Les Aiguillettes du Lac Bleu par le Chiroulet et le Col de Bareilles

Très belle randonnée hivernale en aller-retour, permettant la découverte du splendide Lac Bleu de Lesponne l'hiver sous sa couche de neige et glace immaculée, puis le Col de Bareilles et sa vue sur le lac, sur la Vallée de Lesponne et le Pène det Pouri, puis enfin les Aiguillettes septentrionale (2367m), les plus facilement accessibles en randonnée alpine hivernale.
Si le dénivelé total est conséquent, rien n'empêche toutefois de s'arrêter à chacun des points remarquables.
Attention : cette randonnée impose une surveillance des conditions nivologiques avant et pendant le parcours et donc une excellente connaissance de la montagne l'hiver.

Fiche technique

33767945

Tracé hivernal Extrêmement difficile

Pour votre sécurité et celle des autres lors de vos sorties en montagne, nous vous rappelons qu'il est fortement recommandé d'être équipé d'un Détecteur de Victime d'Avalanche (DVA), d'une pelle et d'une sonde. En l'absence de bonnes connaissances en milieu enneigé, faites-vous accompagner d'un professionnel de la montagne.

Une randonnée Bagnères-de-Bigorre créée le jeudi 11 mai 2023 par MCTOUL. Dernière MAJ : vendredi 19 mai 2023
  • Raquettes à neige
    Activité : Randonnée Raquettes à neige
  • ↔
    Distance : 11,05 km
  • ◔
    Durée selon l’auteur : 10h
  • ▲
    Difficulté : Extrêmement difficile

  • ∞
    Retour point de départ : Oui
  • ↗
    Dénivelé positif : + 1 304 m
  • ↘
    Dénivelé négatif : - 1 307 m

  • ▲
    Point haut : 2 358 m
  • ▼
    Point bas : 1 065 m
Le mur du sentier retour au Pas de Bouc (Lac Bleu de Lesponne)
Vallée de Lesponne depuis les Aiguillettes du Lac Bleu de Lesponne
Le sommet septentrional des Aiguillettes du Lac Bleu de Lesponne
Vue vers l'Est depuis le Col de Bareilles

Description de la randonnée

Par Bagnères-de-Bigorre, Beaudéan, puis la Vallée de Lesponne, gagner le lieu-dit le Chiroulet, où se termine la route D29, en rive gauche de l'Adour de Lesponne.
On trouve ici quelques maisons, un oratoire, une petite centrale hydroélectrique, un restaurant ouvert presque toute l'année Ô Chiroulet et un parking pour une trentaine de voitures.

(D/A) Passer sur l'arrière du restaurant en s'engageant sur une piste bien large.

(1) Traverser un petit pont. Juste avant la centrale hydroélectrique à gauche, prendre à main droite un large sentier qui passe par une belle clairière avant de s'enfoncer dans le sous-bois. Le sentier est bien balisé en Jaune et identifié vers le Lac Bleu.

Par de nombreux lacets, le sentier s'élève dans la montagne, dans le Bois de Pouzac, entre le Ruisseau de Lhécou et la conduite forcée en provenance du réservoir à 1271 m d'altitude. Hors présence de neige, ne pas couper à travers les lacets !

(2) Passer ce réservoir et poursuivre l'ascension dans la combe de Lhécou. Selon les conditions d'enneigement, le sentier peut ne pas être visible. Se fier alors aux traces précédentes ou au GPS.

(3) Vers 1520 m, le sentier et le présent parcours passent en rive gauche du Lhécou.

(4) Peu avant la passerelle à 1669 m, là où le sentier franchit à nouveau le Lhécou pour repasser en rive droite, choisir l'ascension hors sentier du couloir Ouest (plutôt que la montée par le sentier estival du couloir Est), en prenant à droite la direction Sud-Ouest, dans la pente. Ce couloir bien raide (700 m à 46%) est au soleil dès le lever du jour, contrairement à l'autre (et moins soumis aux coulées de neige).

Remonter ainsi un long et large couloir sous le sommet sans nom à 2105 m, extrémité de la Crête de Bizourtère. Ce couloir s'oriente plein Sud et reprend son ascension après un petit replat. Vers 1940 m, atteindre un court plateau qui, en s'orientant Sud-Est, permet d'atteindre les cabanes et les rives du Lac Bleu de Lesponne (1977m). Le spectacle du lac, de sa cuvette et des sommets alentours valent à eux-seuls le déplacement !

