À la découverte de Sablé-sur-Sarthe

Bienvenue à Sablé-sur-Sarthe, étymologiquement issu du latin "sablum, sabulum" signifiant sable. Cela résulte probablement du fait que, géographiquement, Sablé est au confluent de la Sarthe et de deux de ses affluents : l'Erve et la Vaige. Cette promenade vous permet de mieux connaître la ville avec son château, son église, son port, sa gare et son histoire.

Fiche technique
Une randonnée Sablé-sur-Sarthe créée le jeudi 23 août 2018 par Pauline72. MAJ : jeudi 13 décembre 2018
Durée Durée moyenne: 3h00[?]
Distance Distance : 9.94km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 63m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 63m
Point haut Point haut : 53m
Point bas Point bas : 23m
Facile Difficulté : Facile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Commune Commune : Sablé-sur-Sarthe (72300)
Départ Départ : N 47.839465° / O 0.334603°
Carte Carte IGN (cliquez-ici pour commander) : Ref. 1520SB, 1620SB
Téléchargez : -

Description de la randonnée

Garez-vous au parking du château et rendez-vous devant l'Office de Tourisme. Au niveau de la porte d'entrée du château, profitez-en pour observer le heurtoir à anneau, les écuries et la Tour du Trésor.

(D/A) Depuis l'Office de Tourisme, éloignez-vous du château en suivant la Rue du château. Prenez la première à droite, la Grande Rue. Notez la verrière au numéro 45.

(1) Au carrefour, tournez à gauche puis à droite Rue Saint-Martin (vestiges de l'Église paroissiale Saint-Martin). Rejoindre brièvement la Place Raphaël Élizé pour revenir par la Rue de l'Échelle où un éperon de cavalier et un fer de lance ont été trouvés.

(1) Poursuivez à gauche dans la Grande Rue. Notez un linteau en calcaire issu de l'Église paroissiale Saint-Martin dans le mur du numéro 39 et allez jusqu'au au Musée À l'Homme Volant. Obliquez alors à droite dans la Rue Dorée. Au croisement, continuez en face, Rue du Petit Port. Au bout, tournez à droite pour emprunter le pont sur la Sarthe.

(2) Au sortir du pont, empruntez tout de suite à gauche la Rue de l'Île (piétonne). Effectuez sur la gauche le tour de la Place Dom Guéranger. Poursuivez Rue de l'Île, croisez la Rue Henri Simon et prenez à droite un chemin piétonnier. Au bout, suivez la Rue Léon Legludic à droite puis traversez la rue pour gagner le monument aux morts et l'Église Notre-Dame de l'Assomption.

(3) Dos à l'entrée de l'église, repartez à droite et suivez la Rue Léon Legludic. Franchissez en deux temps le petit bras de la Sarthe. Au sortir du pont, contournez le rond-point par la gauche.

(4) Prenez à gauche la Rue Aristide Briand. Au n°16, se trouve l'ancienne demeure de Raphaël Élizé, premier maire noir de France. Revenez au rond-point.

(4) Prenez à gauche la Rue Saint-Nicolas. Tournez dans la 2ème à droite, la Rue des Terres, puis dans la 1ère à gauche, la Rue Traversière des Terres. Virez de nouveau à gauche, Rue Jean Bouin. Au croisement suivant, retrouvez la Rue Saint-Nicolas et suivez-la à droite sur environ 500m (observez plus particulièrement les n°s 26, 77 et 115).

(5) À l'angle du n°192, prenez à gauche la Rue de Haute Folie. Traversez l'Avenue de Verdun. Plus loin, la rue vire à gauche (ignorer à droite la Rue Saint-Exupéry).

(6) Moins d'une centaine de mètres avant la fin de la rue, tournez à droite, Rue de l'Yvonnière. Au bout, suivez à gauche la Rue du Mans (D309) puis à droite la Rue du Maine. Au croisement en T, allez à gauche, toujours Rue du Maine.

