Boucle de Vallet

Agréable randonnée au départ de Vallet dans la campagne à l'Ouest du bourg. Le début se fait dans des paysages de vignes et se poursuit à travers les bois du Terrier Rouge et les landes des Sauzes. Pour finir, un bout de circuit sur le GRP® de Saintonge à travers le Bois de la Borne. Cela en fait une randonnée très nature.

Fiche technique
n°796376
Une randonnée Montendre créée le dimanche 24 septembre 2017 par pgetrochon. MAJ : vendredi 17 avril 2020
Durée Durée moyenne: 3h00[?]
Distance Distance : 9.82km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 71m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 65m
Point haut Point haut : 111m
Point bas Point bas : 73m
Facile Difficulté : Facile
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Commune Commune : Montendre (17130)
Départ Départ : N 45.298579° / O 0.360423°
Carte Carte IGN : : Ref. 1534SB, 1634O - Commander : Version papier (cliquer-ici) - Version mobile (cliquer-ici)
Téléchargez : -
La campagne proche de Vallet Chemin Chez Bernet Vignes et le hameau du Pontignac

Description de la randonnée

Départ du parking à côté du carrefour des routes D155 et D255E2 au lieu-dit le Pontignac. La mairie se trouve de l'autre côté du carrefour.

(D/A) Quitter le point de stationnement en rejoignant la route D155 et en la suivant prudemment en tournant vers la gauche. Moins de cent mètres plus loin, tourner à gauche ezt poursuivre jusqu'à une petite route. Virer de nouveau à gauche et aller prudemment au carrefour suivant avec cinq routes.

(1) Prendre en face et en oblique sur la gauche la petite route qui part vers le Sud-Ouest en direction de Chez Bernet. Prolonger tout droit dans le premier chemin, qui mène chez Bel Air. Après avoir passé le hameau, la route se transforme en chemin et part vers la droite en direction de Chez Bernet.

En y arrivant, tourner à gauche et aussitôt à droite dans un chemin qui conduit à une petite route. Prendre à droite pour l'emprunter jusqu'au carrefour suivant avec une petite route sur la gauche.

(2) Tourner à gauche et suivre cette petite route qui passe entre deux parcelles de vignes. Au moment où la route fait un virage vers la droite pour desservir Bessac, continuer tout droit en légère montée entre des vignes. Le chemin longe ensuite un petit bois à main droite. Continuer jusqu'à un croisement en T. Tourner à gauche et aller au croisement de chemins suivant, une cinquantaine de mètres plus loin.

(3) Tourner à gauche et aller jusqu'à un croisement à quatre chemins près de la propriété de la Verdonnerie. Tourner à droite vers les Barbiers. En arrivant à la route, prendre à gauche et la suivre prudemment vers le Sud-Ouest jusqu'au carrefour suivant. En y parvenant, tourner à droite dans la petite route et aller au carrefour suivant à deux cent mètres environ.

(4) Virer à gauche dans la petite route qui part vers le Sud en direction d'un bois et se transforme en chemin en y pénétrant. Traverser tout droit le bois jusqu'à atteindre la D155.

(5) Traverser la route avec prudence et continuer en face. Le chemin traverse un bois pour parvenir à la D156. Traverser cette route avec prudence et continuer en face à travers bois jusqu'à une petite route. En y arrivant, tourner à droite et la suivre prudemment sur une centaine de mètres.

(6) Tourner à gauche, continuer tout droit au croisement de chemins suivant et aller jusqu'à un chemin sur la gauche une cinquantaine de mètres avant un croisement en X. (NDLR : le dernier tronçon est balisé car il correspond à une petite portion du GRP® de Saintonge)

(7) Virer à gauche et aller tout droit jusqu'à la D156. À partir de là, le parcours suit le GRP® de Saintonge.

(8) Faire un rapide droite-gauche pour s'engager dans le chemin qui traverse le Bois de la Borne. Au niveau d'une clairière à main gauche, le chemin se transforme en petite route. Continuer jusqu'au carrefour avec une petite route en lisière du bois. Virer à gauche et suivre prudemment cette route en direction du lieu-dit le Gua.

