Boucle de la Cantine

Une belle randonnée en grande partie dans la forêt de l'Hermitain. Cette forêt abrite chênes et châtaigniers dans un cadre préservé. Ce pays, aux derniers temps huguenots, fut la citadelle de la résistance. C'est aussi un pays de sources. Autant de beautés qui agrémentent ce parcours.

Fiche technique
Une randonnée Souvigné (Deux-Sèvres) créée le samedi 10 mars 2018 par pgetrochon. MAJ : mercredi 20 février 2019
Durée Durée moyenne: 2h45[?]
Distance Distance : 9.23km
Dénivelé positif Dénivelé positif : 52m
Dénivelé négatif Dénivelé négatif : 52m
Point haut Point haut : 183m
Point bas Point bas : 137m
Moyenne Difficulté : Moyenne
Retour point de départ Retour point de départ : Oui
A pied A pied
Commune Commune : Souvigné (Deux-Sèvres) (79800)
Départ Départ : N 46.340449° / O 0.166636°
Carte Carte IGN (cliquez-ici pour commander) : Ref. 1628SB
Téléchargez : -
Chemin d'exploitation Fontaine et lavoir de la Grange d'Oiré Le déversoir de la Grange d'Oiré Chemin d'exploitation

Description de la randonnée

(D/A) Face à la maison forestière, suivre à gauche (Est) la route D5. Après environ 200m, emprunter à droite le chemin qui dessert le lieu-dit La Cantine.

(1) À la fourche, prendre le chemin de gauche et aller tout droit au Sud-Est. Déboucher sur une petite route et la suivre à gauche sur une cinquantaine de mètres.

(2) Au croisement en T, aller à gauche et continuer tout droit jusqu'à la lisière de la forêt. Quitter alors la route pour un chemin à droite en lisière. Prendre ensuite le 2ème chemin à gauche. Continuer tout droit jusqu'à la route D10.

(3) Traverser la route avec prudence(route très passante à la circulation rapide). Passer une barrière forestière et suivre au Nord-Est la Route Forestière de l'Hermitain. Au carrefour avec la Route forestière de Chambrille point coté 170m), suivre celle-ci à droite. Arriver en lisière du bois, tourner à droite dans un chemin qui demeure en lisière jusqu'à la Ligne du Rivaud.

(4) Continuer tout droit dans la Ligne de Savrelle. Aller tout droit à travers la forêt et, à l'angle d'un champ, virer à droite avec la voie ligne qui devient la Route forestière de Font Querré.

(5) Prendre le 1er chemin à gauche. À la fourche, obliquer à droite. Aussitôt après, ignorer un 1er chemin à droite et, plus loin, prendre le 2nd chemin à droite. Déboucher sur la D10 et la suivre à droite sur une centaine de mètres. Prudence.

(6) Tourner à gauche dans une petite route qui va vers le lieu-dit Le Rivaud. Au point coté 166m, aller tout droit en laissant un large chemin sur la droite puis le lieu-dit Le Mareuil sur la gauche (fontaine à voir à main droite). Au lieu-dit le Rivaud, ignorer deux départs sur la droite.

(7) Au carrefour, prendre à droite le Chemin de la Querelle. Longer une mare à main gauche puis aller tout droit au carrefour.

(8) Au carrefour suivant, prendre le 1er chemin à gauche. Un peu avant un étang, tourner à gauche dans un chemin. Au croisement en T, tourner à droite.

(9) Au croisement T, aller à gauche (ignorer le chemin balisé qui part à droite. Contourner un étang par la gauche et, au croisement en T suivant, tourner à droite.

(10) Au croisement en T suivant, tourner à gauche et poursuivre sur le chemin balisé. Une centaine de mètres plus loin, continuer tout droit et laisser le chemin balisé partir à droite. Au lieu-dit la Grange d'Oiré, noter une fontaine et lavoir. Au croisement, suivre la route à droite. Dans un virage à droite, quitter la route et obliquer à gauche dans un chemin. Ignorer un départ à gauche et rejoindre un carrefour emprunté à l'aller.

(1) Tourner à gauche. Arrivé à la D5, tourner à gauche et rejoindre le parking de départ (D/A).