(7) Au bout (cimetière), prenez à droite la Rue Aristide Briand en direction de Solesme. À l'angle du cimetière, engagez-vous à gauche dans un chemin piétonnier. Au bout, tournez à gauche et longez la Sarthe à main droite. Après environ 400m, empruntez le pont qui franchit la Sarthe.

Au sortir du pont (feu tricolore), prenez à droite la Rue Michel Vielle (D306) et suivez-la le long de la rivière jusqu'à l’Espace Henri Royer.

(8) Pénétrez à gauche dans le Jardin public Michel Vieille et empruntez le chemin qui monte en lacets pour atteindre un belvédère. Quittez le jardin public par le quartier du Collège Reverdy en empruntant la sortie en face (vers le Nord-Ouest).

Tournez à gauche, Rue de la Godefrairie. Au bout, suivez à gauche la Rue Paul Doumer. Au croisement (feux), continuez tout droit puis obliquez à gauche dans la Rue Pasteur. A la fourche, continuez Rue Pasteur, à droite. Au bout, virez à gauche, Rue Michel Vielle. Au croisement suivant, prenez à droite la Rue dErve. Franchissez l'Erve et poursuivez dans la rue qui porte son nom.

(9) Place Raphaël Elizé, suivez à droite la Rue Carnot. Croisez la Rue Michel Vielle côté droit puis rejoignez la Rue Paul Doumer et suivez-la jusqu'au rond-point de la Place du Champ de Foire. Là, tournez à droite, Rue Gambetta. Avant le tunnel sous les voies ferrées, prenez à gauche le Boulevard de la Primaudière et atteignez la gare.

(10) Empruntez le passage souterrain sous les voies et, de l'autre côté, au 33 Rue de la Petite-Vitesse, notez un exemple d’architecture industrielle avec des entrepôts pour le fret. Revenez sur vos pas.

(10) Empruntez le Boulevard de la Gare. Au bout (feux), tournez à droite dans la Rue Saint-Denis. Au feu suivant, prenez à gauche l'Avenue de Montreux. Tournez ensuite à gauche dans l'Avenue de la Vaige. Franchissez la Vaige et continuez Allée du Québec.

Avant le boulodrome et l'hippodrome, tournez à gauche dans la Rue du Moulin. Au bout, virez à gauche et longez de nouveau la Sarthe. Passez devant le C.R.F.P.S puis la Maison éclusière.

Juste avant la croix, tournez à gauche dans l'une des entrées du Parc du Château. Laissez le château à main droite et poursuivez au Nord-Ouest pour trouver la sortie qui débouche Rue du Château (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 39m - Château de Sablé, parking
1 : km 0.07 - alt. 38m - Carrefour de la Grande Rue
2 : km 0.66 - alt. 27m - Au pied du restaurant Villa Roma
3 : km 1.03 - alt. 28m - Église Notre-Dame de l'Assomption
4 : km 1.24 - alt. 28m - Rond-point
5 : km 2.36 - alt. 51m - Rue Saint-Nicolas / Rue de Haute Folie
6 : km 2.89 - alt. 45m - Rue de Haute Folie / Rue de l'Yvonnière
7 : km 3.4 - alt. 30m - Cimetière de Sablé
8 : km 4.57 - alt. 29m - Espace Henri Royer / Jardin public
9 : km 6.16 - alt. 30m - Place Raphaël Élizé
10 : km 7.06 - alt. 38m - Gare de Sablé-sur-Sarthe
D/A : km 9.94 - alt. 39m - Château de Sablé, parking

Informations pratiques

(D/A) Possibilité de se garer au parking du château de Sablé-sur-Sarthe le temps de la randonnée. N'hésitez pas à pénétrer à l'Office du Tourisme pour toutes informations liées au patrimoine et à propos des événements locaux.

(7) L'Espace Henri Royer fut la 3ème piscine de la Sarthe. Elle a accueilli Roger Heinkeléf, champion de France de plongeon ayant participé aux Jeux Olympiques de1936. Désormais, l'été, c'est un lieu de détente des Saboliens (zone de jeux pour enfants, toilettes).