(5) Ici, deux options selon l'état du lac.
- Si le lac est gelé et dans de bonnes conditions (en général de décembre à mars), poursuivre le parcours comme sur la trace, en passant sur la glace du lac vers l'Ouest pour gagner la base du Couloir de Valma (non désigné sur la carte IGN), couloir descendant au Sud-Est du Col de Bareilles.
- Si le lac est dégelé ou si la glace n'est pas sûre, préférer monter par les rochers puis, par une traversée ascendante, rejoindre la neige qui porte bien et prolonger la traversée pour rejoindre le cône de déjection de la combe (ou encore prendre le sentier estival 60 m au-dessus du niveau du lac).

(6) Au bas du couloir, à la cote 2008, ne pas chercher la Cabane de Bareilles, il n'en reste rien. S'engager dans la pente de ce très joli couloir assez raide (27 à 41%) orienté Sud-Est-Nord-Ouest. Atteindre le Col de Bareilles à 2238 m.

(7) La présence d'une corniche est fréquente, le meilleur passage est en général au Nord du col vers 2250 m. Prendre alors le serrat Sud-Sud-Ouest qui grimpe sur l'arête vers les Aiguillettes à 2367 m (pente à 33%). Atteindre le sommet des Aiguillettes.

Attention aux derniers mètres d'ascension ! ''Selon les conditions de nivologie annoncées sur les sites de météorologie (voir § Informations pratiques) et aux conditions examinées in situ, le sommet peut être recouvert d'une couche instable, composée d'un manteau neigeux apparent en surface et d'un vide sous ce manteau, créant un risque de glissement du manteau et de coulée ou d'avalanche. Surveiller les cassures, les gueules de baleines et tout autre signe préparant un futur glissement. Or, les pentes sont raides et longues jusqu'au Lac Bleu au Sud-Est ou à la Vallée de Lesponne et la Cabane d'Ourrec, côté Ouest !
Dans ce cas, ne pas s'aventurer jusqu'au sommet !''

En hivers, la crête entre chaque pic des Aiguillettes est ensuite difficilement praticable sans matériel (Voir § Pendant la randonnée).

(8) Le retour s'effectue par le même chemin ou par la variante de ce présent tracé. Rejoindre le Col de Bareilles.

(7) Puis le cône déjection du Couloir de Valma.

(6) Rejoindre le Lac Bleu.

(5) Ne pas prendre les traces de la montée. Se diriger au Sud-Est vers le Pas de Bouc en rive gauche du déversoir du lac, le Ruisseau du Lhécou. Passer sur le pont puis emprunter le sentier avec son haut mur de soutènement (marcher entre le mur et la falaise, là où l'été on marche sur le mur) et engager la descente dans la combe de Lhécou. Se fier aux traces des skieurs et raquetteurs précédents ou intuitivement dans les pentes enneigées. Rejoindre la proximité de la passerelle à 1669 m, puis les lacets à 1600 m juste en-dessous de (4).

Poursuivre la descente et rejoindre Chiroulet (D/A) par l'itinéraire inverse de l'aller.

Points de passages

  1. D/A : km 0 - alt. 1 075 m - Le Chiroulet
  2. 1 : km 0.1 - alt. 1 069 m - Petit pont sur l' - Adour de Lesponne (rivière) - Affluent de l'Adour
  3. 2 : km 1.36 - alt. 1 277 m - Réservoir
  4. 3 : km 2.68 - alt. 1 512 m - Traversée du Lhécou
  5. 4 : km 3.15 - alt. 1 651 m - Bifurcation - Couloir W
  6. 5 : km 3.91 - alt. 1 954 m - Lac Bleu (Lesponne)
  7. 6 : km 4.46 - alt. 2 008 m - Carrefour cône déjection Bareilles
  8. 7 : km 5.28 - alt. 2 244 m - Col de Bareilles (2238 m)
  9. 8 : km 5.75 - alt. 2 358 m - Pic septentrional des Aiguillettes du Lac Bleu
  10. D/A : km 11.05 - alt. 1 074 m - Le Chiroulet

