Pic de Madaméte en boucle

En périphérie du Massif du Néouvielle, je vous emmène dans mes traces pour une magnifique randonnée sportive hivernale. Montée par la Vallée d'Aygues Cluses et les Lacs de Madaméte, ascension du Pic de Madaméte et retour par les lacs dets Coubous.
Les paysages sont grandioses, mêlant un relief très vallonné, des forêts de pins à crochets, un chapelet de lacs enneigés et le formidable belvédère du Pic de Madaméte (qu'on peut éviter si besoin).
J'espère vous avoir donné envie de me suivre !

Fiche technique
n°6225190
Une randonnée Barèges créée le mercredi 10 mars 2021 par MCTOUL. MAJ : mercredi 18 août 2021
Durée Durée de l'auteur : 8h
Distance Distance : 16.08km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 1211m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 1209m
Point haut Point haut : 2649m
Point bas Point bas : 1448m
Difficile Difficulté : Difficile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
En raquettes à neige En raquettes à neige
Régions Régions : Pyrénées, Massif de l'Arbizon, Massif du Néouvielle, Lavedan
Commune Commune : Barèges (65120)
Départ Départ : N 42.903743° / E 0.101724°
Carte Carte IGN : : Ref. 1747ET, 1748ET, 1748ETR, 1748OT, 1748OTR - Version mobile (cliquer-ici)
Téléchargez : -
En approche de la Cabane d'Aygues Cluses (2148m) Cirque d'Aygues Cluses En montant au Col de Madaméte Col de Madaméte (2508m)

Description de la randonnée

Gagner le parking de la station de sports d'hiver de Tournaboup par Barèges (65). Venir de bonne heure (été comme hiver) pour avoir une place !

(D/A) Depuis le parking, traverser la D918 et s'engager à travers les bâtiments de la station sur le bas des pistes, en évitant de marcher sur celles-ci, mais sur le côté. De bonne heure le matin, cela ne pose pas de problème. Plus tard dans la matinée, il vaut mieux contourner le jardin d'enfants de l'école de ski et longer le torrent.
Remonter en direction du Sud-Est, laisser le petit bois sur la droite en restant sur sa lisière.

(1) Laisser sur la droite en contrebas le virage du parking du Pont de la Gaubie (1528m).
Suivre alors globalement la piste (fermée en hiver) et plus ou moins recouverte de neige ou le GR®10.
Apercevoir de l'autre côté du torrent les Cabanes de la Gaubie, ensemble de constructions en pierres sèches (voir § Pendant la randonnée Pastoralisme ci-dessous).

Le sentier est surplombé par le magnifique Soum de la Piquette (2324m) qui, en principe, est le seul ensoleillé de bonne heure le matin. En se retournant on peut aussi admirer de l'autre côté du parking, la crête allant de gauche à droite du Pic d'Ourdégon (2436 m) au Pic Bédéra (2513 m) en passant par le Soum de Moutarra, le Col des Pêcheurs, le Pic de Barbe.

Gagner la cote 1640 m où les deux voies se rejoignent. Poursuivre ainsi le long du Ruisseau dets Coubous jusqu'à atteindre la passerelle du Pountou.

(2) Traverser la passerelle (1740 m). Atteindre rapidement le panneau indicateur (1741 m). Prendre sur la gauche, plein Est, la direction de la Cabane d'Aygues Cluses. Sur la droite au loin en hauteur, on voit parfaitement le col qui sépare ce long vallon assez doux dans sa partie basse, mais très raide sur sa fin, du plateau et du creux dans lequel est niché le Lac dets Coubous. On reviendra par ce lac et ce vallon en fin de boucle.
Remonter la vallée du Ruisseau d'Aygues Cluses. La trace est très proche du ruisseau, sur la rive gauche.

(3) Passer, toujours en rive gauche, à la cote 2041 m, la retenue et vanne d'eau qui permet d'alimenter par une conduite forcée souterraine de 2 km le Lac dets Coubous auprès duquel on passera au retour.
Peu après, la trace sort de la partie boisée pour atteindre un très joli et gigantesque plateau, très vallonné, menant par de multiples voies à la Cabane d'Aygues-Cluses.