(9) Au croisement, tourner à droite, traverser le Gua et continuer jusqu'au carrefour avec la D255E2. Traverser prudemment et poursuivre en face dans un chemin. Continuer tout droit jusqu'au cimetière de Vallet où le parcours retrouve une petite route.

Longer le cimetière à main gauche et continuer tout droit . Traverser prudemment la D155 dite de la Cabosserie Nord et aller jusqu'à un carrefour quasiment en T. Tourner à gauche et aller tout droit jusqu'à retrouver le chemin emprunté au départ sur la gauche.

Tourner à gauche et revenir vers la D155. En y arrivant, prendre à droite et la suivre prudemment sur moins de cent mètres pour retrouver sur la droite le point de stationnement qui marque la fin de cette randonnée (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 74m - Parking au carrefour routes D255E2 et D155
1 : km 0.39 - alt. 79m - Carrefour complexe
2 : km 1.24 - alt. 82m - Carrefour de routes, à gauche
3 : km 1.95 - alt. 102m - Croisement de chemins en Y
4 : km 3.2 - alt. 87m - Carrefour de routes à proximité de la Chapelle
5 : km 4.46 - alt. 91m - D155
6 : km 5.79 - alt. 94m - Croisement route-chemin, à gauche
7 : km 6.6 - alt. 99m - Croisement de chemins, à gauche
8 : km 7.08 - alt. 104m - Croisement route - GRP de Saintonge
9 : km 8.58 - alt. 82m - Carrefour de routes en X au Gua
D/A : km 9.82 - alt. 74m - Parking au carrefour routes D255E2 et D155

Informations pratiques

Cette randonnée en terrain varié nécessite d'être bien chaussé.

Cette randonnée est balisée partiellement : GRP® de Saintonge balisé en Rouge et Blanc. Le reste du parcours est non balisé. En conséquence il est conseillé de suivre les indications du descriptif et de la carte en y alliant une bonne lecture du paysage. Les points de passage (avec leurs coordonnées GPS et la distance depuis le point de départ) constituent des aides pour le randonneur qui découvre le circuit.

Randonnée réalisée par l'auteur le 15 décembre 2017

Nous vous conseillons aussi d'emporter avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 1534SB, 1634O.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

Vallet
Par arrêté préfectoral du 19 décembre 1972, la commune est rattachée le 1er janvier 1973 à celle de Montendre sous la forme d'une fusion-association comme celle de Chardes.
Vallet est un petit village français, situé dans le département de la Charente-Maritime et la région de la Nouvelle-Aquitaine (anciennement Région Poitou-Charentes).
La commune compte 277 habitants depuis le dernier recensement de la population.
Entouré par les communes de Sousmoulins, Pommiers-Moulons et Montendre, Vallet est situé à 4 km au Nord-Est de Montendre la plus grande ville des environs.

Patrimoine communal
L'église Saint-Babylas
Tout comme sa voisine de Chardes, l'église paroissiale de Vallet daterait du XIe ou du XIIe siècle. Les documents à propos de cette église sont rares, et incertains : un prieuré de « Valas » est mentionné dans le cartulaire de l'Abbaye de Baignes (1191), sans qu'il soit acquis qu'il s'agisse bien de la petite paroisse de Vallet. Tout comme sa voisine de Chardes, elle est en partie détruite par les seigneurs de Montendre au moment des Guerres de Religion, et reconstruite au XVIIe siècle. L'état de l'édifice apparaît comme préoccupant au XIXe siècle, déterminant les autorités compétentes à entreprendre la reconstruction de la façade, sommée d'un campanile (1860, refait en 1980), la destruction de l'ancien clocher, et la remise en état du mur sud (1879). Une campagne de restauration est menée moins d'un siècle plus tard, en 1969. De nouveaux travaux sont entrepris en 1998 et 1999, dans le cadre de chantiers associatifs de jeunesse : la fenêtre du chevet (XVe siècle), jusqu'alors bouchée, est restaurée, de même que la charpente.
L'église, d'une grande modestie, se compose d'un vaisseau unique, couvert d'une charpente apparente, légèrement cintrée. Une petite chapelle borde le mur nord. Le chevet est plat, et percé d'une baie ogivale. Il est cantonné, à l'extérieur, de deux contreforts assez massifs, probable survivance de l'église médiévale. La crypte, où l'on accède par un escalier étroit, date sans doute de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle. Elle est couverte de voûtes d'un style roman archaïque, soutenues par deux piles. Les seigneurs de Bessac (petite châtellenie des environs) y étaient inhumés, et des célébrations en l'honneur de Saint Babylas, patron de l'église, qui passait pour guérir les maux de tête, s'y tenaient. Le campanile abrite une cloche, datée de 1660, et classée monument historique au titre objet depuis 1911.

