Reykjadalsá, la rivière chaude

Au nord de la ville de Hveragarði (jardin chaud en islandais) à 45km à l’Est de Rekjavick, cette randonnée monte la vallée de Reykjadalur (vallée des fumées) rencontrant trous bouillonnants, jets de vapeurs, fumerolles, ruisseaux d’eau chaude, cascades, terrains et rochers aux multiples couleurs, jusqu’au lieu aménagé pour une baignade relaxante dans les eaux chaudes de la Reykjadalsá.

Fiche technique
n°2229787
Une randonnée Islande créée le vendredi 28 juin 2019 par FJ6888. MAJ : lundi 15 juillet 2019
Durée Durée moyenne: 4h15[?]
Distance Distance : 10.88km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 476m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 474m
Point haut Point haut : 405m
Point bas Point bas : 77m
Moyenne Difficulté : Moyenne
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Commune Commune : Islande
Départ Départ : N 64.022247° / O 21.211198°
Téléchargez : -
Trou d'eau bouillante Marmite de boue Solfatares colorés Cascades de Djúpagil

Description de la randonnée

Stationnez près du café Delakaffi, à l’extrémité Sud d’un long parking.

(D/A) Rendez-vous à l’extrémité Nord du parking pour trouver un panneau portant un plan de la région et des informations sur la géologie, la faune et la flore. Poursuivre ensuite en direction du Nord.

(1) Traversez la rivière sur la passerelle en bois, passez à droite d’un enclos pour le tri des moutons puis engagez-vous sur le large chemin en forte pente.

(2) Dans le virage à droite, quelques mètres à main gauche, une première "marmite" de boues bouillonnantes(a) avec d’abondantes vapeurs soufrées mérite le détour (restez prudent surtout avec des enfants).
Reprenez l’ascension, la pente est raide et le chemin caillouteux ralentit le rythme. Une pause permet de vous retourner pour voir le panorama magnifique vers la ville et l’océan au Sud.
La pente s’adoucit, le chemin devient plus étroit. Un passage en balcon donne l’occasion de profiter d’une vue remarquable.

(3) En contrebas à gauche admirez le canyon et les cascades de Djúpagil dans lesquelles vient se jeter la Reykjadalsá(b), plus loin vers l’Ouest au fond d’une vallée vous pouvez apercevoir d’abondantes fumeroles(c).
Quelques centaines de mètres plus loin sur une sorte de plateau, le terrain est plus verdoyant et la rivière serpente dans la prairie.

(4). Empruntez la passerelle à gauche. Un panneau annonce la baignade dans la rivière à 700m.
Les manifestations géothermiques sont de plus en plus nombreuses et intenses, mares aux couleurs variées, fumerolles, trous de boue ou d’eau bouillonnante.

(5) Un peu plus loin, un nuage dense, humide, tiède et soufré recouvre le sentier. Il faut juste regarder au sol et surveiller où mettre les pieds. Après se passage en apnée, une courte descente mène au lieu-dit Klambragil, sur la rive droite de la rivière vers une passerelle en bois. La température de l’eau est ici de 35° environ.

(6) Profitez de la baignade sans modération.
Sur chaque rive, le chemin est recouvert d’un plancher en bois formant caillebotis et des escaliers facilitent la descente dans la rivière peu profonde. Quelques paravents rudimentaires permettent de se changer.
La température de l’eau, en moyenne de 38° dépend de la saison et augmente en allant vers l’amont.

La météo changeante(d) oblige souvent à abréger la baignade particulièrement relaxante, pour un retour précipité. Sinon, vous pouvez prolonger le parcours par une petite boucle. Allez vers l’amont à partir de la rive gauche, puis quittez le caillebotis pour un sentier.

(7) Le sentier mène très vite au nœud de la boucle d’Ölkelduhnúkur de 3km environ, choisissez le sens que vous voulez. Vous verrez de nombreuses solfatares(e) et autres manifestations géothermiques.
Revenez ensuite à la passerelle de Klambragil.

