À la découverte de Trois Saints depuis Vallant-Saint-Georges

Agréable randonnée sur le circuit "À la découverte des Trois Saints" : Vallant-Saint-Georges, Droupt-Sainte-Marie et Droupt-Saint-Balse. Le parcours permet de découvrir le riche patrimoine culturel, faunistique et floristique qui compose cette zone. Circuit très plat le long du Canal de Haute Seine, de la Seine et des étangs dont celui du Brun.

Fiche technique 23489430

Une randonnée Vallant-Saint-Georges créée le vendredi 01 juillet 2022 par pgetrochon. Dernière MAJ : mardi 16 août 2022
Durée Durée moyenne: 4h35[?]
Distance Distance : 16,07 km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 7 m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 7 m
Point haut Point haut : 90 m
Point bas Point bas : 79 m
Moyenne Difficulté : Moyenne
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Commune Commune : Vallant-Saint-Georges (10170)
Départ Départ : N 48.468553° / E 3.902456°
… Météo du jour : Chargement…
Carte Carte IGN : Ref. 2716E, 2816SB

Téléchargements :

Description de la randonnée

(D/A) Quitter le point de stationnement pour aller en direction de l'église. Emprunter sur quelques mètres la Rue de l'Église, contourner par la droite l'Église Saint-Julien en montant sur un talus et prendre le petit passage derrière le chevet. Traverser la Grande Rue avec prudence au passage protégé puis continuer dans la Rue du Gué.

(1) Au carrefour avec la Rue de Belleville sur la gauche, poursuivre à droite dans la Rue du Gué qui devient un chemin. Au croisement de chemins en T suivant, partir vers la gauche sur l'Allée des Peupliers. Au niveau d'un virage à angle droit vers la gauche, emprunter la passerelle à droite dite "Moustache Verte", puis bifurquer dans le premier chemin à droite qui rejoint la Rue des Ponts (D14). Tourner à gauche et suivre prudemment cette rue. Passer sur le pont enjambant la Seine.

(2) Virer à gauche pour prendre la Voie Verte de l'Ancien Canal de la Haute Seine.

(3) Au bout de treize cent mètres environ, juste avant que le chemin ne s'écarte du canal vers la gauche, basculer sur la piste cyclable qui longe le canal du côté droit. Parcourir encore six à sept cent mètres pour parvenir au pont canal au-dessus de la Rivière de Beauregard.

(4) Continuer tout droit sur environ quatre à cinq cent mètres pour déboucher sur la route de Vallant : prendre le chemin de gauche juste avant la route pour monter sur celle-ci. Virer à droite pour franchir le pont sur le canal et bifurquer aussitôt à droite pour descendre et suivre le chemin de contre halage sur environ trois cent mètres.

(5) Tourner à gauche dans un chemin qui se dirige vers le village de Droupt-Sainte-Marie et longe un étang à main droite à mi-parcours.

(6) Au rond-point de la D78, prendre à droite la Rue du Ruisseau puis laisser tout à droite le Chemin des Avignons. Tourner à gauche dans la Rue du Paradis. À son extrémité, partir vers la droite sur la Route de Troyes (D78). Au moment où la route s'incurve vers la droite voir un réservoir d'eau sous une petite butte du côté gauche de la route à l'angle du Chemin du Marais. Belle propriété sur la gauche au niveau du Ruisseau des Rhuez. Longer prudemment un grand champ à droite.

(7) Au bout du champ, virer à droite dans un chemin agricole. Aller tout droit jusqu'à l'Étang Brun puis le contourner par la droite.

(8) Emprunter la passerelle qui conduit dans le Bois du Brun. Continuer sur le chemin qui part vers le Sud, puis le Sud-Est. Le suivre sur environ un kilomètre avant de tourner à gauche dans le chemin nommé Rouilliée du Château. Longer les douves pour parvenir au Château de Droupt-Saint-Basle.

Après avoir longé la petite douve qui entoure le parc, le chemin arrive à la façade arrière du Château, côté jardin, qui doit son aspect actuel à la famille Guillaume de Chavudon. Bifurquer à droite pour emprunter l'allée bordée d'arbres qui mène au cimetière. Devant celui-ci, virer à gauche dans la Rue de l'Église puis à droite dans la Rue du Génie. Passer devant la mairie du village à main droite.

