Camino Vasco del Interior o Vía de Bayona o Camino del túnel de San Adrián

Camino Vasco del Interior (o Vía de Bayona, o Camino del túnel de San Adrián) para el Camino de Saiatz (Saiatzko bidea).

Chemin de l'Intérieur Basque (ou Voie de Bayonne, ou Chemin du Tunnel de Saint Adrien) par la variante Chemin de Saiatz (Saiatzko bidea).

Un chemin de Saint Jacques en Espagne. loin du tumulte du chemin français avec ses 180.000 pèlerins à l’année, et tout de solitude et de tranquillité !

Buen camino a todos. Bon chemin à tous.
Ultreia.

Fiche technique
n°1592421
Une randonnée Donostia-San Sebastián créée le mardi 30 octobre 2018 par Daniel Plt. MAJ : lundi 21 janvier 2019
Durée Durée de l'auteur : 6 jours
Distance Distance : 171.73km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 4183m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 3646m
Point haut Point haut : 1133m
Point bas Point bas : 2m
Difficile Difficulté : Difficile
Retour point de départ Retour point de départ : Non
A pied A pied
Région Région : Pays Basque
Commune Commune : Donostia-San Sebastián
Départ Départ : N 43.312781° / O 1.970997°
Arrivée Arrivée : N 42.728499° / O 2.860297°

Randonnée étape par étape

Cette randonnée se fait sur plusieurs jours, voici le détail de chacun.

Diverticule San Sebastian-Donostia -- Astigaraga 6 à 8 km selon départ.

N'a d’intérêt que pour les pèlerins qui voudraient commencer leur périple par Saint Sébastien.

1º étape : Irun -- Astigarraga ·· 23 km

Petite description à l'usage des pèlerins qui arrivent d'Irun et qui voudraient rejoindre mon tracé de chemin.
Un premier contact avec la montagne basque en somme. Vous pourrez profiter des cidreries (sargardotegia), restaurants typiques où on y boit à volonté (voir à satiété !) le cidre basque.

2º étape : Astigarra -- Bidania 34 km

Sur ce tronçon, ainsi que les deux étapes suivantes, vous traversez Nord-Sud la petite province de Guipuzkoa, une des trois provinces basques espagnoles, dans un paysage de petite montagne, de forêts et de pâturages toujours verts.

3º étape : Bidania -- Zegama 34 km

Même paysage qu'hier sur les deux tiers du parcours, le dernier tiers étant moins haut avec quelques villages, un rapprochement avec la civilisation et son cortège.

4º étape : Zegama -- Agurain-Salvatierra 22 km.

Petite étape, mais une belle ascension de 830 m de dénivelé positif sur 8,7 km !
Toujours la montagne avec ses forêts et ses pâturages et peu de civilisation.
Nous passons aujourd'hui le mythique Tunnel de San Adrian.

5º étape : Agurain-Salvatierra -- Vitoria-Gasteiz 28 km

Aujourd'hui, calme plat si je puis dire, nous traversons cette large vallée entourée de montagne et quasi plate jusqu'à Vitoria-Gasteiz, capital du Pais Basque espagnol.
Altitude 600 m.

6º étape Vitoria-Gasteiz -- Estavillo 25 km

La sortie de Vitoria-Gasteiz est très agréable, contrairement à beaucoup de grandes villes, quasiment dans la verdure !
Superbe Basilica San Prudencio à Armentia.
Champ et forêts sur le parcours et petits villages.
Seule ombre au tableau, un kilomètre le long de la national.

Informations pratiques

Ceci n'étant qu'à l’état de projet, le descriptif en sera d'autant plus succinct, mais je m'emploierai à le compléter dès le trajet effectué.

L’idée de ce projet.

Faire un chemin de Saint Jacques, sans stress, dans la solitude et la tranquillité. Pour ça, quoi de mieux que la montagne. En Espagne il en existe bien d'autres, mais celui-ci a le mérite d’être au pied de mon domicile. Le problème était les guides, de préférence en français.

Il existe bien des guides, peu nombreux, du Camino Vasco del Interior, mais toujours par les vallées avec la kyrielle de villages et de zones industrielles, mais, à ma connaissance, pas ou peu, du Camino de Saiatz (Saiatzko bidea), juste peut-on trouver quelques vagues descriptions. Donc, à faire la partie de Astigarraga à Zegama. Pour la partie avant (de Bayonne ou d'Hendaye,voir d'Irun à Astigarraga) et la partie finale (de Zegama à ...ce que vous choisirez), "Suivez le Guide !" bien plus compétant, professionnel que ce que je puis faire.

