Les Meulières de Caunay

Agréable randonnée en zone rurale aux paysages variés entre champs ouverts, bocage et bois. Ce parcours permet d'admirer un patrimoine bâti et naturel, en particulier la fontaine Fontadam, aux vertus prétendues miraculeuses, et l'église de Caunay.

Fiche technique
Une randonnée Caunay créée le samedi 03 mars 2018 par pgetrochon. MAJ : samedi 31 mars 2018
Durée Durée moyenne: 2h25[?]
Distance Distance : 8.29km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 21m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 22m
Point haut Point haut : 158m
Point bas Point bas : 138m
Facile Difficulté : Facile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Commune Commune : Caunay (79190)
Départ Départ : N 46.199908° / E 0.089316°
Carte Carte IGN (cliquez-ici pour commander) : Ref. 1729SB
Téléchargez : -
Chemin forestier Chemin forestier Fontaine de Fontadam Calvaire de la fontaine de Fontadam

Description de la randonnée

(D/A) De la mairie de Caunay, emprunter vers l'Ouest la Rue des Écoliers. À la hauteur de l'église de Caunay (côté droit), tourner à gauche dans une allée. Tourner à droite juste après un bâtiment perpendiculaire à cette allée, passer entre deux bâtiments et rejoindre une petite place. Prendre à droite dans la Rue des Écoliers et, presque aussitôt, tourner à gauche dans la Rue du Puits Quéron.

(1) Au premier croisement, tourner à gauche dans la Rue de l'Étang. Traverser le lieu-dit la Chaume puis virer à droite avec la route.

(2) À la sortie d'un virage à gauche de la route, prendre à droite un chemin qui pénètre dans le Bois du Peu. Au croisement en T, tourner à droite. Aller tout droit jusqu'à une petite route et suivre celle-ci à droite dans la Moussolière. À la fourche, suivre à gauche la Rue des Meulières. Après des bâtiments, prendre à gauche le chemin du Bois des Renardières. Entrer dans le bois, ignorer un départ à droite, poursuivre en lisière et aboutir à un croisement.

(3) Tourner alors à droite et, après environ 150m, trouver d'anciens trous d'extraction de pierres meulières.

(4) Revenir ensuite au croisement précédent.

(3) Continuer tout droit dans le chemin qui fait une boucle vers la droite dans le bois. Poursuivre Ouest-Nord-Ouest jusqu'à la D15. Effectuer un droite-gauche pour traverser la route et emprunter le petit chemin qui entre directement dans le bois (laisser les autres chemins forestiers ; présence d'une balise sur un petit piquet à l'entrée du chemin). Traverser le Bois de Fontadam, obliquer à gauche et rejoindre la D110.

(5) Traverser prudemment la route, emprunter le chemin à gauche du calvaire et le suivre jusqu'à la source de Fontadam visible depuis la route (puits au milieu de la fontaine lavoir). Revenir à la D110.

(5) Traverser de nouveau la route (prudence) et emprunter le chemin forestier en face (Nord-Est). Traverser prudemment la D15 et poursuivre en face dans le chemin qui traverse les Bois de la Foye. Passer un premier chemin sans issue non figuré sur la carte.

(6) À l'intersection, tourner à droite. À l'intersection suivante, virer à gauche dans un chemin qui va vers le lieu-dit la Garenne.

(7) Face au pignon d'un long bâtiment, prendre le chemin à gauche (Nord-Nord-Ouest). Ignorer un départ sur la gauche puis un sur la droite. Effectuer ensuite un virage en épingle vers la droite. Aller tout droit, déboucher sur une petite route, la Rue des Mares, et la suivre à droite. Au croisement suivant, tourner à gauche. Après une cinquantaine de mètres, obliquer à gauche, longer des bâtiments côté gauche et continuer sur un chemin.

(8) Au croisement, tourner à droite. Après une centaine de mètres, prendre à droite un autre chemin bordé d'arbres. Serpenter, atteindre le lieu-dit Bois Frouin où le chemin laisse place à une petite route. Ignorer un départ sur la droite et, au croisement en T, suivre à gauche la Rue des Anciens Artisans. Au carrefour suivant, prendre à droite la Rue de la Gassouille (ou le Petit Bas Frouin).