Depuis l'Espace Henri Royer / le jardin public :
- Grâce à des belvédères, ce parc de près de 11 hectares donne une vue exceptionnelle sur la ville de Sablé avec son château, son église et son viaduc soutenant une ancienne voie ferrée.
- point de départ au chemin de halage (GR® 365) vers Juigné sur Sarthe et à la randonnée "Tour des Galibots" (Galibots = apprentis miniers) (balisage bleu - 6,7 km - 1h30)

Nous vous conseillons aussi d'emporter avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 1520SB, 1620SB.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Les balisages GR® et PR® sont la propriété intellectuelle de la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

Pendant la rando ou à proximité

(D) Le château de Sablé-sur-Sarthe.
Du château fort au château d’agrément
Juché sur un promontoire rocheux en bordure de la Sarthe, les vestiges de plusieurs tours attestent de la présence d’une place forte dès le Xème siècle sur ce même promontoire. Construit au XIe siècle par Raoul de Beaumont, vicomte du Maine, il a l’avantage de dominer la Sarthe et se trouve être à l’origine de l’urbanisation de Sablé. Durant la guerre de Cent Ans, les Anglais s'établissent dans les principaux châteaux de la région dont celui de Sablé. Il faut attendre Du Guesclin et le seigneur de Maillé en 1360 pour le libérer et délivrer la ville. Une importante garnison de soldats s’y installe et Sablé demeure de cette manière l’unique place forte du début du XVe que les Français conservent dans le Maine, d’où ils harcèlent sans cesse les Anglais.
C’est sur ces terres de Sablé que fut signé le 19 août 1488 le traité du Verger. C’est un événement important dans la succession au trône de France puisqu’il annule l’union par procuration en 1490 d'Anne de Bretagne et de Maximilien Ier de Habsbourg, héritier du Saint-Empire germanique ayant provoqué la déclaration de guerre au duc de Bretagne François II. Les deux signataires du traité du Verger convinrent aussi qu’il sera interdit à la fille du duc de se marier sans l'accord du roi de France, ce qui fut l'origine de l'annexion du duché au royaume par son Charles VIII, roi de France.
En 1711, Jean-Baptiste Colbert de Torcy (1665-1746), neveu du Grand Colbert et lui-même ministre des Affaires étrangères de Louis XIV, achète le marquisat et décide de raser la forteresse. L'actuel château de la ville s’élève alors entre 1715 et 1750 sur les plans de Fornare, un élève de Mansart. Le gros œuvre est terminé en 1728 et l’aménagement intérieur en 1741 sur les plans de l’architecte Claude Desgots, contrôleur général des Bâtiments du roi et le neveu de Le Nôtre. Colbert de Torcy décède sans héritier et le château passe ensuite brièvement dans les biens de la famille de Rougé. Il est racheté en 1864 par le duc de Chaulnes qui met à la disposition de Charles Cros un laboratoire de recherches sur la photographie en couleurs dans son château.
Après la mort du duc de Chaulnes en 1881, son château est vendu en 1903 par un négociant de Flers. Il est ensuite acheté en 1918 par un couple d’industriels nordistes, les Williot, qui installent leur usine de chicorée dans l’aile gauche et les communs. Débuté en 1921, la production de chicorée cesse en 1962.
En 1978, le château est acquis par la ville de Sablé puis donné à l’État qui y installe une annexe de la Bibliothèque nationale française (BNF).

(1) Place Raphaël Élizé :
Fusion de la Place des Halles et de la Place du Marché-au-Blé où se tient la mairie construite en 1840

L'homme volant, c'est Louis Besnier, serrurier à Sablé (1642-1705), qui a inventé une machine « munie d’ailes pour voler en l’air ». Il est considéré comme un précurseur de l’aviation. Comme l’explique le journal des savants de 1678, « pour passer la rivière de Sablé, il montoit sur un donjon qui est au château… ensuite, se laissant aller il passoit de l’autre côté de la rivière… Un jour, le vent venant à manquer il ne put se soutenir et tomba d’assés haut pour se blesser a la jambe ce qui le dégouta de cet exercice. ». Créé en 2004 par Jean-Claude Ragaru, le musée est consacré à la conquête de l'air.