Pour ma part et pour rester dans le même état d'esprit, j'ai choisi le Camino Viejo qui allait, dans les temps anciens de Pampelune, en passant par Vitoria-Gasteiz, mais là, rien ou si peu jusqu'à Aguillar del Campoo qu'il a fallu tout inventer. Il est vrai que ce chemin est en voie de réhabilitation depuis cinq ou dix ans et, comme les initiateurs de ce projet sont en partie de Bilbao, ils ont fait la bretelle qui en vient et donc va de Bilbao à Aguillar del Campoo et au delà. Donc, pas plus de balisage que de guide, à partir d'Armiñon, où j'ai abandonné le Camino Vasco del Interior, jusqu'à Aguillar del Campoo.

Cette réhabilitation étant récente, les choix faits du tracé par les organisateurs, pour je ne sais quels raisons, sont fréquemment des routes (ce qui me fait marronner !!!), et donc je vous ai préparé quelques variantes d’étape, de mon cru, que j'ai titré nº bis.

En conclusion, je dirai que ce tracé est plutôt difficile, à éviter pour les débutants, que la prudence et la prévoyance s’imposent et souhaite, aux pèlerins et futur pèlerins, un "Buen camino".

Quelques conseils.

Pour ceux qui voudraient continuer le chemin jusqu'à Santiago, pensez à vous munir de la Crédencial et d'un guide, adéquate à votre choix, pour la fin du parcours.

Du balisage :
La norme et la tradition en Espagne, veulent que ce soit des Flèches Jaunes, d’ailleurs de bonne taille et bien visibles, sauf en ville. Toutefois, on y trouve de tout, en bois, en ciment, avec coquille ou un logo; elles changent au fil des provinces, chaque une ayant fait valoir son autonomie à travers elles. C'est une façon de savoir que vous changez de province! Mais elles restent très lisibles.
Avec coquilles : selon la norme européenne, la coquille indique la direction à prendre (à droite, à gauche, tout droit) par son son coté arrondi en éventail, (plus ou moins bien observée en France, car j'en est vu de toute sorte). Au contraire, en Espagne, ils ont adopté l'inverse et c'est le coté plat qui donne la direction.
Vous pouvez aussi vous aider des balise des GR®, mais en Espagne, aucun ne recouvre les chemins de Saint Jacques comme en France; et penser que si vous avez joint un GR®, un peu plus loin, vous le disjoindrez. Ne pas le suivre aveuglement; habituellement (sauf oubli) je le signale dans le descriptif.

Des fonds de carte :
Je me suis basé sur les fonds de l'IGN espagnol, mais ils sont bien souvent anciens et pas très fiables (à ce propos, un jour, un espagnol m'a dit qu'ils étaient faux à dessein par sécurité nationale; un peu comme l’écartement des voies ferrées!). De toute façon, tous les points litigieux on été confirmés par d'autre fonds (Open source ou Google). N'oubliez tout de même pas la carte, la boussole et le GPS aussi.
Sur ces fonds espagnols, vous trouverez les sentiers (trait pointiller gras noir), les chemin petits et grands (blanc entre deux trait fins), les GR® (pointillé gras rouge de deux traits un point) et les chemins de Saint Jacques grossièrement tracés par des coquilles rouges, ainsi que les routes de différentes couleurs selon leur importance.

Vu le peu d'infrastructure tel que albergue, commerce et autre commodités, la prévoyance s'impose surtout pendant les deux premières étapes, voir même pour la troisième. Vous trouver bien de ci de là quelques fontaines pour l'eau, pour le manger ce sera plus difficile. Si ce n'est que de la petite montagne, cela reste de la montagne. C'est le revers de la médaille: la solitude se mérite ! mais quelques rudiments d'espagnol (voir de basque!) peuvent aider. A toute fin utile, sachez que l'autre variante du chemin, un peu mieux structuré, passe dans la vallée, pas très loin sur votre gauche.
Il en est de même pour la seconde partie de ce projet qui est bien souvent tout aussi montagneuse ( voir plus) et désertique.

Des routes :
Attention. Malgré tout le soin apporté et ma préférence pour les chemins et sentiers, il reste inévitablement quelques tronçons de route dans le parcours. Soyez vigilants et prudents.
Avez vous remarquez que c'est sur les petites où passent de rares voitures, qu'elles se croisent à votre hauteur !

Des numéros de téléphone en Espagne :
Pour ceux qui ont un téléphone français, penser à faire l'indicatif du pays (0034) ou (+34) avant les neuf chiffres.