Chapelle de Croix-Gente
Ce modeste oratoire, placé sous la protection de « Notre-Dame des Sept Douleurs », est un lieu de pèlerinage réputé dans la région. Selon la tradition, il aurait été fondé au XIVe siècle par un paysan désemparé par la perte de son fils dans les bois alentour. S'en remettant à la Vierge, il aurait fait le vœu d'élever une chapelle à l'endroit précis où il retrouverait son enfant. Parcourant les bois des jours durant, il finit par retrouver sa dépouille, et respecta sa promesse. Une statue de la Vierge, placée dans la chapelle, devint l'objet d'une grande dévotion.
Au XVIe siècle, durant les Guerres de Religion, la chapelle subit le sort de la plupart des églises de la région, et est presque entièrement détruite. Les habitants, trop pauvres pour la remettre en état, n'en continuent pas moins à venir vénérer la statue de la Vierge, laissée au milieu des ruines. Brisée à deux reprises au moment de la Révolution, elle est reconstituée et cachée dans la crypte de l'église de Vallet. Vers 1860, l'abbé Maud la fait restaurer.
En 1862, une nouvelle chapelle (celle qui existe toujours) est construite. Le clocher est béni le 28 septembre 1862, en présence de l'évêque de La Rochelle et Saintes et de nombreux notables de la région; une grande croix est érigée à proximité du sanctuaire deux ans plus tard. En 1933, devant l'affluence croissante des pèlerins, la chapelle est agrandie. Des travaux sont menés de 1964 à 1966 (réfection de la charpente) et une fresque est peinte en 1985.

Montendre
Organisée autour des vestiges de son château médiéval, cette petite agglomération du Sud de la Haute Saintonge, aux confins de la Guyenne, est un pôle commercial, administratif et touristique, connu notamment pour organiser depuis 2001 le Free music festival. Son centre historique concentre, au gré de rues tortueuses, des immeubles anciens, une église néo-romane et de curieuses halles polygonales datant du xixe siècle. Les villages de Chardes et de Vallet, communes associées, conservent également chacune une église d'origine romane et quelques bâtiments anciens. Aux portes de la ville s'étend la forêt de la Double, qui, ponctuée d'étangs, et mêlant pins maritimes, chênes pédonculés et châtaigniers, est la principale région boisée du département.
Montendre est dotée d'infrastructures adaptées dans les domaines de l'éducation (collège Samuel-Dumenieu), de la culture (centre culturel François-Mitterrand) et de la santé (EPD des 2-Monts). Une zone commerciale et industrielle a été aménagée en périphérie et une Zone Artisanale Environnementale implantée près du centre ville sur une ancienne friche industrielle.

La ville de Montendre organise depuis 2001 le Free music festival, rassemblant chaque année plusieurs dizaines de milliers de personnes autour d'artistes connus (scène nationale et internationale) ou émergents. La programmation fait la part belle aux musiques électroniques, au rap, au rock et au metal, avec des artistes tels que Snoop Dog79 (édition 2012), Kaiser Chiefs80 (édition 2013), The Offspring81 et Skip the Use82 (édition 2014) ou No One Is Innocent83 (édition 2015).