Sur la droite au loin, après les pins à crochets éparpillés au milieu du manteau neigeux, en levant les yeux on est impressionné par le Pic et la Crête de la Touatère (2530 m), imposante masse minérale, totalement enneigée en plein hiver. On ne le voit pas, mais au bout de cette crête se trouve le Col de Tracens, alternative pour passer dans la Vallée dets Coubous (Voir § Pendant la randonnée Variante ci-dessous).

Au loin devant, bouchant l'horizon, c'est la crête qui s'étend du Pic d'Aygues Cluses au Pic de Gourget, avec le Col de Barèges, autre passage vers la Réserve du Néouvielle.

(4) S'arrêter à la cabane, ou passer au large, ou profiter d'une pierre émergeant de l'océan de neige pour faire une pause ? Cela fait deux heures et quart que nous avons quitté Tournaboup. Il en faudra autant pour monter au pic.
La plupart des traces de skieurs filent au Sud-Est vers le Col de Barèges. Vous pouvez vous retrouver à faire la trace à partir d'ici ! Prendre plein Sud sur ce plateau, qui est plutôt plus plat qu'après le WP (3), en laissant largement sur sa gauche les collines à 2274 m et 2301 m d'altitude. Parcourir environ 6000 m.

(5) S'orienter au Sud-Est à nouveau en quittant le GR®10, la trace hivernale (en bleu sur carte IGN) et les éventuelles traces de skieurs/raquetteurs, se dirigeant vers les Lacs de Madaméte. On parcours alors en zigzag le talweg d'un ruisseau enneigé invisible, descendant du Lac d'Aygues Cluses. La pente est assez forte. On contourne des masses rocheuses, des pins à crochets pour se frayer un chemin sans aucunement voir l'objectif, sur environ 400 m.
Sur un plat, prendre au Sud-Ouest l'orientation du Lac d'Aygues Cluses qu'on devine dans un creux.

(6) Atteindre le Lac d'Aygues Cluses (2330 m). Cela fait près de 3 heures depuis le départ. Traverser le lac si les conditions de glace et neige le permettent. Dans le doute s'abstenir et le contourner.
De là, on ne voit nullement le Lac de Madaméte à seulement 300 m. Le présent parcours ne prévoit pas d'y passer, mais rien ne vous empêche de faire le crochet (compter alors 20 minutes de plus).

On a par contre une vue admirable sur le Pic de Tracens (2551m) sur la droite devant et surtout sur le Col de Tracens (2463 m) un peu plus à droite encore. Sur la droite, l'omniprésent Pic d'Estibère et tout droit le majestueux Pic de Madaméte, notre objectif du jour !
Poursuivre au Sud-Ouest et éviter le laquet du Clot d'Aygues Cluses en s'éloignant vers l'Ouest, pour se rapprocher de la trace du GR®10.

L'ascension se poursuit à travers un paysage de petits vallons, avec de nombreux raidillons et des replats confortables pour reprendre des forces. On atteint ainsi sans peine l'Estibère, vaste étendue rocheuses, plus ou moins enneigée selon la saison, au pied et au Sud du majestueux et imposant Pic d'Estibère (2663 m), dans laquelle il devient plus difficile de se frayer un chemin.

Laisser sur la droite le laquet glacé de l'Estibère sous le Col de Madaméte (2430m) et faire l'ascension de la partie finale. Quand on aperçoit la pointe aiguisée du Ramougn (3011 m) se détacher dans l'échancrure du col... on est quasiment arrivé ! Il reste un dernier petit rapaillon, courage !

(7) Atteindre le Col de Madaméte (2508 m), formidable belvédère sur la Réserve du Néouvielle, sur sa face Sud. Cela fait 3h 45 depuis le départ.
On a de là un point de vue superbe sur les lacs d'Aubert et d'Aumar et sur la Réserve. Le point de vue est également déjà très beau sur le Pic de Néouvielle (3091m), le Ramougn (3011 m), la Crête des Laquettes, le Pic de Hèche Castet (2568 m ; juste en face du col) et au lointain, le Pic Long (3194 m), le Pic Badet (3162 m), le Pic Campbieil (3173 m), le Pic Méchant (2946 m), le Pic de Bugatet (2877 m), etc.