(9) Au croisement en T, suivre à gauche la Rue des Mares. Peu après, tourner à gauche dans un chemin qui part en légère descente dans un petit bois. Arrivé à une petite route, effectuer un gauche-droite pour continuer dans un chemin forestier en légère descente. Après avoir traversé le petit bois, le chemin serpente entre deux champs et arrive à des habitations. Au bout, tourner à gauche dans la Rue du Puits Quéron.

(1) Continuer tout droit jusqu'à la Rue des Écoliers. Suivre alors cette rue à gauche. Longer l'église de Caunay à main gauche et rejoindre le parking face à la mairie (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 140m - Parking en face de la mairie
1 : km 0.23 - alt. 139m - Croisement Rue de l'Étang
2 : km 0.94 - alt. 143m - Croisement route - chemin forestier
3 : km 2.11 - alt. 154m - Croisement
4 : km 2.28 - alt. 156m - Ancien site d'extraction de pierres meulières
5 : km 3.4 - alt. 144m - Fontaine de Fontadam - Accès
6 : km 4.25 - alt. 150m - Intersection
7 : km 4.92 - alt. 147m - Croisement de chemins à la Garenne
8 : km 6.01 - alt. 138m - Croisement de chemins en T
9 : km 7.09 - alt. 155m - Rue des Mares
D/A : km 8.29 - alt. 140m - Parking en face de la mairie

Informations pratiques

Le point de stationnement se situe en face de la Mairie, à proximité de l'église de Caunay. A défaut, parking possible à côté de l'abri bus à l'angle de la Rue des Ecoliers et de la Rue du Quits Quéron.

Cette randonnée en terrain varié nécessite d'être correctement chaussé.

Table de pique-nique à côté du (2)

Ce parcours est balisé en Bleu sur fond Blanc car reprenant le Circuit des Meulières publié par le Département des Deux-Sèvres et par le Syndicat du Pays Mellois. En conséquence il est conseillé de suivre les indications du descriptif et de la carte en y alliant une lecture du paysage, en plus du balisage sur les parties communes

Randonnée réalisée par l'auteur le 25 mars 2018.

Nous vous conseillons aussi d'emporter avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 1729SB.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

L'église de Caunay

Quelque peu oublié, cet édifice est pourtant fort intéressant, offrant notamment une quarantaine de chapiteaux sculptés dans sa partie orientale.

Des questions en suspens

La petite église de Saint-Pierre aux Liens de Caunay, qui fut probablement construite dans la première moitié du XIIe siècle, appartenait alors à l’abbaye bénédictine de Saint-Jean-d’Angély (un édifice antérieur est cité dans la seconde moitié du XIe siècle). Son vocable est lié à la légende de la délivrance de Pierre par un ange la veille de son exécution et put s’échapper à l’insu des soldats romains qui le gardaient.
Comme beaucoup d’autres, l’église subira les différents conflits ayant malmené la région et notamment les guerres de religion entre communautés protestante et catholique. C’est probablement la partie ouest qui aura payé le plus lourd tribut. En effet, il n’y a actuellement pas d’entrée sur la façade ouest, l’accès se faisant par une porte sur le mur sud. Il est raisonnable de penser qu’un portail était présent de ce côté-ci au XIIe siècle. La question qui se pose, vraisemblablement sans réponse, est de savoir s’il était aussi richement orné que le chevet...