Lieux et monuments
Château de Montendre
Établi sur un éperon haut de 114 mètres dominant de vastes étendues couvertes de landes et de bois (forêt de la Double) et la petite cité située en contrebas, le château de Montendre trouverait ses origines dans un castrum romain.
Les textes anciens permettent de dater la construction d'un premier château (sans doute en bois) aux alentours du ixe siècle, suivie d'une reconstruction en pierre au XIIe siècle. Profondément remanié au XVe siècle (datent notamment de cette époque, la tour carrée, qui surmonte l'entrée), après avoir été très disputé pendant la guerre de Cent Ans, il devient une place forte protestante pendant les Guerres de Religion. Au XVIIIe siècle, l'ingénieur et géographe Claude Masse décrit une « enceinte basse de bonne maçonnerie (…) mais à présent fort ruinée », précisant toutefois que « si les parapets étaient un peu raccommodés, ce poste pourrait soutenir un coup de main et qu'il faudrait du canon pour le prendre ». Il n'y a toutefois, à cette époque, pas de véritable logis, hormis la tour carrée, où sont aménagés des appartements. Le logis dit de La Rochefoucauld est construit en 1735; encore debout au début du XXe siècle, il se limite désormais à un pan de façade, qui sert de toile de fond au théâtre de verdure aménagé en 1959.
De nos jours, le château conserve des éléments de diverses époques, dont une partie des enceintes, une tour ronde, une tour carrée (qui accueille aujourd'hui le musée d'art et de traditions populaires), la façade du logis noble et des souterrains. Le site est converti en promenade, et abrite un théâtre de verdure servant de cadre à des spectacles en période estivale. Un dolmen est situé sur l'un des accès qui mène à la butte du château.

Les anciennes halles.
Les anciennes halles de Montendre sont une construction atypique : de forme octogonale, couvertes d'une charpente en fond de bateau renversé (« en erse »), sans aucun pilier, il n'en existe que huit de ce type en France. Inaugurées en 1863, elles remplacent des halles médiévales, devenues vétustes. Ces dernières, qui s'apparentaient à celles de Villebois-Lavalette (Charente), Cozes ou Pisany (Charente-Maritime) étaient bien plus vastes que le bâtiment actuel. Ses dimensions, connues avec précision grâce au cadastre de 1833, étaient de 33 mètres sur 20. En 1844, leur état est préoccupant : « différents bois de charpente tombent de vétusté, presque tous les piliers côté couchant sont pourris par le bas… », déterminant la municipalité à envisager leur remplacement.
En 1862, la première pierre des nouvelles halles est posée au cours d'une cérémonie solennelle, présidée par le maire, Alphonse Marchand. Pourtant, en 1973, une expertise conclut à la dangerosité du bâtiment, qui est fermé. La question de sa démolition est évoquée, et soumise à un vote des habitants, qui se prononcent pour sa conservation. En 1978, les halles, réhabilitées, sont transformées en salle d'exposition occupées par des artisans d'art et accueillent également l'office de tourisme de la ville pendant la saison estivale.

Église Saint-Pierre
Cette vaste construction d'inspiration romane est édifiée de 1812 à 1821, afin de remplacer une église médiévale décrite au début du XIXe siècle comme « en très mauvais état (…) par vétusté et manque d'entretien ».
L'ancienne église, bâtie au XIe ou XIIe siècle comme la plupart de ses consœurs saintongeaises, est mentionnée dans une charte du XIIIe siècle, qui permet également de connaître le nom d'un certain Guillaume de Montandronis (Montendre), archiprêtre dudit lieu. Elle est de nouveau mentionnée dans un pouillé daté de 1402, sous le nom de « Sancti Pietri de Montis Andronis ». La disparition d'un nombre conséquent d'archives lors de l'incendie du chapitre épiscopal de Saintes, en 1871, ne permet pas d'en savoir beaucoup plus sur ce monument. Il semble vraisemblable que l'église soit victime de déprédations durant les guerres de religion, à l'instar de presque toutes celles situées dans la juridiction du seigneur de Montendre, Louis de La Rochefoucauld, protestant convaincu. En 1723, un rapport rédigé par l'ingénieur et géographe Claude Masse fait état d'une « église paroissiale petite et fort basse » et en 1812, la façade et le clocher sont dans un tel état de décrépitude que des travaux deviennent indispensable. Faute de fonds suffisants, la reconstruction de la façade et du clocher ne débute pas avant 1816, et se poursuit jusqu'en 1820. Le reste de l'église est achevé en 1825. Le clocher est doté d'un carillon en 1896, et une rampe d'accès pour les handicapés est mise en place presque un siècle plus tard, en 1994.
L'église, qui se dresse à flanc de colline, est une construction massive et d'une grande sobriété. Basée sur un plan basilical, elle se compose d'une nef de quatre travées, couverte d'une voûte cintrée, et séparée des deux bas-côtés par des piles carrées portant une série d'arcs surbaissés. L'abside, couverte d'une fine voûte nervurée, est encadrée de deux absidioles bâties selon le même procédé. Celle de droite est placée sous le vocable de Notre-Dame, celle de gauche sous celui de Saint-Joseph. L'église conserve un tableau offert à la paroisse par l'empereur Napoléon III.