Points de passage :
D/A : km 0 - alt. 183m - Maison forestière de l'Hermitain - Parking
1 : km 0.59 - alt. 174m - Carrefour de la boucle
2 : km 1.18 - alt. 170m - Croisement en T
3 : km 1.86 - alt. 180m - Route D10
4 : km 3.18 - alt. 177m - Ligne du Rivaud x Ligne de Savrelle
5 : km 4.29 - alt. 176m - Croisement route forestière - chemin forestier
6 : km 5.06 - alt. 183m - Route D10 x Route du Rivaud
7 : km 6.38 - alt. 156m - Carrefour de routes
8 : km 6.69 - alt. 161m - Carrefour
9 : km 7.28 - alt. 141m - Croisement de chemins
10 : km 7.77 - alt. 143m - Croisement de chemins
D/A : km 9.23 - alt. 183m - Maison forestière de l'Hermitain - Parking

Informations pratiques

Le point de stationnement se situe à l'entrée de l'allée forestière de la Maison Forestière de l'Hermitain (en venant de Beaussais ou de Saint Maixent sur le côté droit de la route D5, en face de la Maison forestière de l'Hermitain)

Cette randonnée en terrain varié nécessite d'être bien chaussé.

Ce parcours est balisé en jaune, sauf entre les points (9) et (10). Toutefois il est conseillé en complément de suivre les indications du descriptif et de la carte en y alliant la lecture du paysage.

Randonnée réalisée par l'auteur le 8 mai 2018

Nous vous conseillons aussi d'emporter avec vous les cartes IGN papier au 1:25000 de cette randonnée. Cliquez-ici pour les commander : 1628SB.

Soyez toujours prudent et prévoyant lors d'une randonnée. Visorando et l'auteur de cette fiche ne pourront pas être tenus responsables en cas d'accident ou de désagrément quelconque survenu sur ce circuit.

Pendant la rando ou à proximité

La Forêt de l'Hermitain
Grande de 614ha, cette forêt abrite chênes et châtaigniers dans un cadre préservé. De nombreux sentiers permettent de s'y promener. Dernier vestige de la Sylva Savra - forêt de la Sèvre - la Forêt de l'Hermitain fut beaucoup plus étendue par le passé et ses clairières qui la parsemaient ont permis aux premiers groupes humains de s'y installer il y a plusieurs milliers d'années.