Des choses qui se disent à l’oreille

On chuchote décidément beaucoup au chevet de l’église de Caunay. En effet, trois chapiteaux montrent deux visages et une gueule d’animal affublés d’oiseaux ou de serpents au niveau des oreilles. Doit-on voir dans la présence des serpents la symbolique de la tentation, les animaux en question insufflant des idées maléfiques dans le cerveau des écoutants ? Pauvre serpent qui doit porter, depuis plus de 2000 ans, ce lourd fardeau qui n’est pas le sien ! Cette figuration composée de visages cernés par des animaux revient régulièrement sur les chapiteaux mellois avec des variantes diverses selon les édifices, l’exemple le plus connu se trouvant sur la façade de l’église de Saint-Génard.
Le chant des sirènes Une petite sirène à deux queues est présente sur le chapiteau faisant face au visage cerné par des animaux. Cette sirène pourrait être vue comme l’emblème de la tentation, ce qui la relierait avec l’autre chapiteau. Pour certains auteurs, la sirène à deux queues serait également le symbole de la dualité humaine, partage entre vie organique et spirituelle. D’autres encore voient dans cette figure le thème de la fécondité, les deux queues relevées étant à mettre en relation avec l’idée de gestation et de naissance. On devine à travers cet
exemple toute la complexité liée à la symbolique romane. À Caunay toutefois, la chevelure stylisée qui entoure son visage (similaire à celles de Vançais) et le dessin affirmé de la poitrine nous emmènent probablement plus
dans le monde de la séduction et de la tentation.
Un autre très bel exemple de sirènes à deux queues est visible sur un chapiteau de l’église toute proche de Sainte-Soline.
Ces deux chapiteaux précédemment cités aident à comprendre clairement ce que l’on appelle le style limousin. En effet, aucun tailloir ne vient rompre la continuité entre les tores, ces moulures qui entourent les voussures de la baie et la corbeille des chapiteaux. Ce style est présent sur d’autres monuments mellois comme l’église Saint-Pierre de Melle par exemple, ou bien encore Saint-Génard, Clussais-laPommeraie…
Des échanges ont sans doute eu lieu entre Limousin et Poitou durant la période romane. On sait notamment que l’abbaye de Celles-sur-Belle était à l’origine un prieuré dépendant de l’abbaye limousine de Lesterps.
Y-aurait-il un lien entre les baies limousines observées ici et là et cette dépendance ?

À l’intérieur

Le chœur et sa travée droite possèdent, eux aussi, des chapiteaux ornés (il faut imaginer une travée droite voûtée à l’origine et non pas charpentée comme elle l’est actuellement). Un petit lion, présent sur un chapiteau de la baie côté nord de la travée, exécuté de manière assez fruste, a une position bien originale. En effet, sa croupe sort du cadre de la corbeille pour venir se poser sur le mur. Cette position dénote une certaine liberté prise par le sculpteur de cette pièce face à certains codes régissant la sculpture romane en général. Ici aussi, on peut voir de beaux exemples de baies limousines et notamment la baie axiale de l’abside.
Pour qui prendra son temps, de nombreux détails intéressants se dévoileront : pierres tombales, bénitier en forme de coquetier (une forme que l’on retrouve à plusieurs reprises dans la région), vitraux, chemin de croix... Et même si l’église de Caunay ne fait pas partie des édifices dits majeurs du Mellois, elle aura quand même des
choses à vous dire, voire à vous chuchoter.

La Fontaine de Fontadam

Sur la route menant de Clussais-La Pommeraie à Vanzay, sur la gauche, au milieu d'un bois, vous découvrirez une fontaine, celle de Fontadam. Il est dit que cette fontaine posséderait des vertus miraculeuses, son eau guérirait de nombreux maux en la buvant ou en l'appliquant sur la peau...
Une fontaine aménagée en deux parties, source et vivier. Très belle vasque ronde.Un calvaire y a été érigé en septembre 1925 en mémoire de cette ancienne occupation.
Une lettre parue dans les affiches du Poitou du 26 novembre 1785, p. 141 donne les renseignements suivants sur l’état de Fontadam à cette époque :
“Il ne reste plus des anciens bâtiments que quelques pierres paraissant avoir formé des murs et qui sont couvertes de broussailles, au milieu desquelles s’élèvent quelques arbres que le temps a presque détruits.
Devant la maison, au Sud, était une cour d’environ un arpent; des pieds des murs à l’Est, sort une fontaine connue sous le nom de Font-Adam qu’on ne voit jamais tarir, quoiqu’elle ne paraisse pas couler abondamment...”