Temple protestant
La construction du temple protestant intervient à partir de 1822, sur un terrain cédé en 1818 par la commune, et grâce à une participation financière de celle-ci à hauteur de 2 000 francs. L'inauguration du bâtiment est célébrée en présence du pasteur Marchand et des notables de la ville le 7 septembre 1823.
Situé à proximité immédiate du château, il forme une simple salle rectangulaire, éclairée par une série de baies en plein cintre et par un oculus au niveau de la façade. D'une grande austérité, cette dernière s'inspire de la grammaire stylistique néoclassique, comme nombre d'autres édifices de ce type dans la région, et comprend une porte rectangulaire, et un fronton triangulaire dépourvu de toute ornementation. Ses modestes dimensions indiquent une communauté protestante assez réduite au milieu du XIXe siècle, dans une région qui fut pourtant longtemps acquise aux idées réformées.

L'église de Chardes
Les origines de cette modeste église de campagne pourraient remonter au XIe ou au XIIe siècle, mais elle ne conserve guère d'éléments datant encore de cette période. Sans doute saccagée durant les guerres de religion, comme presque toutes les églises de la seigneurie de Montendre (Louis de La Rochefoucauld, seigneur de Montendre, étant un ardent protestant), elle est reconstruite au XVIIe siècle. L'édifice présente un aspect sobre, et est d'une grande simplicité. Il se compose d'un unique vaisseau rectangulaire et d'une abside en hémicycle.
La façade, en pierre grise de la région, a été reconstruite en 1891. Elle est surmontée d'un petit campanile, qui abrite une cloche, classée monument historique. Fondue en 1727, elle indique le nom de son parrain, Samuel Chapuzet, de sa marraine, J(e)anne Melanie, et du curé de l'époque, Jacques Rocher. L'église est encore entourée de son cimetière, disposition commune à presque toutes les églises autrefois. Une place, aménagée aux abords du sanctuaire, porte le nom de Michel Chauvin, aviateur originaire de la commune, mort en mission au moment de la libération de la poche de Royan, à l'âge de 19 ans. Un monument rappelle son souvenir.

L'église de Vallet
Tout comme sa voisine de Chardes, l'église de Vallet daterait du XIe ou du XIIe siècle. Les documents à propos de cette église sont rares, et incertains : un prieuré de « Valas » est mentionné dans le cartulaire de l'abbaye de Baignes (1191), sans qu'il soit acquis qu'il s'agisse bien de la petite paroisse de Vallet. Tout comme sa voisine de Chardes, elle est en partie détruite par les seigneurs de Montendre au moment des guerres de religion, et reconstruite au XVIIe siècle. L'état de l'édifice apparaît comme préoccupant au XIXe siècle, déterminant les autorités compétentes à entreprendre la reconstruction de la façade, sommée d'un campanile (1860, refait en 1980), la destruction de l'ancien clocher, et la remise en état du mur sud (1879). Une campagne de restauration est menée moins d'un siècle plus tard, en 1969. De nouveaux travaux sont entrepris en 1998 et 1999, dans le cadre de chantiers associatifs de jeunesse : la fenêtre du chevet (XVe siècle), jusqu'alors bouchée, est restaurée, de même que la charpente.
L'église, d'une grande modestie, se compose d'un vaisseau unique, couvert d'une charpente apparente, légèrement cintrée. Une petite chapelle borde le mur nord. Le chevet est plat, et percé d'une baie ogivale. Il est cantonné, à l'extérieur, de deux contreforts assez massifs, probable survivance de l'église médiévale. La crypte, où l'on accède par un escalier étroit, date sans doute de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle. Elle est couverte de voûtes d'un style roman archaïque, soutenues par deux piles. Les seigneurs de Bessac (petite châtellenie des environs) y étaient inhumés, et des célébrations en l'honneur de saint Babylas, patron de l'église, qui passait pour guérir les maux de tête, s'y tenaient. Le campanile abrite une cloche, datée de 1660, et classée monument historique.