De albergue :
Un mot sur le vocable espagnol "albergue" pour ceux qui ne sont pas encore pèlerins, ni espagnol. Ce sont des gîtes de type "gîte d’étape" où l'on couche le plus souvent en dortoir (celui de Roncevaux compte 120 lits!!!), d'un prix très modique, voir même "donativo" (à votre appréciation), avec fréquemment une cuisine; tenu par un ou plusieurs hospitaleros.
De hospitalero :
Hospitalier. Bénévoles qui entretiennent et organisent l'albergue. Bien souvent d'anciens pèlerins, espagnoles ou étrangers, qui parlent souvent plusieurs langues et qui tamponnent votre Crédanciale. Ils sont à même de régler vos petits soucis du moment, de vous délivrer quelques conseils pour l’étape suivante.
De la Crédencial :
D'un point de vue historique, il s'agit d'une lettre de créance donnée au pèlerin du moyen âge afin qu'il puisse passer sans encombre les nombreux contrôles qui jalonnaient, à cette époque, les routes jusqu'en Galice. Autrefois, seulement délivrée par les autorités religieuses, elle se nommait, et ce nomme toujours "La créanciale". En France elle permet de vous distinguer des "touristes" aux yeux des hébergeurs ou des communautés religieuses qui proposent l'hébergement. Elle est de plus en plus demandée et bien sûr obligatoire dans les hébergements réservés aux pèlerins.En Espagne surtout, dans les albergues, ce carnet est donc systématiquement demandé et tamponné.
De la Compostela :
Il s'agit d'une attestation en latin, de l'accomplissement de votre pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle.
Si vous souhaitez solliciter la Compostela Chrétienne (ou "spirituelle"), à votre arrivée à Saint Jacques de Compostelle, vous présenterez votre Crédencial au bureau d’accueil des pèlerins au 33, Rùa Carretas, pas très loin de la Cathédrale.
Il en est de même à Fisterra et à Muxia, où là encore, on vous délivrera un diplôme si vous le souhaitez.

Des hébergements :
A Albergue. Sur certain sites espagnols, le A est suivi d'une autre lettre qui signifie soit communal, soit associatif (association jacquaire), mais aussi AP, le P signifiant Privé. Attention ces AP sont payant avec des tarifs très variables selon les prestations proposées.
CR Casa rural (maison rurale). Une maison aménagée qui peut se louer par chambres ou entière, habituellement avec une cuisine équipée, avec ou sans repas servi. Donc aller à la pêche aux renseignements.
P Pensión. Chambre chez l'habitant, habituellement sans repas.
Hostal. Hôtel de basse catégorie, similaire à la pensión, mais plus professionnel.
H. Hôtel avec plus ou moins d’étoile et de services.

Nous vous conseillons aussi d'emporter avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 1126OT, 1245OT.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Les balisages GR® et PR® sont la propriété intellectuelle de la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

Pendant la rando ou à proximité

Un peu d'histoire.

Ce Chemin de Saiatz (Camino de Saiatz en castillan)(Saiatzko bidea en basque) fut, au Moyen Age, une voie importante de commerce et de transhumance; aussi trouvons-nous tout au long de ces voies, ainsi que dans toute l’Espagne, ces ventas (Benta en basque), mi-ferme, mi-commerce, mi-auberge, supérette de l'époque et même jusqu'à pas si longtemps. Souvent situées à un point stratégique, tout au long du chemin nous les côtoierons ainsi que des fermes (caserio) (baserri).

Du cidre et des cidreries.

Tout le long de la Côte cantabrique et jusqu'en Galice c'est développer une industrie du cidre pour les besoins de la marine. En effet, le cidre étant très riche en vitamine C, il permettait au marins, surtout pour les marins au "long cours", d’éviter le scorbut; c’était leur aliment de base (jusqu'à cinq litres par jour!). Cela leur à permis d'aller pécher la baleine au Canada, la morue à Terre Neuve et faire le tour du monde (El Kano, second de Magellan, était de Getaria), et ce depuis le XV º siècle.
Quand aux cidreries, c’étaient, il n’y a pas ci long temps encore, des fermes, possédant des vergers de pommiers, où l'on faisait le cidre. Un peu comme ces "auberges espagnoles", on y allait manger en amenant sa viande (souvent une côte de bœuf). Contre votre écot, on vous fournissait le cidre à aller chercher à la barrique, un torchon à accrocher à votre ceinture pour vous essuyer les mains, une tortilla de bacalao (omelette à la morue) en attendant que votre viande soit grillée et on y mangeait debout à même le plat.
Le modernisme aidant, ce sont devenues de petite entreprise mi-cidrerie, mi-restaurant où vous mangerez normalement et sur la carte vous trouverez toujours l'omelette et la côte.
En basque, pomme = sagar, cidre = sagardoa, cidrerie = sagardotegi.
A Astigarraga, au tout début de la randonnée, la tradition c'est beaucoup perpétuée; vous y trouverez un musée et alentour beaucoup de cidreries.

