trop souvent méconnus.

Visorandonneur
La Vallée Verte de Cormelles au départ de Ifs-Bourg
Distance 9,51 km Dénivelé positif +45 m Dénivelé négatif -48 m Durée 2h50 Facile Facile
Départ Départ à Ifs - 14 - Calvados

Balade périurbaine depuis Ifs vers Mondeville et le plan d'eau de la Vallée Verte ou Vallée Sèche. Cette vallée, qui emprunte le cours d'une ancienne rivière, est aménagée en liaison douce (piétonne et cycliste).

Visorandonneur
Promenade médiévale dans Caen
Distance 9,47 km Dénivelé positif +53 m Dénivelé négatif -50 m Durée 2h50 Facile Facile
Départ Départ à Caen - 14 - Calvados

Sur les pas de Guillaume le Conquérant et de la Reine Mathilde, ce parcours urbain passe par les deux superbes abbayes romanes de la ville (aux Hommes et aux Dames) et par le château ducal. Plusieurs autres églises, plusieurs ruelles et venelles, ainsi que quelques jardins publics complètent le tableau.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.