Un poteau indicateur de la Réserve Naturelle du Néouvielle présente le secteur et les consignes applicables dans la réserve. L'été, ce col est un lieu de passage très fréquenté, puisque situé sur le GR®10. Mais en hiver, hors vacances scolaires, même par grand beau temps, vous pouvez être seul au monde !

Après une petite pause bien méritée, mais pas trop longue, il est temps d'attaquer la partie finale !
Sauf circonstances particulières, l'ascension de cette face Est se fait en crampons et piolet, raquettes et bâtons bien rangés et amarrés au sac.
S'il y a des traces, les suivre, sinon se diriger plutôt plus au Sud que la trace du sentier en pointillés de la carte IGN en longeant l'arête Sud. La pente y est un peu plus douce pour le démarrage. Faire de nombreux lacets. À mi-pente se décaler vers la droite, vers le Nord de la face Est. Rester prudent sur cette pente frôlant les 30%, voire plus, particulièrement à plusieurs endroits.

Atteindre le collet juste avant le sommet du pic. Le sommet est proche...

(8) Atteindre le Pic de Madaméte (2657 m), entre 1 heure et 1h 15 après l'arrivée au Col de Madaméte, et entre 4h 45 et 5h 15 après le départ, pauses comprises.
En général, le randonneur est assez heureux d'arriver là et laisse éclater sa joie, silencieusement parfois, mais bruyamment le plus souvent !
Le spectacle est grandiose pour les yeux ! Le 360° est total et somptueux. Outre les sommets et lacs vus au col, on voit au Nord le Col de Tracens et au lointain, au Nord, le Pic du Midi de Bigorre. Un cairn d'1m 50 environ pointe au-dessus du sommet. Il permet un abri en cas de brise fraîche.
Si on est parti suffisamment tôt, c'est l'heure du casse-croûte de la pause méridienne.

Bonne chère et liquides revigorants, chauds ou frais, avalés, photos engrangées et paysage enregistrés dans les mirettes et le cerveau, il est temps de prendre agréablement le chemin du retour !

Parcourir la petite crête vers l'Ouest une dizaine de mètres et s'engager dans la descente. Même en plein hiver il est fréquent que la face Nord soit totalement ou presque totalement chauve ou pelée ; on doit alors ici circuler entre les cailloux. C'est très inconfortable. Il vaut mieux conserver les crampons que de risquer un déséquilibre en raquettes (ou pire à skis).

(9) Descendre pratiquement plein Nord pour rejoindre le col sans nom à 2515 m au Nord du Pic de Madaméte et faire la jonction avec le sentier d'été "PR®". Éventuellement rechausser les raquettes ici.
S'engager ensuite au Nord-Nord-Ouest dans un petit vallon bordé au Nord et à l'Est par la crête d'un pic sans nom à 2577 m.

Sur le bord Nord de ce vallon, à 2450 m, sous le Col de Tracens, on découvre au lointain devant et à gauche, le cirque des sept lacs, dont celui dets Coubous, bordé des majestueuses crêtes de la Mourèle et de Lurtet. C'est féérique ! Prendre alors à l'Ouest ; la pente s'accentue, nécessitant parfois de ne pas descendre pleine pente.

(10) À la cote 2325 m, sur un replat, soit prendre la trace sur le sentier "PR®" au Nord-Ouest (choix du présent parcours) dans un nouveau petit vallon enneigé, soit la trace hivernale Bleue par le Lac Nère, à l'Ouest.
Rejoindre le Lac de Tracens (2190 m).

Selon la qualité de l'enneigement et de la couche de glace, traverser au beau milieu du lac ou le contourner par le Nord, entre le lac et son laquet. Dans le doute, le contourner ! Au déversoir du lac, se frayer un chemin au Nord du Lac Blanc (effectivement il l'est !) et au Sud du Lac Dera Yunco. Attention aux ponts de neige dans ce secteur, c'est très vallonné et le passage peu évident s'il n'y a pas de trace !

(12) Au Lac Blanc, poursuivre au Nord-Nord-Ouest pour contourner le Lac dets Coubous par l'Ouest, qui se dévoile tardivement, car dans un creux prononcé.