Informations pratiques

Le descriptif porte sur une randonnée effectuée en duo au début février 2023, avec un enneigement inférieur aux moyennes habituelles.
Après l'altitude 1500m (seulement, du fait des conditions particulières à cette date), aucune piste, ni aucun sentier, ni balisage n'est visible ! L'essentiel du parcours utilisera le descriptif accompagné d'une trace GPS, voire en complément des traces de skieurs ou raquetteurs précédents.
En hiver, ne s'aventurer sur ce parcours que si l'on maîtrise parfaitement la pratique des raquettes ou skis de randonnée et des crampons-piolet en haute-montagne.

Stationnement au départ
Il existe un vrai parking gratuit, pourtant assez fréquenté, même en hiver. Se garer convenablement est un gage de sérieux et de solidarité avec ceux qui viendront s'y garer plus tard dans la journée.

Temps indiqué
Nous avons fait ce parcours en 10h, temps de pauses et pique-nique compris (3h), en quittant le parking à 10h30. C'est un temps très au-dessus de la moyenne, nous avons pris notre temps... Comptez entre 7h30 et 9h.
2h45 pour monter du Chiroulet au Lac Bleu, pratiquement tout en crampons-bâtons-piolet.
1h pour monter au Col de Bareilles.
3/4h pour monter aux Aiguillettes.
2h30 pour descendre.

Difficulté
Randonnée classée Très Difficile, du fait du dénivelé positif plutôt important, de passages exposés entre la Montagne de Maïloa et la Bizourtère, de l'existence de passages très pentus entre (3) et (5), de l'absence de balisage, et des conditions de haute-montagne. C'est un parcours sportif, réservé à des montagnards, mais chacun peut se limiter en s'arrêtant en cours de route.
En été, la cotation serait Moyenne.
L'Indice IBP est de 138 HKG (avec ou sans neige), ce qui correspond à un itinéraire de difficulté Moyenne pour un randonneur avec une préparation physique haute ou Très Difficile avec une préparation Moyenne.
Le classement de toute la randonnée selon le référentiel du Club Alpin Suisse est T6 : Randonnée alpine difficile.
La cotation alpinisme de la crête est F : Facile (sans baudrier, ni cordes), bien qu'exposée.

Points d'eau
Il n'y a pas de point d'eau potable sur le parcours.
- en hiver avec neige, les ruisseaux peuvent sans trop de danger servir de points d'eau. Prévoir toutefois 1 litre d'eau froide/personne et 1 litre d'eau chaude en bouteille isotherme/personne.
- en été, les sources, lacs, rivières ou eaux de ruissellement sont sans garantie de potabilité. Prévoir 1,5 litre/personne.

Abris
La Cabane du Lac Bleu (5) peut servir d'excellent abri diurne ou nocturne.

Matériel
- en été, prévoir un équipement habituel de randonneur en haute montagne, chaussures de randonnées, vêtements adaptés, vêtement de pluie, eau, nourriture, couverture de survie, couteau, boussole, carte, sifflet.
- en hiver avec neige, prévoir en plus obligatoirement des raquettes à neige ou skis de randonnée, une paire de bâtons, des guêtres, de la crème solaire, du baume à lèvres, un GPS ou l'application Visorando sur le smartphone, des gants, des vêtements chauds adaptés, un thermos avec une boisson chaude, un bonnet, des lunettes de soleil adaptées au rayonnement sur la neige. Certains y rajouteront un appareil de recherche de victime d'avalanches DVA, une pelle et une sonde. Les crampons et le piolet sont des accessoires indispensables sur ce parcours.

Fréquentation
- en hiver avec neige, le Lac Bleu est peu fréquenté, plutôt par des skieurs de randonnée que des raquetteurs, car la montée au Col Bleu est réputée périlleuse. Les montées au Col de Bareilles et au Pic de Bizourtère sont encore moins fréquentée. L'ascension des Aiguillettes est rare, alors qu'elle n'est pas technique.
- en été circuit assez fréquenté jusqu'au Lac Bleu et au Col de Bareilles.
Quelle que soit la saison, n'oubliez pas de prévenir votre entourage de votre trajet précis et informez-les de toute modification par sms ou téléphone.