(9) Au carrefour, tourner à droite dans la Rue de Vallant (D14) qui va vers l'Ouest. La suivre prudemment sur cinq cent mètres environ. Passer devant la Salle Polyvalente sur la gauche et virer dans le premier chemin à gauche pour rejoindre le lavoir du Perthuis. Traverser la Rivière de Beauregard grâce à une passerelle et tourner immédiatement à gauche pour longer la rivière sur quatre cent mètres environ.

(10) Bifurquer à gauche et passer sur le pont qui enjambe la rivière. Environ trois cent mètres plus loin, tourner à droite dans le chemin qui traverse le secteur dit des Grèves. Au croisement de chemins en T devant un étang, prendre le chemin de droite et le suivre jusqu'à un nouveau croisement de chemins en T.

(11) Bifurquer à droite dans le chemin qui franchit la Rivière de Beauregard deux cent mètres plus loin environ. Continuer en face dans le chemin entre des parcelles cultivées qui va vers le Sud-Ouest. Passer à droite d'un bosquet et au croisement, prendre le chemin de droite qui va rapidement suivre en lisière une zone boisée à main gauche. Le suivre sur un kilomètres environ. Passer un chemin sur la droite et continuer en lisière.

(12) Tourner dans le premier chemin à gauche et pénétrer dans le bois. Virer encore à gauche puis, au bout de cinq cent mètres environ, prendre à droite et se diriger vers l'écluse de Vallant-Saint-Georges. Emprunter la passerelle pour franchir l'Ancien Canal de la Haute Seine.

(13) Tourner immédiatement à gauche pour suivre la Voie Verte (piste cyclable) sur environ quatre cent mètres. Virer à droite dans un chemin qui serpente et se rapproche de la Seine assez rapidement puis s'en écarte. Au croisement de chemins peu après prendre celui de droite et le suivre sur près d'un kilomètre.

En arrivant à la D14, tourner à gauche pour franchir aussitôt la Seine. Puis entrer prudemment dans Vallant-Saint-Georges par la Rue des Ponts. Traverser la Grande Rue et emprunter en face légèrement sur la droite la Rue de l'Église. Passer devant l'Église Saint-Julien puis, au carrefour, partir vers la gauche pour rejoindre le point de stationnement (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0,00 - alt. 86 m - Parking place Saint Georges
1 : km 0,25 - alt. 83 m - Rue du Gué x Rue de Belleville. Vers passerelle - Seine (fleuve)
2 : km 1,00 - alt. 83 m - Route D14 x Voie Verte à gauche
3 : km 1,70 - alt. 84 m - Piste cyclable
4 : km 3,16 - alt. 82 m - Aqueduc de Beauregard
5 : km 3,98 - alt. 81 m - Bifurcation à gauche
6 : km 4,32 - alt. 83 m - Rond-point sur la D78
7 : km 5,09 - alt. 81 m - Route D78 x chemin agricole à droite
8 : km 6,28 - alt. 85 m - Croisement de chemins
9 : km 7,91 - alt. 83 m - Rue du Génie x route D14
10 : km 8,83 - alt. 84 m - Bifurcation à gauche
11 : km 10,21 - alt. 85 m - Croisement de chemins en T
12 : km 12,49 - alt. 84 m - Chemin à gauche en lisière de bois
13 : km 13,58 - alt. 83 m - Écluse
D/A : km 16,07 - alt. 86 m - Parking place Saint Georges

Informations pratiques

Le point de stationnement se situe sur la Place Saint Georges à Vallant-Saint-Georges.
Accès : prendre la D619 depuis Nogent-sur-Seine ou Troyes jusqu'à Vallant-Saint-Georges.

Cette randonnée en terrain varié nécessite d'être bien chaussé.

Cette randonnée ne présente pas de réelle difficulté d'orientation car elle est balisée en jaune (PR®) et reprend le circuit À la découverte de Trois Saints éditée par l' Agence Régionale du Tourisme du Grand Est et l'Office de Tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine. En complément, il est conseillé de suivre les indications du descriptif et de la carte en y alliant une bonne lecture du paysage. Les points de passage (avec leurs coordonnées GPS et la distance depuis le point de départ constituent des aides pour le randonneur qui découvre le circuit.