(6) Deux options s’offrent à vous. Si le temps est pluvieux, reprenez le chemin pris à l’aller. Si les conditions(f) le permettent vous pouvez repartir par la rive gauche de la rivière (itinéraire tracé sur la carte) et retrouver plus loin sur le plateau la passerelle sur la Reykjadalsá.

(4) La Reykjadalsá à votre droite s’écoule pour rejoindre le canyon du Djúpagil et ses cascades. Poursuivez sur le chemin pris à l’aller en profitant cette fois d’une vue vers le Sud. En vous approchant du parking, remarquez les ruisseaux aux couleurs étonnantes (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 77m - Parking Delakaffi
1 : km 0.38 - alt. 81m - Passerelle de Hengladalaá
2 : km 0.6 - alt. 101m - Marmite de boues bouillonnantes
3 : km 2.06 - alt. 222m - Point de vue Canyon de Djúpagil
4 : km 2.68 - alt. 244m - Passerelle sur la Reykjadalsá
5 : km 3.22 - alt. 351m - Fumerolles soufrées
6 : km 3.58 - alt. 307m - Passerelle de Klambragil
7 : km 3.77 - alt. 281m - Carrefour de la boucle d'Ölkelguhnúkur
D/A : km 10.88 - alt. 77m - Parking

Informations pratiques

Il est aussi possible de démarrer la randonnée à l’extrémité Nord mais certains jours, islandais et touristes sont nombreux.

Par temps de pluie, le sol est glissant et en hiver le chemin n’est pas déneigé. Il est recommandé de ne pas s’écarter du chemin, par respect pour la flore et par sécurité, le sol étant instable par endroit notamment à proximité des trous de boue et d’eau bouillante.

(a) Marmites de boues bouillonnantes : dans les champs solfatariens (voir (e)), on observe parfois des mares de boue plus ou moins visqueuses, bouillonnantes, fumantes et malodorantes. Elles se forment par action de l’eau chaude acide sur les roches. Souvent des bulles de gaz carbonique remontent et éclatent à la surface.

(b) Tous les islandais parlent anglais. Cependant certains panneaux d'informations ou d'orientation n'utilisent que l'écriture islandaise dont la prononciation n'est pas facile pour les non-initiés.
Ð ou ð correspond à peu près au th anglais.
Á ou á se prononcent ao.

(c) Fumerolles : le terme est assez galvaudé et désigne indistinctement toute manifestation gazeuse émise par un système hydrothermal.
Pour les scientifiques, les fumerolles correspondent à des émissions gazeuses entre 300 et 1000° qui accompagnent les éruptions volcaniques.

(d) Les islandais ont coutume de dire: si la météo ne vous plait pas, attendez cinq minutes et vous serez ravis. L'ennui c'est que lorsque la météo vous plait, cinq minutes après....

(e) Les solfatares sont composées, à 90% d'eau sous forme vapeur, et de composants variés : dioxyde de carbone, méthane, sulfure d’hydrogène… entre 100 et 300°. Ils (ou elles) sont généralement entourés de dépôts de soufre formé par la réaction avec l’air du sulfure d’hydrogène. On trouve aussi divers dépôts (argile, composés soufrés, sulfates…) qui confèrent aux solfatares de magnifiques teintes jaunes, ocre, rouges.
Les champs solfatariens émettent souvent des bruits fascinants et des odeurs nauséabondes qui rappellent celles de l'œuf pourri.

(f) Le sentier n'est pas conseillé par temps de pluies et parfois interdit pour préserver la flore ou pour des raisons de sécurité.

Dalakaffi, bar et petite restauration. Fermé en hiver.

Les définitions sont tirées de planet-terre ens Lyon.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

Visite de Hveragerði et en particulier son parc géothermique situé au centre.
Plan de la ville.

Carte des sentiers au Nord de Hveragerði.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.