La chapelle de Croix Gente
Ce modeste oratoire, placé sous la protection de « Notre-Dame des Sept Douleurs », est un lieu de pèlerinage réputé dans la région. Selon la tradition, il aurait été fondé au XIVe siècle par un paysan désemparé par la perte de son fils dans les bois alentour. S'en remettant à la Vierge, il aurait fait le vœu d'élever une chapelle à l'endroit précis où il retrouverait son enfant. Parcourant les bois des jours durant, il finit par retrouver sa dépouille, et respecta sa promesse. Une statue de la Vierge, placée dans la chapelle, devint l'objet d'une grande dévotion.
Au XVIe siècle, durant les guerres de religion, la chapelle subit le sort de la plupart des églises de la région, et est presque entièrement détruite. Les habitants, trop pauvres pour la remettre en état, n'en continuent pas moins à venir vénérer la statue de la Vierge, laissée au milieu des ruines. Brisée à deux reprises au moment de la Révolution, elle est reconstituée et cachée dans la crypte de l'église de Vallet. Vers 1860, l'abbé Maud la fait restaurer.
En 1862, une nouvelle chapelle (celle qui existe toujours) est construite. Le clocher est béni le 28 septembre 1862, en présence de l'évêque de La Rochelle et Saintes et de nombreux notables de la région; une grande croix est érigée à proximité du sanctuaire deux ans plus tard. En 1933, devant l'affluence croissante des pèlerins, la chapelle est agrandie. Des travaux sont menés de 1964 à 1966 (réfection de la charpente) et une fresque est peinte en 1985.

Briqueterie Amand
La briqueterie Amand (usine de produits réfractaires) est fondée dans les années 1930 pour la fabrication de briques réfractaires et la préparation de chamotte. Devenue ensuite Morgan thermic SA (usine de creusets), 450 personnes travaillaient sur le site dans les années 1950. En 1970, 150 personnes sont employées par l'entreprise. En 1999, avant d'être délocalisée, cette société employait 50 personnes, dont 25 à la fabrication. L'usine attend pour figurer au patrimoine industriel.

Aux alentours
La région de Montendre compte plusieurs sites dignes d'intérêt. S'étendant aux portes mêmes de la ville, l'immense pinède de La Double est ponctuée de sentiers de promenades, et de nombreux étangs, parfois ouverts à la baignade. À Montlieu-la-Garde, le conseil général du département a mis en place un de ses nombreux pôles-nature : la Maison de la Forêt, qui permet de mieux appréhender l'écosystème de la Double, en même temps que les traditions qui s'y rapportent.
Les environs de Montendre recèlent également plusieurs cités anciennes, telles Montguyon ou Mirambeau, célèbres pour leurs châteaux. Celui de Montguyon est réduit à l'état de ruines encore fort imposantes, tandis que celui de Mirambeau a été presque entièrement refait au XIXe siècle. Un peu plus loin, Jonzac et Pons sont deux petites villes pittoresques, conservant des maisons anciennes, des églises caractéristiques du style roman saintongeais, et de beaux exemples de l'architecture militaire médiévale : le château de Jonzac, campé sur sa falaise, et son châtelet d'entrée du XVe siècle, et le château de Pons, caractérisé par un puissant donjon roman dominant toute la région. Pons conserve en outre un célèbre hôpital des Pèlerins, classé au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco. Enfin, au sud de Montendre, dans le département de la Gironde, la citadelle de Blaye est un exemple remarquable d'architecture défensive du XVIIe siècle. Signée Vauban, elle est également classée au patrimoine mondial de l'Humanité.
La région de Montendre est également riche en vignobles : en Charente-Maritime, ils servent à la confection du cognac, du pineau des Charentes ou du vin de pays charentais; en Gironde, ils servent à la confection des côtes-de-blaye, un des crus du bordelais.
Sources : wikipédia (extraits)

Autres randonnées dans le secteur

Tour du lac depuis le parking de la salle des fêtes à Montendre
Distance 6.07km Dénivelé positif +31m Dénivelé négatif -30m Durée 1h50 Facile Facile
Départ Départ à Montendre - 17 - Charente-Maritime

Sympathique petite promenade d'environ 1h45' qui permet de découvrir le Lac de Montendre avec sa plage, ses nénuphars en fleurs en mai/juin ainsi que l'original bâtiment d'accueil du parc des labyrinthes Mysterra, le tout au milieu de la pinède.