Informations complémentaires :
Se tenir informé de l’accessibilité en période de chasse.
Chemins impraticables en périodes de crues.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Les balisages GR® et PR® sont la propriété intellectuelle de la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

Pendant la rando ou à proximité

Vallant Saint Georges
Au Nord-Ouest du département de l’Aube, entre la route Troyes-Paris et Anglure, sur la route de Sézanne, dans une dépression de la plaine champenoise, Méry-sur-Seine est essentiellement construit sur la rive droite du fleuve Seine, à 82 mètres d’altitude. Le bourg de Méry-sur-Seine est bordé, au nord, par le canal de la Haute Seine qui reliait initialement la rivière Aube, près de Marcilly-sur-Seine, au cœur de la ville de Troyes. Dans Méry-sur-Seine, la rivière Seine reçoit la petite rivière du Moulin.

Le village de Vallant Saint Georges a été le témoin d’un épisode de la bataille des « Champs Catalauniques » qui opposa les Huns et leur chef Attila aux Romains, Francs, Burgondes et Wisigoths. Nous étions au Vème siècle. Une chapelle fut élevée sur la colline conquise par les gallo-romains et prit le nom de Saint Georges en Gaonay. Saint Georges
était le patron des vainqueurs, Gaonay signifiait emporté par la pointe de l’épée. Des pièces de monnaie et des sépultures gallo-romaines ont été découvertes sur le territoire de la commune.
Le village eut à souffrir de la guerre de cent ans et en sortit réduit en cendres. Courageusement, les habitants
reconstruisirent leur village mais le traité de Troyes en 1420, qui livrait la France aux Anglais, sonna l’occupation du village par les Anglais de Henri V. En 1440, Vallant s’entoura de murailles et de fossés.

Histoire
En 451, à Méry, le général romain, Aetius, Théodoric Ier le roi des Wisigoths et Mérovée, le roi des Francs s’unirent pour combattre et vaincre Attila. Après la levée du siège d’Orléans, Attila fait retraite sur la Seine et la Marne. Les deux armées se rencontrent une nouvelle fois au passage du fleuve à Méry ou plus de 30 000 hommes restèrent sur le champ de bataille. Attila put néanmoins passer la Seine et pris position aux Champs Catalauniques.
Elle fait partie de la province de Champagne.
Le 22 février 1814, pendant la campagne de France, eut lieu la bataille de Méry-sur-Seine entre les armées de l’Empire commandées par le général Antoine Gruyer et les troupes russes.Le général Joseph Boyer de Rebeval s’y distingua par sa bravoure.

Les vieux bâtiments méryciens
Construite de bois et de torchis, la ville fut à de nombreuses reprises l'objet d'incendies destructeurs.
Les plus marquants furent sans doute celui de la campagne de France, en 1815, lors du combat entre troupes prussiennes et l'armée napoléonienne. L'empereur d'alors, ému, coucha la ville sur son testament. Cela permit, des décennies plus tard, la construction de l'hôtel-de-ville, de l'école de filles et de garçons.
L'incendie de 1908 détruisit le quartier de la Chapelle. À cette époque, pas d'eau courante et des chaines de seaux se passant de mains en mains.
Des cartes postales de l'époque ont immortalisé les faits. L'arrivée de l'eau courante permit d'éradiquer enfin ces gros sinistres destructeurs.
Une tour de séchage des tuyaux à incendies est toujours présente derrière la mairie.
Seuls les bâtiments en craie pouvaient résister. Ils étaient fort peu à l'époque. L'église Notre Dame fait partie de ceux-là, construite en craie phosphatée du Coniacien, extraites à Méry ou Charny-Le-Bachot.
L'ancienne ferme Porentru, rue de Verdun, appartient au lot, tout autant que l'ancienne usine de bracelets montres, dans la même rue S'y ajoute un hôtel ancien, rue de l'hôtel de ville, avec jardin donnant sur la Seine.
Les constructions en bois ne laissèrent pas de traces, hormis des caves voûtées en craie.
Le plus récent bâtiment en craie correspond à l'ancienne Gendarmerie, rue de Verdun. Programmée en 1776, elle fut construite peu après un grand incendie. Elle résista au feu de 1815 tout autant qu'aux bombardements de 1940.
Après la construction de la nouvelle Gendarmerie, route de Soissons, le bâtiment devint caserne de pompiers, avant de devenir logements locatifs.
Le lieu est connu historiquement. Le musée de la Gendarmerie, à Melun, en possède les plans du projet…
Pierre Benoit
Source : site officiel de la commune