« La main dans la main »
Récits du terroir poitevin (de l’an 250 à l’an 1900) de Jean Rivierre
Extrait « Résurrection. La vie d’un cultivateur de Goux en l’an 1720 » - Chapitre I
« Il est, au cœur du Poitou huguenot, un pays mystérieux.
Ce pays n’a pas de nom. Sur aucune carte vous n’en trouverez le nom. Quand vous y passerez, demandez à qui vous voudrez comment le pays s’appelle : on vous répondra par le nom d’un hameau, ou d’une ferme perdue dans les grands arbres. Mais ce ne sera pas le nom de ce pays qui n’en a pas.
Ce pays n’a pas non plus de limites très précises. Aucun préfet des Deux-Sèvres ne saura vous les indiquer, non plus qu’aucun garde-champêtre. Ce sont pourtant messieurs bien renseignés, mais qui ne peuvent voir ces choses-là. Le pays dont je parle s’étend sur plusieurs paroisses, mais il ne couvre entièrement aucune d’elles. Ce que j’affirme, c’est que c’est un pays distinct de tous les autres. Il faut être, sur la nouvelle route goudronnée, un voyageur bien pressé pour ne s’apercevoir de rien en le traversant. Pour quiconque y voyage à pied, pour quiconque sait parler avec l’arbre, avec la terre et avec l’eau, avec la voix présente et proche du passé, il est clair qu’il y a là quelque chose qu’on ne trouve pas ailleurs.
Ce pays est un pays fermé. Non pas qu’on n’y puisse venir, de partout. Mais justement quand on y entre, on dirait que quelque chose se referme sur vous. On se sent pris, entre ces bois et ces haies. Aux quatre coins de ce pays, sans doute quatre anges se tiennent-ils, gigantesques, invisibles, et muets. Ce serait eux, alors, qui tiendraient étendu sur les champs ce voile de brume très légère, presque impalpable, qui n’est pas faite d’humidité, mais de silence, et qui flotte là depuis des siècles. Je croirais fort que ceux qui sont nés là, et qui y vivent, ne s’en sont pas aperçus. Mais pour celui qui vient d’ailleurs, le doute n’est pas possible : il plane sur ce pays une présence mystérieuse, qui met le doigt sur les lèvres, et qui dit : chut !
Les bruits en ce pays semblent faits pour s’éteindre. Les chemins semblent faits pour se dérober, derrière le proche tournant. Les maisons semblent faites pour se cacher, et elles ne s’en privent pas, tirant devant elles des rideaux d’arbres. Les feuilles semblent faites pour tomber, tant on en trouve au sol, même au printemps, d’épais matelas.
Les hommes enfin semblent faits pour s’enfuir : ils n’ont jamais qu’un pas à faire pour disparaître.
On croit toujours être seul, dans ce pays, mais cela ne veut pas dire qu’on le soit. Des naseaux fument, derrière la haie ? C’est qu’on laboure. Des brindilles ont craqué sur la droite ? C’est qu’on fagote. Parce que vous ne voyez personne, ne dites jamais : nul ne me voit ! Plusieurs yeux vous regardent peut-être, et de tout près.
Que l’on monte de Saint-Maixent, ou de La Mothe, ou de Celles, ou de Melle, qui sont en vérité de grandes et
populeuses cités, allant jusqu’à réunir quelques milliers d’habitants, on découvre toujours ce pays du silence. Et que l’on vienne de la grande plaine nue de Niort et de Mougon, à peine relevée de quelques cyprès épars, ou des terres calcaires d’Exoudun, parsemées de noyers, ou encore des lumineuses collines qui, vers Melle, descendent vers le Midi, on pénètre tôt ou tard, sur cette terre étrange, où la lumière baisse d’un degré, où le soleil même et sa chaleur, où le vent même et sa rigueur, doivent se faufiler et se fragmenter entre d’innombrables cloisons.
Ce pays, c’est le sommet, le cœur, c’est le réduit secret de toute une région. C’est la retraite où il faudrait aller si l’on avait à fuir. Aux derniers temps huguenots, ce fut la citadelle de la résistance : les vallées et les villes s’étaient ouvertes à l’adversaire accueillant comme toujours le vent qui vient de loin. Quand on voulait retrouver Dieu on montait silencieusement là-haut, la nuit, par les sentiers. On y trouvait toujours quelque assemblée et quelque prédicant. On s’apercevait avec joie qu’on était encore des milliers. Puis on redescendait, comme des ruisseaux d’eau vive, dans toutes les directions.
Car ce pays est un pays de sources. Savez-vous comme s’y appellent les villages ? Ils s’appellent Fomblanche,