(2) Au sortir du pont, juste au pied du restaurant Villa Roma / La Terrasse, observez la trace d'une des 6 tours de fortification de la muraille d'enceinte encore visible. Là se tenait la porte Saint-Nicolas.

Place Dom Guéranger :
- l'Église Notre-Dame-en-l'île démolit de 1892 à 1894
- la Maison du Peuple construite à l’initiative de Raphaël Elizé et inauguré en 1938
- l'ancienne marbrerie sur le bras de la rivière de l'autre côté

Raphaël Élizé (4 février 1891 - 9 février 1945 à Buchenwald), premier maire noir de France.
Arrière-petit-fils d‘une esclave affranchie (Élise qui donna son nom au patronyme familial), il fuit à 11 ans la dévastatrice éruption de la Montagne Pelée. Il intègre l’École nationale vétérinaire de Lyon dont il sort major en 1914. Lorsque la guerre éclate, il est mobilisé sur le front de la Marne, dans le 36e régiment colonial d’infanterie. Il survit et est décoré de la Croix de guerre en 1919. La même année, Raphaël Élizé est nommé vétérinaire à Sablé-sur-Sarthe. Le 19 mai 1929, il devient le premier maire noir de France métropolitaine. Il est mobilisé le 3 septembre 1939 comme vétérinaire à Hirson, dans l’Aisne, avec le grade de capitaine. A son retour du front, le 9 août 1940, il est destitué de ses fonctions de maire par l’occupant allemand et reprend son métier à plein temps. A partir du printemps 1943, il s’engage dans la Résistance (réseau Buckmaster, circuit Butler, groupe Max). Dénoncé comme résistant, il est arrêté en septembre 1943. Le 9 février 1945, il est grièvement blessé lors d’un bombardement allié de l'usine d'armement allemande de la Gustloff-Weimar et décède le soir même, 15 jours avant la fin de la guerre.

Dans la Rue des Terres, prêtez attention à la maison au balcon avec l’emblème révolutionnaire ainsi qu'au couvent des Cordelières de Sainte Elisabeth. Fondé par Madeleine de Souvré (Marquise de Sablé qui permit la diffusion du « petit sablé »), c'est aussi le lieu de naissance de Dom Prosper Guéranger.

8 bis Rue Jean Bouin : demeure d'Henri Royer (1897-1945), second adjoint de Raphaël Élizé qui s'est battu pour la construction de la première piscine d’été sarthoise et membre du réseau Max Butler de la Résistance

En traversant la Rue Saint-Nicolas, observez plus particulièrement le numéro 26 (maison d’enfance de Pierre Péan, journaliste d’investigation et auteur du livre « Ma petite France »), un hôtel particulier au numéro 77, les vestiges du Prieuré Saint-Nicolas au niveau du numéro 115 etc ...

(7) 21 Rue Aristide Briand = cimetière de Sablé où se trouve la tombe de Raphaël Elizé et de Joël Le Theule.
C'est là que se tenait également l’ancien hôpital de Sablé inauguré le lundi 4 février 1976 par Simone Vieil.

Isolée au cœur d’un grand parc, le château de la Martinière est construit à l’écart de la ville entre 1882 et 1890 par l’architecte Delarue qui est le bâtisseur de nombreux châteaux de la même facture dans la région.

A l’origine, Le Jardin Public Michel Vieille était un endroit sauvage connu sous le nom de « la Roche » où un loup fut abattu en 1808. La propriété, qui s'étendait de la maison au 33 de la Rue d'Erve jusqu'au viaduc, appartenait à la famille Vielle.Créé au début du XVIIIème siècle par François Vielle (1793-1848), le jardin a été légué à son neveu Joseph-Michel Vielle (1821-1890) qui continua de l'embellir et de l'entretenir. A sa mort le 2 février 1890 à Sablé, Joseph-Michel Vielle (maire de Sablé vers 1871-1872) lègue à la ville de Sablé sa propriété pour en faire un jardin public. Placée à l’extrémité Est en haut du Jardin, une colonne commémorative de marbre blanc rappelle aux promeneurs par l’inscription gravée dessus cette donation et vante la manière dont François Vielle il a su planter et embellir cette propriété : « de 1830 à 1848, époque de son décès, il n’a cessé d’employer les pauvres ouvriers dans les temps les plus rigoureux et les plus malheureux. C’est ainsi qu’il concevait l’aumône : moraliser l’homme par le travail… ! ». Ce dernier, négociant sabolien en sel, résines et graines de trèfle, est l’un des concessionnaires de la mine de Solesmes et le créateur de la première banque sabolienne en 1820.