Histoire
Cette celle dut être fondée entre 1140 et 1163. Le lieu marécageux était peu propice à cette implantation. Aussi la communauté ne fut jamais nombreuse : trois religieux en 1295. Unie au prieuré de la Carte en 1317, elle ne fut bientôt qu’une ferme. Des bandes de soldats licenciés, peut-être des armées du Duc de Berry, la pillèrent vers 1380 . Fontadam était devenu inhabitable . Ceci est confirmé par une supplique envoyée au pape Eugène IV le 1er juillet 1441 indiquant que le prieuré de Fontis Ade est ruinosus depuis cinquante ans, et que personne ne peut y habiter, et qu’il manque de l’argent pour exécuter les réparations
Le 11 Novembre 1462, un bail est conclu par Jean Joubert, Prieur de la Carte et de ses annexes, d’une pièce de terre en bois et en friche dépendant de Fontadam .
Le 24 mars 1563 la sénéchaussée de Poitiers condamne Rose Doyneau, veuve de François Doyneau, seigneur de Souline, lieutenant général du Poitou, au paiement d’une rente de cent sous .
Le 7 août 1568, un bail à ferme est conclu entre le prieur Arnaud d’Estissac et frère Pierre Baudouin, religieux à la Carte, des revenus de ce prieuré et de ses annexes dont Fontadam, pour cinq ans.
Le monastère de la Carte dont Fontadam dépendait fut donné à la Compagnie de Jésus de Poitiers, par le général Rigaud de Lavaur en remerciement de services que la Compagnie avait rendu aux Grandmontains. Un brevet du Roi en date du 28 octobre 1605 complèta cette libéralité en abandonnant aux Jésuites la mense priorale. Ils en prirent possession le 30 avril 1607, moyennant le versement annuel d’une redevance de 120 livres que le prieuré de la Carte versait au chef d’Ordre. Cette redevance fut versée au Collège Mignon jusqu’en 1769.
Un procès survint peu après entre le fermier de Fontadam et les nouveaux propriétaires. Le fermier prétendait ne devoir la ferme qu’au seigneur du lieu, Messire Emery de Barbezières, seigneur de la Roche Chemeraud et comte de Civray, qui s’était rendu, soi-disant acquéreur du lieu de Fontadam, par une vente des biens ecclésiastiques faite avec la permission de sa Sainteté, et par l’ordre de sa Majesté. Devenu veuve sa femme Claude de l’Aubespine, usufruitière du bien, voyant le peu d’intérêt qu’elle avait à conserver ce bien, demanda à son fermier de laisser la jouissance du bien aux Jésuites. Elle confirma par un acte son désistement sur ses prétentions le 3 février 1611 .Dans un bail passé par les Jésuites en 1692, le domaine de Fontadam était décrit dans ces termes :
“Le lieu de Fontadam dépendant du prieuré de la Carte consistant en bois taillis, près, terres, eaux, pêcheries, cens, rentes, devoirs, dîmes, terrages, rentes et honneurs, droits de levage de chail servant aux meulanges qui se lèveront de la dite terre et généralement tout ce qui dépend de la dite terre”.
Le 7 juillet 1791, les biens dépendant de l’ancien prieuré sont vendus aux enchères par l’administration du district de Melle avec la désignation suivante :
“Cinquante boisselées de terre en pré et pacages, closes de haies et murs de pierres sèches, situées près de la fontaine de Fontadam; une autre pièce de terre d’environ 18 boisselées, partie taillis, partie pâtis, appelé le Grand Taillis; une troisième pièce d’environ 20 boisselées sur laquelle était bâti le ci-devant monastère de Fontadam, et une quatrième pièce de soixante boisselées environ, partie en bruyère, partie en bois, touchant les précédentes, le tout dépendant des cy-devant jésuites et situé sur la paroisse de Caulnay”.
L’adjudication fut faite au prix de 14.100 livres.