Fombedoire, Fombelle, Fonmorte, Fonquerré, Fonchâtré, Fontagnou, Fonfréroux… et ce sont autant de fontaines. Faites quelques pas, sans presque monter ni descendre : vous passerez d’un versant sur un autre. Il est telle colline, haute de quelques dizaines de mètres, d’où les eaux rayonnent, sous vos yeux, vers la Sèvre et vers Niort, vers la Charente et Rochefort, vers Poitiers et vers Nantes, enfin, par la lointaine Loire.
Il est dans ce pays, des chemins bien curieux. Ils sont parfois très étroits, d’une étroitesse déconcertante. Ils
s’étranglent entre des haies plus larges qu’eux, qui ne cessent de les mordre, et les charrettes qui s’obstinent à y
passer écrasent et souillent au fond des ornières l’extrémité retombante des fougères. Ailleurs, ces chemins
s’élargissent, et se revêtent d’une boue végétale splendide, rougeâtre, épaisse, marquée de mille trous qui sont les mille pas des bœufs, mais d’une boue dans laquelle on ne se perd pas, car le roc n’est pas loin, et pointe ici et là en chails aiguisés défonceurs de semelles. Ailleurs encore, ces chemins deviennent des avenues, où se côtoient plusieurs ornières concurrentes, et forment aux carrefours de vastes plans bosselés, surveillés par quelques châtaigniers qui furent au temps passé témoins des singuliers ébats des sorcières. Et ces chemins majeurs sont loin d’être les seuls : ce ne sont point chemins de piétons. Ceux-ci pratiquent de préférence de simples traverses, qui coupent au plus court par des trous dans les haies, et que nul étranger ne soupçonne.
Le vrai roi du pays, c’est l’arbre : le châtaignier, surtout, ou, comme on dit, la talle. Il en est de toute espèce et de
tout âge. On en voit dans les bois des armées de très jeunes, frissonnants et tout pâles, serrés les uns contre les
autres, et qui savent qu’on ne les laissera pas vivre, et que fraternellement un jour ils périront ensemble : le pied
restera bien, mais c’est toujours à recommencer ! Il en est d’autres par contre qui sont des vieillards vénérés,
énormes, aperçus de très loin, tordus, tourmentés, terrifiants dans la nuit, allant de la splendeur à la décrépitude, et qui vivent solitaires, de loin en loin, ne frayant avec nulle autre race d’arbres, ne frayant jamais qu’avec eux-mêmes et formant alors sur les chaumes de majestueux parterres de rois.
On pourrait bien longtemps parler de ce pays. Finissons-en ! Le mieux est d’y aller, de suite, et de gagner à travers tout ce mystère l’endroit qui, de tous ces endroits, est le plus mystérieux.
C’est un bois.
Un bois comme on n’en voit pas beaucoup en Poitou.
Il est dressé sur une croupe assez élevée, et il devrait dominer l’horizon.
Mais nous sommes dans un pays où les arbres suffisent à cacher les montagnes. On ne le voit que par échappée, par hasard, par quelque fissure dans la sylve, de loin, peut-être alors que de tout près, sous les couverts, on peut y arriver sans l’avoir vu.
Je sais cependant des endroits d’où on le découvre fort bien. On contemple alors un spectacle inhabituel au pays : un bois très sombre, presque noir, un bois de sapins et de pins. Il tourne le dos aux vents du nord. Il descend en pente roide au midi. Quand on en a trouvé l’accès, on est encore retardé par des genêts, des broussailles, des fougères.
Mais si l’on persévère, on atteint enfin le sol sableux où tombent d’en haut les fines aiguilles dorées. La brise prend une voix qu’elle ne possède que là. On est absolument loin, semble-t-il, de tout ce qui est vivant. Les branches commencent si bas qu’on ne peut voir très loin, mais les soirs d’été, le soleil couchant se glisse par en-dessous jusqu’au tréfonds du bois, et tout devient lumineux et blond. Le sol est parsemé de petites roches très dures, ce qui fait que de tout temps, ce bois s’est appelé le bois des Roches. Ne cherchez pas ailleurs : c’est là que tout se noue.
Vers la droite, on trouverait le vieux bourg de Goux, le Goos celtique, quatre maisons à peine. À gauche, c’est le
bocageux Fombedoire, qui fut longtemps Thérouanne. En face, à quelques deux cents pas, c’est la sombre masse arrondie, indéfrichée, indéchiffrable, pleine de ruines sous les grands arbres reste d’une forteresse moyenâgeuse, que l’on appelle la Motte d’Aiglemier. Entre ces deux gardiens immenses et silencieux, une ferme s’est nichée, dont à peine on aperçoit les toits. Et c’est La Foye, la Foye-de-Goux (1).
Là demeurait, avec sa femme et ses enfants, en l’an 1720, le fermier nouveau converti, Jean Savariau, des affaires duquel nous allons maintenant nous mêler. »
(1) Aujourd’hui commune de La Couarde (Deux-Sèvres)