Maison médicale de la rue Pasteur :
Les Dr Lambert et Marcais, médecins saboliens, signent en décembre 1938 un contrat d’association. Cela marque les premiers pas de la médecine de groupe en France dont Sablé reste longtemps la ville pionnière.
En 1945, un troisième médecin se joint à eux et un cabinet commun bien équipé est installé là et placé sous la surveillance d’une infirmière secrétaire.

Avec son pont, la Rue d'Erve abrite la demeure de plusieurs résistants saboliens déportés (celle de la famille Lemore, celle d’Adolphe Soury au numéro 27 et celle de Madeleine et Marcel Richard au numéro 17) et une maison ornée d’une Vierge à l’enfant à l’emplacement de l’ancienne porte fortifiée d’Erve.

11 Rue Carnot (voie reliant le centre et la route de Laval depuis 1840) : atelier Malicot
En 1831, le grand-père de Joseph Malicot installe son atelier de peintre vitrier. En 1971, le père succède au grand-père. Joseph Malicot naît le 31 mai 1874 et commence à travailler dans l’entreprise familiale à 16 ans. Pendant les 3 ans de son service militaire, il se fait remarquer pour ses connaissances en photographie. Il succède à son père à la tête du commerce ancestrale de peintre-vitrier en 1898. La notoriété de la famille Malicot est telle que les gens affluent pour s’y faire photographier. Joseph Malicot décide alors de construire l’atelier de photographie en 1899. En 1907, il refait le magasin et sa devanture. La photographie prend alors le pas sur le métier de peintre-vitrier. Il fait également de la photographie comme reporter en extérieur, ce qui débouche sur l’édition de cartes postales. Devant l’ampleur de la demande, Joseph Malicot se lance dans une production à grande échelle en multipliant les clichés de Sablé et des alentours, tel l’abbaye de Solesmes.
Grâce à Jean Distel, un projet de rénovation de l’atelier Malicot démarre en 2007-2008. L’atelier refait à l’identique permet de continuer à faire vivre la photo à l’ancienne. D'ailleurs, dans l'émission « L‘Histoire au Quotidien » sur le thème « XIXème siècle, de Napoléon à la Tour Eiffel » en 2015, le présentateur Mac Lesggy et Marjolaine Boutet (co-présentatrice et historienne agrégée) y relate le processus de fabrication d’une photographie au XIXe siècle : préparation de l’atelier, choix des décors et des costumes, prise de vue, développement de la photographie…

Place du champ de foire : ancien Marché aux bestiaux d'où partit le Tour de France en 1975
Elle était à l'origine considérée comme en dehors de la ville de (hors de l’enceinte des anciennes murailles) et accueillait alors des exécutions.

32 Rue Gambetta : ancien Collège Gambetta où une plaque apposée le 24 avril 2009 commémore la déportation de la famille Zylberszlak : « A la mémoire de Betty ZYLBERSZLAK 12 ans, élève de cet établissement scolaire, anciennement Collège Gambetta, de son petit frère, Claude, 4 ans, et de ses parents Régine et Léon, arrêtés le 9 octobre 1942 victimes innocentes de la Shoah à Auschwitz en juillet 1943 et à tous les enfants et familles juifs de France victimes du nazisme ».