(13) Quand on l'aperçoit, apparaît également son barrage et à son extrémité Nord-Ouest une cabane, la Cabane dets Coubous. Aux abords immédiats du lac, le dévers est assez prononcé. En cas de mauvaise impression, choisir de renoncer à ce chemin le plus court et contourner le lac par l'Est en franchissant le barrage. Atteindre le col du barrage à 2045 m.

(14) La dernière descente va s'effectuer sur une pente très raide orientée plein Nord et probablement à l'ombre une bonne partie de la journée. Il est souvent préférable de chausser les crampons et prendre son piolet.
Entamer la descente depuis le col. Sur la droite, passer tout à côté de l'entrée de la galerie souterraine et sa grille de la SHEM (non indiquées sur la carte).
Prendre pleine pente en évitant tous les lacets du sentier estival, totalement invisibles si l'épaisseur de neige est conséquente en plein hiver. Passer le Ruisseau dets Coubous sur une passerelle. Rejoindre le panneau indicateur du matin au Pountou puis la passerelle du Ruisseau d'Aygues Cluses (1740m).

(2) Reprendre le sentier du matin et rejoindre le parking, en ne manquant pas de remarque l'hyper-fréquentation de la station de sports d'hiver à l'heure du retour par rapport au matin ! (D/A)

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 1448m - Parking (1448m) - Tournaboup
1 : km 1.1 - alt. 1551m - Pont de la Gaubie
2 : km 2.59 - alt. 1741m - Passerelle du Rau d'Aygues Cluses (1740m)
3 : km 5.2 - alt. 2045m - Retenue d'eau (2041m)
4 : km 6.14 - alt. 2148m - Passer à droite - Cabane d'Aygues Cluses
5 : km 6.67 - alt. 2209m - Quitter le plein sud et prendre au sud-est (2200m)
6 : km 7.29 - alt. 2314m - Lac d'Aygues Cluses (2330m)
7 : km 8.78 - alt. 2506m - Col de Madamète (2508m)
8 : km 9.16 - alt. 2624m - Pic de Madamète (2657m)
9 : km 9.51 - alt. 2551m - Col sans nom (2515m) - Prendre à gauche
10 : km 10.44 - alt. 2327m - Replat (2325m) - Prendre à droite dans le vallon
11 : km 11.08 - alt. 2192m - Lac de Tracens (2190m)
12 : km 11.67 - alt. 2125m - Lac Blanc (2125m)
13 : km 12.26 - alt. 2054m - (2050m) - Lac Dets Coubous
14 : km 12.49 - alt. 2039m - Col de la Cabane dets Coubous (2045m)
D/A : km 16.08 - alt. 1448m - Parking (1448m) - Tournaboup

Informations pratiques

Le descriptif porte sur une randonnée effectuée en solo en hiver (févr. 2021) avec un enneigement conséquent et non récent. Évidemment aucun sentier ni balisage n'est visible ! L'essentiel du parcours utilisera soit des traces de skieurs ou raquetteurs précédents, soit le suivi d'une trace GPS.

Ne s'aventurer sur ce parcours que si l'on maîtrise parfaitement la pratique des raquettes ou skis de randonnée.
On peut pratiquer cette randonnée en été, en suivant sensiblement le même parcours, et en restant - autant que faire se peut - sur les sentiers, alors parfaitement visibles partout.

Temps indiqué
J'ai fait ce parcours en raquettes en 7h40, temps de pause et pique-nique compris. C'est un temps compté assez court. Comptez entre 8 et 9h30. En été on peut compter 7h.

Difficulté
J'ai classé Difficile en hiver en raison de la longueur et du dénivelé du parcours, des passages pentus entre (7) et (8) et entre (14) et (2), de l'ensemble non balisé. C'est un parcours un peu sportif où il faut garder un bon sens de l'orientation et son sang froid.
En été, la cotation est Moyenne.
L'Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) est de 134HKG, ce qui correspond à un itinéraire de difficulté Très difficile pour un randonneur avec une préparation physique Moyenne.

Points d'eau
- en hiver avec neige, les ruisseaux peuvent sans trop de danger servir de points d'eau. Prévoir toutefois 1 litre d'eau froide/personne et 1 litre d'eau chaude en bouteille isotherme/personne.
- en été, il y a une source connue au lac de Coueyla Gran (4). Les autres sources ou eaux de ruissellement sont sans garantie de potabilité, du fait du pacage des troupeaux. Prévoir 2,5 litres/personne.