Autres randonnées dans le secteur

De la Maison Forestière de l'Hermitain à la Cour de la Garde
Distance 11.27km Dénivelé positif +123m Dénivelé négatif -123m Durée 3h30 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Souvigné (Deux-Sèvres) - 79 - Deux-Sèvres

Agréable randonnée qui commence en face de la Maison Forestière de l'Hermitain, traverse une partie de la forêt, passe à la Gravette, chemine tout autour d'une partie du ruisseau de l'Hermitain et permet de découvrir une zone de jonction entre cette forêt de l'Hermitain et les zones agricoles proches de Romans. Une belle vue également du château de Reigné tout proche et une ferme fortifiée à la Cour de la Garde.

Les six fontaines de Savrelle
Distance 8.99km Dénivelé positif +86m Dénivelé négatif -87m Durée 2h45 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Souvigné (Deux-Sèvres) - 79 - Deux-Sèvres

Ce circuit de randonnée en terrain assez vallonné permet de découvrir la fontaine et le lavoir de Cougnat, des cimetières familiaux, la fontaine - lavoir du Paradis, des "talles" remarquables, la fontaine de la Perrière et sa mare, le bois des Chagnasses, la fontaine de la Garennerie, la fontaine de lavoir de Savrelle.

Cette randonnée met en évidence une faille géologique qui court de Saint-Maixent à Lezay, séparant le plateau mellois d'un fossé d'effondrement où coule la Sèvre Niortaise.

La Dame de Chambrille et la Forêt de l'Hermitain
Distance 9.64km Dénivelé positif +78m Dénivelé négatif -74m Durée 2h55 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Souvigné (Deux-Sèvres) - 79 - Deux-Sèvres

Très agréable randonnée sur de bons chemins le plus souvent ombragés. Au gré du parcours découverte de fontaines, de lavoirs, de mares, de la Dame de Chambrille et de la forêt de l'Hermitain, sans oublier un parcours sauvage le long du ruisseau des Grenats.

Boucle de la Folie à la Gravette
Distance 7.72km Dénivelé positif +113m Dénivelé négatif -115m Durée 2h30 Facile Facile
Départ Départ à Souvigné (Deux-Sèvres) - 79 - Deux-Sèvres

Agréable randonnée qui commence à la Folie, passe à la Gravette et chemine tout autour d'une partie du ruisseau de l'Hermitain et permet de découvrir une zone de jonction entre cette forêt de l'Hermitain et les zones agricoles proches de Romans. Une belle vue également du château de Reigné tout proche.

De la Forêt de l'Hermitain à Trémont, la Villédé et Vivier
Distance 11.59km Dénivelé positif +63m Dénivelé négatif -69m Durée 3h30 Moyenne Moyenne
Départ Départ à La Couarde - 79 - Deux-Sèvres

Agréable randonnée qui commence par la Forêt de l'Hermitain, se poursuit dans les paysages ouverts du côté de Trémont après avoir suivi le ruisseau de Chambrille, puis la plaine près delLa Villédé et Vivier avant de revenir à la Forêt de l'Hermitain en traversant le Bois de la Gandissière.

Forêt de l'Hermitain à La Couarde
Distance 10.48km Dénivelé positif +66m Dénivelé négatif -65m Durée 3h10 Moyenne Moyenne
Départ Départ à La Couarde - 79 - Deux-Sèvres

Belle randonnée en terrain varié : une première partie dans la zone légèrement vallonnée à proximité de la Couarde puis une seconde à travers la Forêt de l'Hermitain.
Ce circuit est riche en découvertes : le Patriarche (chêne remarquable), la Fontaine de Font Querré (cf. légende décrite dans la rubrique "Pendant la randonnée"), la Stèle du Parterre.

Coteaux et plaine entre Souvigné et Sèvre Niortaise
Distance 10.47km Dénivelé positif +107m Dénivelé négatif -103m Durée 3h15 Moyenne Moyenne
Départ Départ à Souvigné (Deux-Sèvres) - 79 - Deux-Sèvres

Cette randonnée entre Souvigné et la vallée de la Sèvre Niortaise permet de découvrir des paysages variés de coteaux, de bois et de plaine. Le Bois des Challoteries est représentatif des jolies forêts du secteur. De plus, les nombreux villages et lieux-dits traversés permettent de découvrir le bâti traditionnel du Sud Deux-Sèvres

Balade du côté de Prailles et du lavoir du Grand Ry
Distance 8.4km Dénivelé positif +33m Dénivelé négatif -32m Durée 2h30 Facile Facile
Départ Départ à Prailles - 79 - Deux-Sèvres

Belle petite randonnée au départ de Prailles, commune essentiellement rurale. C’est une région bocagère sillonnée de nombreux chemins de randonnée faisant le bonheur des amoureux de la nature. Pendant la balade le chemin passe à proximité immédiate du lavoir du Grand Ry.

Ce circuit largement ombragé est de ce fait très agréable même en cas de fortes chaleurs. De plus étant sur un plateau, le randonneur peut régulièrement sentir les effets du vent.

Pour plus de randonnées, utilisez notre moteur de recherche.

Les descriptions et la trace GPS de ce circuit restent la propriété de leur auteur. Ne pas les copier sans son autorisation.