Originaire de la Pologne en crise, la famille Zylberszlak s'installe en 1930 à Valenciennes qu'ils fuient en mai 1940 pour se réfugier à Paris puis au Mans et enfin à Sablé le 15 mai 1940. Leur nationalité est retirée en juin 1941. Le 9 octobre 1942, comme 142 personnes, ils sont arrêtés dans l’après-midi à leur domicile par des gendarmes français et des militaires allemands et embarqués dans un bus pour le camp de Mulsanne, au sud du Mans. Ils sont ensuite conduits le 18 octobre 1942 au camp de Drancy, en région parisienne puis ils sont entassés dans un wagon à bestiaux en direction du camp d'Auschwitz le dimanche 18 juillet 1943 vers 5 heures du matin. Le trajet dure trois jours et trois nuits. Claude et Betty (12 ans) décèdent le 23 juillet 1943 à Auschwitz, certainement par le gaz.

4 Boulevard de la Primaudière : atelier de fabrication de matériel agricole des frères Gerbouin en 1863 puis fonderie Grandry depuis 1938

Autres randonnées dans le secteur

Parc du château de Sablé-sur-Sarthe et la rive droite de la Sarthe
Distance 6.25km Dénivelé positif +19m Dénivelé négatif -19m Durée 1h50 Facile Facile
Départ Départ à Sablé-sur-Sarthe - 72 - Sarthe

Petite randonnée pour découvrir le château et son parc puis la rive droite en aval de Sablé-sur-Sarthe.

Le long de la Sarthe près de Sablé-sur-Sarthe
Distance 9.2km Dénivelé positif +9m Dénivelé négatif -9m Durée 2h40 Facile Facile
Départ Départ à Sablé-sur-Sarthe - 72 - Sarthe

Si vous restez quelques jours à Sablé-sur-Sarthe, prenez le temps d'une matinée pour profiter des paysages le long de la Sarthe pour y découvrir château, viaduc, écluses et abbaye.

Distance 11.05km Dénivelé positif +56m Dénivelé négatif -58m Durée 3h15 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Solesmes (Sarthe) - 72 - Sarthe

La Sarthe a donné son nom à notre département. Ce circuit entre Sablé-sur-Sarthe et Solesmes vous permettra de longer la rivière sur le chemin de halage et vous offrira de beaux points de vue.

Distance 1.81km Dénivelé positif +28m Dénivelé négatif -31m Durée 0h35 Facile Facile
Départ Départ à Juigné-sur-Sarthe - 72 - Sarthe

Petit parcours sur la rive droite de la Sarthe, face à Solesmes et son abbaye, haut lieu du chant grégorien.

Distance 5.79km Dénivelé positif +29m Dénivelé négatif -29m Durée 1h45 Facile Facile
Départ Départ à Juigné-sur-Sarthe - 72 - Sarthe

De l'autre côté de la Sarthe, la ville de Juigné-sur-Sarthe fait face à Solesmes, haut lieu du chant grégorien.
En longeant le bord de l'eau sur le chemin de halage (GR®365), faites une halte pour découvrir ce village sarthois et ses points de vue sur la Vallée de la Sarthe. Pour cela, il vous suffit de rester dans le bourg en suivant le balisage Vert du circuit "Tour des carrières".

Distance 12.58km Dénivelé positif +40m Dénivelé négatif -43m Durée 3h40 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Brice (Mayenne) - 53 - Mayenne

Cette jolie randonnée vous fera découvrir la campagne du Sud Mayenne et les petits bourg de Saint-Brice et des Agets.

Distance 14.38km Dénivelé positif +91m Dénivelé négatif -100m Durée 4h20 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Denis-d'Anjou - 53 - Mayenne

Le tout nouveau circuit des Mazerits à Saint-Denis-d'Anjou vous fera découvrir la campagne de ce joli village labellisé Petite Cité de Caractère.

Circuit de La Morinière
Distance 9.71km Dénivelé positif +46m Dénivelé négatif -42m Durée 2h55 Facile Facile
Départ Départ à Saint-Denis-d'Anjou - 53 - Mayenne

Cette petite randonnée vous fera découvrir la campagne de Saint-Denis-d'Anjou ainsi que ce joli petit village médiéval labellisé "Petite Cité de Caractère".

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.