Quelque mots de basque qui peuvent faire plaisir à l’autochtone et vous rendre quelques services.

entre parenthèses la prononciation si nécessaire
Euskadi ou Euskal herria Pays basque. prononcer toutes les lettres (é-ous-ka-di)
kaixo (x=ch, ka-i-cho) salut. egunon (u=ou) (on= o nnn) (e=é)bonjour. arratsaldeon bon après midi.
eskerrik asko merci beaucoup ou mila esker mille merci; esker ne s’emploie jamais seul.
mesedez S'il vous plait. barkatu pardon, excusez moi.
zer moduz comment allez-vous. répondre ondo ou ongi Bien, possible aussi oso ondo Très bien.
bai (ba-ille) oui. ez (esss) non.
bide chemin
mendi mont, montagne voir sommet
etxe maison
aterpe gite, albergue
jan manger janetxea restaurant (maison manger)
lo dormir
la "a" final est l'articule le, la (pas de genre en basque) ex: bide un chemin, bidea le chemin
le "ak" final au pluriel bideak les chemins
le "ko" final de ex: Espeletako aterpea le gite d'Espelette

Autres randonnées dans le secteur

Pasaia - San Sebastian (Espagne) sentier du littoral
Distance 11.96km Dénivelé positif +329m Dénivelé négatif -320m Durée 4h10 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Pasaia - Province de Guipúzcoa

Superbe randonnée pour passer un bel après-midi et profiter de la soirée dans le vieux San Sébastien pour déguster tapas et pintxos.

Les Mines d'Arditurri
Distance 9.46km Dénivelé positif +432m Dénivelé négatif -432m Durée 3h45 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Oiartzun - Province de Guipúzcoa

Petite balade autour des mines d'Arditurri.
Très jolis sous-bois avec présence de nombreux petits cours d'eau et de sentiers.
Sur les hauteurs, et par beau temps, vue sur la baie de San Sebastien et de son rocher.

Jaizkibel - Chemin côtier - Cap du Figuier - Notre-Dame de Guadalupe
Distance 13.74km Dénivelé positif +304m Dénivelé négatif -309m Durée 4h40 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Hondarribia - Province de Guipúzcoa

La randonnée se situe en partie Nord du Mont Jaizkibel, le chemin longe l'Océan jusqu'au phare du Figuier, un retour par la forêt, Fort et Chapelle de Guadalupe.

La Chapelle de Guadalupe et le chemin côtier au pied de Jaizkibel
Distance 8.26km Dénivelé positif +217m Dénivelé négatif -226m Durée 2h55 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Hondarribia - Province de Guipúzcoa

Profiter d'une belle journée ensoleillé pour pique-niquer et faire cette petite balade en famille d'environ 8km. Un peu de route avec très peu de circulation automobile, puis un chemin en forêt, et c'est la descente vers l'Océan. Vous trouverez, crique, cote escarpée, voiliers, vaches, moutons et pottoks.
Avant ou après votre balade, ne pas oublier pas de visiter la chapelle de Guadalupe et son point de vue sur la baie d'Hendaye /Hondarribia et l'embouchure de la Bidassoa.

Artzu Portua depuis Notre-Dame de Guadalupe
Distance 7.33km Dénivelé positif +208m Dénivelé négatif -213m Durée 2h35 Facile Facile
Départ Départ à Hondarribia - Province de Guipúzcoa

Jolie boucle en surplomb de la mer, à proximité d'Hondarribia. La vue est magnifique, tant vers l'Est que vers l'Ouest.

Distance 22.78km Dénivelé positif +769m Dénivelé négatif -763m Durée 8h20 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Irun - Province de Guipúzcoa

Petite description à l'usage des pèlerins qui arrivent d'Irun et qui voudraient rejoindre mon tracé de chemin.
Un premier contact avec la montagne basque en somme. Vous pourrez profiter des cidreries (sargardotegia), restaurants typiques où on y boit à volonté (voir à satiété !) le cidre basque.

Première étape du Camino Vasco del Interior.

Distance 2.08km Dénivelé positif +39m Dénivelé négatif -34m Durée 0h40 Facile Facile
Départ Départ à Hondarribia - Province de Guipúzcoa

Le typique et pittoresque village de Fontarrabie est l'un des plus beau représentant de la culture et de l'architecture basque espagnole de la région. Avec ses façades où les couleurs vives du bois tranchent avec le blanc qui les entoure, ses rues piétonnes, ses anciennes fortifications ou sa cathédrale, c'est un voyage basque résumé en une ville. De nombreux cafés ou bars à pintxos bordent le circuit pour une éventuelle pause gastronomique.

Une boucle dans le Parc Naturel de Pagoeta
Distance 3.8km Dénivelé positif +143m Dénivelé négatif -136m Durée 1h25 Facile Facile
Départ Départ à Aia - Province de Guipúzcoa

Petite randonnée en famille, aussi belle au printemps, en été qu'en automne. Vous traverserez un jardin botanique, longerez une petite rivière et déboucherez à la Forge d'Agorregi. Datant de 1754, elle fonctionne toujours pour le plaisir des yeux.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.