Abris
Seules les cabanes d'Aygues Cluses (4) et dets Coubous (14) peuvent servir d'abri en dur sur le parcours.
Attention en été, en couchage nocturne, elles sont très fréquentées.

Matériel
- en été, prévoir un équipement habituel de randonneur en moyenne montagne, chaussures de randonnées, vêtements adaptés, vêtement de pluie, eau, nourriture, couverture de survie, couteau, boussole, carte, sifflet.
- en hiver avec neige, prévoir en plus obligatoirement des raquettes à neige, une paire de bâtons, des guêtres, de la crème solaire, du baume à lèvres, un GPS ou l'application Visorando sur le smartphone, des gants, des vêtements chauds adaptés, un thermos avec une boisson chaude, un bonnet, des lunettes de soleil adaptées au rayonnement sur la neige. Certains y rajouteront un appareil de recherche de victime d'avalanches DVA, une pelle et une sonde. Sur ce parcours, rajouter obligatoirement les crampons et le piolet, sauf variante 2 où le piolet est facultatif.

Fréquentation
- en hiver avec neige, on aperçoit de très nombreuses traces de skieurs de randonnée ou raquetteurs pratiquement sur tout le parcours. Mais on peut rester en solo toute la journée, selon la journée choisie et la météo.
- en été le parcours est très fréquenté, dans toutes ses variantes.
Quelle que soit la saison, n'oubliez pas de prévenir votre entourage de votre trajet précis et informez-les de toute modification par sms ou téléphone.

Raquettes+bâtons ou crampons+bâtons ou crampons+piolet
Si vous montez au petit matin en plein hiver, il sera probablement plus confortable de monter en crampons le plus haut possible (2000 ou 2100m possibles). En effet, la marche en crampons est quasi-identique à la marche en chaussures, avec comme atout le passage sans danger des petits plats ou petites côtes verglacées et surtout des passages en dévers étroits en neige dure ou verglacée.
Quand on chausse les crampons sur plat ou pentes faibles on conserve ses bâtons. Dès que la pente dépasse 15 à 20%, les raquettes et bâtons sont rangés et bien amarrés au sac et on utilise le piolet. La pratique du piolet nécessite un bon niveau d'apprentissage, particulièrement en cas de chute ou en descente.

Bulletin montagne Météo-France et Bulletin d'Estimation des Risques d'Avalanche (BRA ou BERA)
Consultez les prévisions météorologiques, particulièrement le bulletin neige et avalanches de Météo-France, massif de Haute-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées. Un appel au groupement de Gendarmerie de Haute-Montagne peut aussi vous rassurer.

Lieux de risques avalanches
A partir du WP(6), et encore plus à partir du WP(7), il faut commencer à être vigilant aux risques de coulées ou même d'avalanches. Les pentes sont en secteur Nord ou Nord-Est, et selon le risque BERA consulté avant le départ et l'épaisseur de neige présente, il faut surveiller et rechercher les éventuelles cassures, préliminaires à avalanche ou coulée de neige. Si on est plusieurs, il faut mettre en place les distances de sécurité.

Les balisages GR® et PR® sont la propriété intellectuelle de la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Les balisages GR® et PR® sont la propriété intellectuelle de la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

Pendant la rando ou à proximité

Pastoralisme
Dans les pâturages d'estive des hautes vallées béarno-bigourdanes, les bergers construisaient des cabanes en pierre sèche, appelées capane, de plan rectangulaire. Placées au milieu d'un enclos en pierre sèche où les moutons passaient la nuit et dits coueilas ou cuyalas ou encore courtaous, elles sont souvent aujourd'hui en ruine. Source Wikipédia.
Les cabanes de la Gaubie sont plutôt en bon état et toujours utilisées.