Autres randonnées dans le secteur

Aux alentours du Logis Rouge près de Chevais
Distance 10.17km Dénivelé positif +23m Dénivelé négatif -20m Durée 3h00 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Clussais-la-Pommeraie - 79 - Deux-Sèvres

Une bien agréable randonnée au Nord de Clussais qui permet la découverte du lieu-dit Chevais et Le Logis Rouge, mais aussi bien sur les jolis paysages des champs ouverts et du bocage de cette zone du plateau mellois. Un circuit à la découverte du patrimoine bâti et naturel aux sources du Bignon, zone à la riche biodiversité et de régénération de celle-ci..

La Pommeraie
Distance 11.38km Dénivelé positif +24m Dénivelé négatif -30m Durée 3h20 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Clussais-la-Pommeraie - 79 - Deux-Sèvres

Agréable randonnée aux alentours de la Pommeraie permettant la découverte d'un riche patrimoine bâti et naturel.
Ainsi à la Voute traces d'un ancien château par exemple. De beaux paysages dans cette campagne où les cultures se partagent avec de petits bois aux Sources de la Bouleure.

Balade du Gué du Rez d'Abran aux Grandes Versennes
Distance 12.22km Dénivelé positif +20m Dénivelé négatif -20m Durée 3h30 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Sainte-Soline - 79 - Deux-Sèvres

Agréable randonnée sur le plateau mellois à la découverte du patrimoine culturel et naturel. Ce parcours permet de découvrir le Gué du Rez d'Abran qui irrigue et draine la plaine à quelques pas de la zone humide du Bignon, la réserve d'eau des Grandes Versennes, la source de la Fontaine, mais aussi l'église de Sainte-Soline et des bâtiments traditionnels. Cette randonnée est dans une zone de campagne particulièrement calme et reposante.

Les Aubuges depuis Sainte Soline
Distance 11.69km Dénivelé positif +20m Dénivelé négatif -20m Durée 3h25 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Sainte-Soline - 79 - Deux-Sèvres

Une bien agréable randonnée qui permet de flâner de mottes féodales en moulins sur la Dive, dans la zone humide du Bignon et la plaine irriguée par l'étier du Gué du Rez, après la découverte du patrimoine remarquable du village de Sainte-Soline.

Balade du Tertre aux Loges
Distance 10.64km Dénivelé positif +40m Dénivelé négatif -42m Durée 3h10 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Coutant (Deux-Sèvres) - 79 - Deux-Sèvres

Une balade en zone de bocage à l'écart des grandes voies, à la découverte des Vallées de Verdroux, la Ruffinière ou la Garenne, et un tronçon du Chemin des Romains et les Vallées de Crolour. Au cours de ce parcours très rural, un bel aperçu du bâti traditionnel.

Aux alentours de l'Abbaye bénédictine des Alleuds
Distance 11.67km Dénivelé positif +20m Dénivelé négatif -20m Durée 3h25 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Les Alleuds (Deux-Sèvres) - 79 - Deux-Sèvres

Cette randonnée fait découvrir le chemin utilisé par les Melleranais allant aux Alleuds par “le Chemin de l’Abbaye”. Ce circuit permet de traverser le Bois du Juge, les villages et leur bâti en pierre calcaire caractéristique du Pays Mellois mais aussi de découvrir un riche patrimoine arboré : tilleuls, châtaigniers, chênes et noyers notamment.
Pour information, le mot «alleu» nous vient du Xe siècle et désigne une terre sans seigneur.

Boucle de Saint-Coutant et du méridien de Greenwich
Distance 8.31km Dénivelé positif +16m Dénivelé négatif -22m Durée 2h25 Facile Facile
Départ Départ à Saint-Coutant (Deux-Sèvres) - 79 - Deux-Sèvres

Randonnée aux paysages variés. Elle démarre de Saint-Coutant, bourgade située au bord du plateau mellois. Elle croise le tracé d'une voie romaine et passe à l'aplomb du méridien de Greenwich.

Distance 11.61km Dénivelé positif +42m Dénivelé négatif -42m Durée 3h25 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Vincent-la-Châtre - 79 - Deux-Sèvres

Itinéraire sans difficulté sur un terrain quasiment plat par des chemins herbeux bordés de haies. Paysages très variés le plus souvent à l'écart des habitations ce qui en fait une balade très agréable.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.