L'église Saint Julien
Une église du XIIe siècle sous le vocable de saint Georges a été remaniée au XVIe siècle. Les statues de Jean et de Georges sont issues du prieuré Saint-Georges.
L'église, en forme de croix latine orientée, fait 27,5 m de longueur pour 19,4 m de largeur au transept ; la nef a une hauteur de 7 mètres.
Les fonts baptismaux sont en calcaire taillé pour le pied et en marbre noir veiné pour la cuve. Un groupe sculpté représente l'apparition du Christ à Marie et deux anges en marbre blanc et dorures.
Source : Wikipedia (extraits)

L'Ancien canal de la Haute Seine
(D’après le livre de M. Pierre PORCHERET)
Le 2 avril 1805, Napoléon, se rendant en Italie, s’arrêta à Troyes où il décida, pour rendre la Seine navigable, de construire un canal de navigation. Le projet initial prévoyait plusieurs dérivations sortant et entrant de la Seine, et non un canal latéral. Les travaux commencèrent dès la fin de l’année 1806 au niveau de Méry-sur-Seine. Des ouvriers hommes et femmes, des prisonniers de guerre sont embauchés. Le travail est mal organisé, on manque d’outils, l’invasion de 1814 entraîne la fermeture du chantier alors que la quasi-totalité
des terrassements était réalisée entre Troyes et Marcilly-sur-Seine et qu’il restait plusieurs écluses à construire.
Laissés à l’abandon, les chantiers sont envahis par les herbes folles, les dépôts de vase, les talus sont dégradés par les troupeaux, les matériaux de construction disparaissent. Aucun travaux ne seront réalisés jusqu’en 1840. Puis ils reprendront et le projet de canal latéral est retenu. Il aura 1,50 m de profondeur, sera élargi, les écluses mesureront 34 m de long sur 5,20 m de large comme celles du canal de Bourgogne.
Le 1er novembre 1845, le canal entre Marcilly-sur-Seine et Méry-sur-Seine fut ouvert et inauguré officiellement le 25 octobre 1846. Le volume des marchandises était plus important à la descente. Il s’agissait de bois, céréales, autres denrées alimentaires, matériaux de construction, produits industriels ; à la remonte, il y avait des matériaux de construction, des produits industriels, du coton, et de l’épicerie. Les matériaux nécessaires à l’édification de la ligne de chemin de fer et à l’adduction d’eau de la ville de Troyes transitèrent par le canal. La durée du trajet Paris-Troyes était de 4 à 5 jours, la remonte de 7 jours pour les bateaux hâlés par les chevaux, 2 jours pour les bateaux à vapeur. Le 16 avril 1848, une brèche s’est ouverte à Clesles écroulant 4 maisons. Les terres agricoles et prés furent dépréciés en raison de l’humidité et des roseaux et broussailles qui s’y développaient. Lors des grandes crues de 1910 et 1955, l’aqueduc de Beauregard à Droupt-Sainte-Marie fit barrage, l’eau ainsi arrêtée noya le village et on dû couper la digue du canal pour changer le cours des eaux.
C’est grâce au canal que l’on vit fleurir les lavoirs le long du parcours et les promenades en barques et en bateau à vapeur, les fêtes nautiques, les régates, les épreuves de natation, les concours de pêche... En 1865, un bateau avec moteur de 20 cv et équipé d’une roue à aubes circulait sur le canal. Les crises économiques, les faits de guerre influencèrent le trafic qui continua sa chute à partir de 1871. Le rail eut la préférence des entrepreneurs et des bonnetiers aubois. En 1940, le dernier bateau chargé de sucre remonta le canal jusqu’à Troyes et franchit le dernier l’écluse n°10 le 13 juin pour sa descente Dans le but de rendre le canal plus touristique, des aménagements ont été effectués par le Conseil Départemental de l’Aube. Les travaux de la voie verte entre Barberey-Saint-Sulpice et Saint-Oulph ont été réalisés de 2008 à 2010. Elle a été inaugurée le 1er juillet 2010. Le canal est aujourd’hui un lieu de promenade très fréquenté.