Toponymie
Source blog La mule et l'intello Merci à lui !
Traductions avec l’aide de Pierre Salles, excellent chroniqueur sur France-Bleu Béarn.
Barèges : ßa’RƐdjə La petite (?) vallée. Etymologie (latine) assez contestée, mais qui semble cependant incontournable. La racine vient du latin « vallem » et le suffixe vient très probablement du latin « -eticam »,…peut-être diminutif (?)
« Barège » (en fait « Varètge ») est le nom de la vallée. La commune ainsi nommée n’est apparue qu’au XXème siècle : sous l’impulsion d’Urbain Cazaux, conseiller général de la vallée et président de la Fédération Française de Ski, toute la partie orientale des terres appartenant jusque là à la commune de Betpouey a été soustraite à celle-ci pour créer la commune nouvelle.
Le lieu avait déjà reçu ce nom par le fait de la grande renommée de ses thermes (cf. leur clientèle impériale) : on disait à l’origine « les bains de (la vallée de) Barège », puis, (à Paris !) on a abrégé en « Barèges » pour parler, de fait, seulement de ces thermes. Cette appellation est restée.
Aygues-Cluses ’aigəs ’clusəs Très certainement les eaux fermées, cachées (étymologie latine).Le torrent qui descend dans la partie haute de la vallée disparaît ensuite dans un sol composé de blocs granitiques entassés, de sorte que la partie basse de cette vallée est sans ruisseau. Les troubadours du Moyen Âge appelaient le « trobar clus » un genre de poésie dont le sens profond ne pouvait apparaître qu’à ceux à qui on avait donné les clés pour le comprendre, et qui restait caché pour les autres. Orthographe restituée : aigas clusas.
Ets Coubous e(t)s ku’bus. Très probablement : les pertes et résurgences. Etymologie sans doute pré-latine. Nous sommes très près d’Aygues-Cluses et dans le même type de terrain. Seulement cette fois, c’est à un endroit où de l’eau disparaît par endroits et ressurgit à la surface à d’autres. Orthographe restituée : Eths cobós.
Madaméte mada’metə Sans doute « petite Madame ». Sans doute une anecdote passée et oubliée a-t-elle été à l’origine d’une telle appellation. Orthographe restituée : Madameta.
Tournaboup : D’autres endroit de la vallée portent ce nom. Seule possibilité : mot composé de « torna » (il revient », « il tourne »), et de « vo(l)p », le renard. Littéralement, donc : Tourne renard. Mais la encore , pourquoi ? Cette étymologie (latine) est au bout du compte assez peu sure, et des déformation ayant pu se produire au cours des siècles. Orthographe restituée : Tornavop.
Massif du Néouvielle : gascon : nèu, neige et vielha, vieille, ancienne.

Variantes
1- Entre les WP(3) et (5), on peut shunter le passage à la cabane d'Aygues Cluses en coupant complètement le virage et en amorçant la montée dans le ruisseau d'Aygues Cluses dès 2080m. Si la montée est plus rude, le dénivelé le même, la variante raccourcit le circuit de plusieurs centaines de mètres de développement. Mais elle fait rater une partie de la beauté du Cirque d'Aygues Cluses.
2- Au WP(5) on peut choisir de suivre la trace "normale", surtout si on n'aime pas faire sa trace dans le désert blanc immaculé. Il faut alors poursuivre au sud-sud-ouest pour monter pleine pente le raidillon passant par le déversoir et les Lacs de Madaméte eux-mêmes.
3- Au WP(10) on peut choisir de poursuivre à l'est-nord-est pour passer entre les lacs Nère et de Tracens, puis traverser (si possible) le Lac Blanc. Ca rallonge de 10 minutes environ.

Avis et discussion

Moyennes

Moyenne globale : 5/5
Nombre d'avis : 1
Fiabilité de la description : 5/5
Fiabilité du tracé sur carte : 5/5
Intérêt du circuit de randonnée : 5/5


Visorandonneur
le mardi 17 août 2021 à 21:00

Note globale : 5 / 5

Date de la randonnée : mardi 03 août 2021
Fiabilité de la description : Très bien
Fiabilité du tracé sur carte : Très bien
Intérêt du circuit de randonnée : Très bien
Circuit très fréquenté : Non

Rando faite début août, très jolie et avec une belle diversité de paysages (clairières, forêt, pierriers, lacs..). Pas trop de monde quand on commence tôt ;-) merci à l'auteur d'avoir agrémenté sa description de commentaires sympathiques le seul inconvénient, les derniers hectomètres à partir du point 13 ont paru vraiment longs pour nos pieds !! Mais on recommande !