Raquettes + bâtons ou crampons + bâtons ou crampons + piolet
En plein cœur de l'hiver le matin, il peut être plus facile d'être en crampons qu'en raquettes ou skis. En effet, la marche en crampons est quasi-identique à la marche en chaussures, avec comme atout le passage sans danger des petits plats ou petites côtes verglacées et surtout des passages en dévers étroits en neige dure ou verglacée.
Quand on chausse les crampons sur plat ou pentes faibles on conserve ses bâtons. Dès que la pente dépasse 15 à 20 %, les raquettes et bâtons sont rangés et bien amarrés au sac et on utilise le piolet. La pratique du piolet nécessite un bon niveau d'apprentissage, particulièrement en cas de chute ou en descente.

Consultez les prévisions météorologiques, particulièrement le bulletin neige et avalanches de Météo-France, massif Haute-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées.

Lieux de risques avalanches
La zone est réputée avalancheuse sur ce parcours, dans la fin de la combe du Lhécou, sous la Montagne de Maïloa. Ne s'y engager qu'en condition de risque limité ou si des purges ont eu lieu précédemment et que vous savez les lire.

Si sur votre parcours ou sur la carte utilisée vous constatez des erreurs de balisage ou de toponymie, vous pouvez devenir contributeur et les signaler :
- erreur de balisage, problème de sécurité, conflit d'usage, environnement : c'est ici.
- erreur de cartographie, toponymie : c'est ici.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

Le Lac Bleu
Le Lac Bleu est souvent nommé Lac Bleu de Lesponne, du nom de la vallée où il se situe, afin de le différencier des autres Lac Bleu présents dans les Pyrénées.
Il se situe dans le département des Hautes-Pyrénées, au sud-est de la commune de Beaucens, en limite de celle de Bagnères-de-Bigorre. D'une superficie de 51 ha2, il a une profondeur de 120 m, ce qui en fait le lac le plus profond des Pyrénées

La Cabane du Lac Bleu WP(5) https://www.pyrenees-refuges.com/fr/affi...

Variantes
- l'été il ne faut pas emprunter le couloir Ouest à la montée au Lac Bleu et ne pas couper dans les lacets à la montée comme à la descente, mais rester sur les sentiers balisés.

- Au WP (7) Col de Bareilles, on peut atteindre facilement le Pic de Bizourtère (2311m), 73m de dénivelé seulement à franchir

- Au retour, on peut choisir après le WP(7), Col de Bareilles, de descendre dans la combe du Lhécou par un passage ménagé dans la Crête de la Bizoutère.

- Au retour, on peut choisir après le WP(7), Col de Bareilles, de descendre par la Cabane et le Lac d'Ourrec. Itinéraire en boucle beaucoup plus long, très raide au départ, mais qui vaut le détour.

- On peut choisir de faire se parcours sans monter par la combe du Lhécou avalancheuse, mais par le Lac d'Ourrec.

Toponymie
- Le Lac Bleu s'appelait précédemment Lac de Lhecou lyécou, d'un préceltique lheco signifiant « grosse pierre » ou « pierre plate ». Ce nom a été conservé par le torrent qui servait jadis d'exutoire aux eaux du lac.
Mais d'autres interprétations disent que Le Lac Bleu était autrefois nommé le Lac d'Ilhéou ou Lac de Lhéou, et qu'il a perdu ce nom au cours du XIXe siècle. Dans le guide Joanne de 1907, il figurait encore sous son double nom, Lac Bleu ou Lhéou. Lac d'Ilhéou ou Lac de Lhéou viennent du gascon iou, héou qui signifie lac. C'est donc le lac du lac, ce qui en fait une tautologie, une répétition.

- Lesponne vient du latin sponda, devenu en gascon espou, espona, qui signifient bord, rebord, versant pentu. La Vallée de Lesponne serait donc la vallée du bord ou la vallée du versant pentu.

- Le Pic de Bizourtère vient du gascon besurt qui est le nom gascon du sorbier des oiseleurs. Ce sommet domine effectivement le Bois de Bizourtère, une forêt du Chiroulet où pousse de nombreux sorbiers des oiseleurs.

Autres randonnées dans le secteur

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.