L'Aqueduc de Beauregard
Il permet au canal d’enjamber la rivière de Beauregard. Il est constitué de trois arches en pierre. La topographie du lieu n’a pas permis de les élever suffisamment si bien qu’en période de crue, il fait barrage à l’écoulement des eaux. Lors d’une grande crue, la différence de niveau entre l’amont et l’aval pouvait atteindre 6,65 m. Il fut refait en 1899, mais ne fut pas élargi, on réduisit seulement la largeur des piles. Ce qui n’apporta pas d’amélioration. On le vit bien lors de l’inondation de 1910 qui détruisit 8 maisons à Droupt-Sainte-Marie et fut ressentie jusqu’à Droupt-Saint-Basle. Les habitants furent alors contraints de couper la digue du canal en 2 endroits, la poussée des eaux fut alors moins forte sur le pays. La crue de 1955, moins dévastatrice, obligea cependant les habitants à couper de nouveau la digue du canal.
Source : brochure éditée par l'Office de Tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine

Droupt Sainte Marie
L'église de la Nativité-de-la-Vierge de Droupt-Sainte-Marie.
La nef et le portail sont du xiie siècle et le reste est du XVIe siècle, sur un plan en croix latine avec une abside et un transept voûté. La nef a deux bas-côtés et deux travées. Sur les piliers avec colonnettes il y a des figures humaines.

L’étang du Brun
L’étang du Brun qui appartient à la commune a une superficie de 11 ha. C’est une ancienne carrière de matières alluvionnaires qui a été creusée dans les années quatre-vingt. L’aménagement s’est achevé en 1990. Le plan d’eau est actuellement loué à une société de pêche locale.
Source : brochure éditée par l'Office de Tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine

Droupt Saint Basle
La commune doit l'adjonction de « Saint-Basle » à son nom du patronyme d'un ermite du vie siècle, saint Basle de Verzy.
Château de Droupt-Saint-Basle.
Le château de Droupt-Saint-Basle est une demeure de la fin du XVIe siècle, remaniée aux XVIIIe et XIXe siècles, qui se dresse sur la commune française de Droupt-Saint-Basle dans le département de l'Aube, en région Grand Est. Le château abrite de nos jours un musée privé dédié à l'art populaire.
Pour en savoir davantage :

Château du Ruez.
Il est sur une seigneurie mentionnée en 1139 Grangia de Ruellis dans un cartulaire de l'abbaye de Larrivour. Le 14 novembre 1494, les dits moines acquièrèrent la terre de Ruez et ne fut revendu qu'en 1596 à Nicolas Largentier, seigneur de Vaucemain pour 1400 écus.
En 1649 il entre dans la famille de Chavaudon par Pierre Guillaume, abbé de Mores qui détenait aussi l'autre château de Doupt. Les bâtiments actuels datent de 1818.

Église Saint-Léonard-et-Saint-Basle de Droupt-Saint-Basle.
Sa nef, aux piliers rectangulaires, est du XIIe siècle, le reste du XVIe formant une croix latine. Son abside est à trois pans et sa tour est romane.
Source : Wikipedia (extraits)

Le Lavoir du Perthuis
En 1894, la commune fit construire deux lavoirs sur la rivière de Beauregard. Seul survivant, le lavoir du Perthuis tombait en ruines lorsque la commune, en 2001, décida de le restaurer. A la fin de la même année, il a été complètement reconstruit d’après les plans d’origine. Le plancher mobile a été refait à neuf ; un nouveau
mécanisme avec engrenages et chaînes a été mis en place.
Une exposition retraçant la vie du lavoir est présente sur le site.
Source : brochure éditée par l'Office de Tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine

Avis et discussion

Moyennes

Moyenne globale : 4.67/5
Nombre d'avis : 1
Fiabilité de la description : 5/5
Facilité à suivre l'itinéraire : 5/5
Intérêt du circuit de randonnée : 4/5


Visorandonneur
le lundi 29 août 2022 à 09:25

Note globale : 4.67 / 5

Date de la randonnée : lundi 29 août 2022
Fiabilité de la description : Très bien
Facilité à suivre l'itinéraire : Très bien
Intérêt du circuit de randonnée : Bien
Circuit très fréquenté : Oui

Très beau parcours le long du canal , en forêt et dans les champs. Agréable, facile et varié à parcourir en famille car accessible à tous

Autres randonnées dans le secteur

Visorandonneur
Le tour de la Forêt Domaniale de la Perthe
Distance 12,10 km Dénivelé positif +40 m Dénivelé négatif -40 m Durée 3h35 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Plancy-l'Abbaye - 10 - Aube

Cette Forêt Domaniale de la Perthe, classée Natura 2000, est un ancien champ d'aviation détruit par l'aviation alliée vers fin 1944. N'étant plus que ruine, ce lieu a été cédé au domaine.

Visorandonneur
L'ancien canal de la Haute Seine à Barberey
Distance 6,10 km Dénivelé positif +5 m Dénivelé négatif -5 m Durée 1h45 Facile Facile
Départ Départ à Barberey-Saint-Sulpice - 10 - Aube

Promenade le long de l'ancien canal de la Haute Seine sur la voie Verte de Barberey-Saint-Sulpice à Saint-Oulph.

Visorandonneur
Vignes, champs et bois, crêtes et vallons de Montgueux et Macey
Distance 11,15 km Dénivelé positif +163 m Dénivelé négatif -166 m Durée 3h40 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Montgueux - 10 - Aube

Randonnée depuis les hauteurs de Montgueux sur les crêtes qui dominent Mesnil Vallon, traversée de Macey et de sa forêt domaniale avec retour en longeant les vignes qui dominent la Grange au Rez avec vue plongeante sur Troyes.

Visorandonneur
Les hauts de Saint-Hilaire et Crancey
Distance 9,20 km Dénivelé positif +52 m Dénivelé négatif -51 m Durée 2h45 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Saint-Hilaire-sous-Romilly - 10 - Aube

Osez le grand air, les espaces dégagés ; voici une randonnée pédestre panoramique dans les villages de Saint-Hilaire et Crancey, points de vue sur la vallée de la Seine, les coteaux Champenois et la plaine céréalière est direction de Troyes.

Visorandonneur
Forêt de Macey
Distance 7,59 km Dénivelé positif +98 m Dénivelé négatif -95 m Durée 2h25 Facile Facile
Départ Départ à Macey - 10 - Aube

Dans la belle Forêt Domaniale de Macey, une promenade le long de routes forestières et de sentiers bien entretenus, avec quelques jolis points de vue.

Visorandonneur
Forêt et vignes de Montgueux
Distance 2,92 km Dénivelé positif +30 m Dénivelé négatif -35 m Durée 0h55 Facile Facile
Départ Départ à Montgueux - 10 - Aube

Petite promenade dans la forêt de la Vente puis au-dessus des vignes de Montgueux sur des chemins peu accidentés, en haut d'une colline, quasiment sur terrain plat. Magnifiques vues sur Torvilliers, Troyes et Montgueux.

Visorandonneur
Promenade dans le village de Charmont-sous-Barbuise
Distance 2,51 km Dénivelé positif +4 m Dénivelé négatif -4 m Durée 0h45 Facile Facile
Départ Départ à Charmont-sous-Barbuise - 10 - Aube

Petite balade en sous-bois le long de la Barbuise, puis visite du centre du village.

Visorandonneur
Le site des Commandos M au départ de Charmont-sous-Barbuise
Distance 15,08 km Dénivelé positif +73 m Dénivelé négatif -73 m Durée 4h30 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Charmont-sous-Barbuise - 10 - Aube

Randonnée au départ de Charmont-sous-Barbouise qui peut vous permettre de rejoindre Longsols et le site des Commandos M.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.