Autres randonnées dans le secteur

Liset de Hount Blanque en boucle
Distance 8.62km Dénivelé positif +875m Dénivelé négatif -884m Durée 5h Moyenne Moyenne
Départ Départ à Campan - 65 - Hautes-Pyrénées

Très jolie boucle en raquette (ou ski de randonnée) qui permet de voir en permanence la chaine des Pyrénées centrales.

Crête du Hautacam et Pic du Mont vers le Montaigu
Distance 10.24km Dénivelé positif +539m Dénivelé négatif -490m Durée 6h Difficile Difficile
Départ Départ à Beaucens - 65 - Hautes-Pyrénées

Magnifique randonnée sportive sur les crêtes à 2000m face au Pic du Midi de Bigorre.
Bien qu'en dehors des pistes balisées elle est assez fréquentée en été. En hiver, elle est totalement à l'écart des randonneurs, particulièrement dans la dernière partie (voir remarque dans Infos Pratiques en dessous).
En hiver, comme en été, réservez ce parcours à un temps parfaitement dégagé et ensoleillé, car la vue y est remarquable et vous ne regretterez pas vos efforts.

La Béque (1721m)
Distance 8.83km Dénivelé positif +668m Dénivelé négatif -668m Durée 4h Moyenne Moyenne
Départ Départ à Campan - 65 - Hautes-Pyrénées

Petit sommet qui se gravit en raquettes à neige depuis la route du Sarrat de Gaye et offre un magnifique point de vue à 360°.

Col de Beyrède depuis Estupas
Distance 15.09km Dénivelé positif +870m Dénivelé négatif -869m Durée 6h Difficile Difficile
Départ Départ à Campan - 65 - Hautes-Pyrénées

Très belle randonnée en raquettes, qui fait passer dans des lieux d'estives encore vivants.

Col de Beyrède depuis Espadiet
Distance 8.75km Dénivelé positif +479m Dénivelé négatif -482m Durée 4h Moyenne Moyenne
Départ Départ à Campan - 65 - Hautes-Pyrénées

Jolie randonnée en raquettes depuis la carrière de marbre de Payolle. Randonnée hors balisage qui nécessite un minimum de sens d'orientation.
N.B. Par endroits, la carte IGN n'est pas à jour.

Boucle hivernale par le Col d'Aspin et Plo del Naou
Distance 11.95km Dénivelé positif +624m Dénivelé négatif -631m Durée 5h Difficile Difficile
Départ Départ à Campan - 65 - Hautes-Pyrénées

Circuit en raquettes à neige qui permet de surplomber toute la zone de Payolle. Il est évident que cette randonnée peut s'effectuer en été.
En revanche ne pas s'engager vers le Plo del Naou en cas de brouillard ou en cas de chute de neige car il n'y a aucun point de repère (c'est une très grande zone d'estive en été). Il est nécessaire d'avoir le sens de l'orientation (surtout après le sommet).

Col du Pourteillou et Crête du Soum Braqué (2304m)
Distance 8.97km Dénivelé positif +833m Dénivelé négatif -830m Durée 5h Difficile Difficile
Départ Départ à Gèdre - 65 - Hautes-Pyrénées

Magnifique parcours hivernal sur le Plateau de Saugué avec en point de mire le très spécial mais adorable Col du Pourteillou. En cerise sur le gâteau, la crête du Soum Braqué permet quelques frissons sans danger mais surtout une vue imprenable sur le Cirque de Gavarnie et les sommets frontaliers.

(!) Attention ! les passages en crête sont aériens et certains très pentus sont à éviter en cas de menace d'avalanche élevée.

Granges d'Espoune et d'Artigue Bourg sur les pentes du Cabaliros
Distance 6.5km Dénivelé positif +522m Dénivelé négatif -522m Durée 4h Moyenne Moyenne
Départ Départ à Cauterets - 65 - Hautes-Pyrénées

Petite randonnée, familiale et facile en été mais sportive en hiver sous la neige. On est au cœur des Hautes-Pyrénées, au milieu des plus hauts sommets, sur la route du Pic du Cabaliros et du lac d'Anapéou.
Eté comme hiver, dépaysement total dans les zones pastorales ancestrales.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.