La plaine du côté de Saint-Maurice de Laurençanne
Distance 11.97km Dénivelé positif +19m Dénivelé négatif -19m Durée 3h30 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Tugéras-Saint-Maurice - 17 - Charente-Maritime

Agréable randonnée dans la plaine autour de la rivière Seugne et de la rivière Laurençanne à partir de Saint-Maurice de Laurençanne. Ce circuit permet de découvrir divers paysages de plaine, mais aussi des contreforts sur lesquels est construit le village de Vibrac.

La vallée de la Pimparade de Messac à Vibrac
Distance 9.56km Dénivelé positif +88m Dénivelé négatif -87m Durée 3h00 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Messac - 17 - Charente-Maritime

Agréable randonnée autour du val de la rivière La Pimparade. En parcourant les deux flancs de cette vallée on découvre divers paysages alliant vignes, cultures, forêt et habitats dispersés. Une partie du parcours se fait sur le GR®360 - GRP® de Saintonge du point (2) au changement de direction entre le point (6) et le point (7).

De vallons en collines du côté de Léoville
Distance 8.63km Dénivelé positif +80m Dénivelé négatif -80m Durée 2h40 Facile Facile
Départ Départ à Léoville - 17 - Charente-Maritime

Agréable randonnée de vallons en collines empreinte de nature et d'histoire. Ce circuit permet également d'admirer de belles propriétés et bâtisses de Saintonge, ainsi qu'un moulin ouvert avec une partie de son mécanisme.

Distance 9.01km Dénivelé positif +41m Dénivelé négatif -41m Durée 2h40 Facile Facile
Départ Départ à Fontaines-d'Ozillac - 17 - Charente-Maritime

La belle église de Fontaines-d’Ozillac dresse une façade romane qui a été adjointe d’une nef à la Renaissance ; détaillez les modillons aux multiples figures. Après deux kilomètres à travers champs, des espaces boisés conduisent à un ancien sentier d’interprétation des essences forestières. Des tables ont été installées dans une clairière, puis vous monterez vers une ferme avant de descendre entre les pâturages et de prendre le chemin du retour sur lequel vous croiserez une petite chapelle.

Château de Fontaines d'Ozillac et variante du °°GR®°°360
Distance 7.94km Dénivelé positif +22m Dénivelé négatif -22m Durée 2h20 Facile Facile
Départ Départ à Fontaines-d'Ozillac - 17 - Charente-Maritime

Belle randonnée dans la campagne proche de Fontaines-d'Ozillac. Le parcours permet de découvrir de beaux paysages de ce coin de Saintonge, ainsi que la Seugne et la rivière qui la relie au Pharaon et aussi le magnifique Château des Fontaines.

Le Bois de Fenis depuis Villexavier
Distance 8.71km Dénivelé positif +31m Dénivelé négatif -31m Durée 2h35 Facile Facile
Départ Départ à Villexavier - 17 - Charente-Maritime

Agréable randonnée autour de Villexavier à travers les vignes et le Bois de Fenis. C'est l'occasion de découvrir de paisibles paysages aux tons variés tout au long de l'année et de beaux exemples du patrimoine bâti. Le cheminement de part et d'autre du Maine agrémente la fin du parcours.

Les Fontaines près de Salignac de Mirambeau
Distance 10.21km Dénivelé positif +106m Dénivelé négatif -106m Durée 3h15 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Salignac-de-Mirambeau - 17 - Charente-Maritime

Agréable randonnée entre les vignes autour de Salignac-de-Mirambeau. De beaux paysages et une campagne aux couleurs variées en fonction des saisons.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.