Randonner seul

virgule
virgule
Visorandonneur
le mercredi 03 juin 2015 à 09:08

Bonjour,

je lance ce topic pour que ceux qui randonnent seuls partagent leurs expériences, en particulier au niveau sécurité.

Je randonne souvent seule avec mes chiens. En particulier, je fais toutes mes reconnaissances seule, avant de faire la vraie rando en compagnie d'amis.

En début de semaine, je me suis étalée dans un chemin très glissant. Je marchais vite, avec des chaussures déjà très usées, bref, c'est un peu de ma faute. Je me suis fait assez mal, mais heureusement il n'y a rien de cassé. Genou, hanche et bras avec de gros hématomes. J'étais au fond des bois, sur un chemin peu fréquenté, je ne sais même pas si les portables passaient.

Après coup, je me demande ce que j'aurais fait si je n'avais plus pu plier le genou, ou si je m'étais cassé quelque chose.

Ceux qui randonnent seuls, avez-vous des techniques pour ne pas risquer de passer la nuit avec une jambe cassée au fond des bois ? Je précise que je randonne près des zones habitées, et que ma famille finirait pas s'inquiéter, mais pas dans l'heure...

Randonneuse en Champagne et en Alsace.

Netra
Netra
Visorandonneur modérateur
le mercredi 03 juin 2015 à 09:24

Bonjour,

De mon point de vue, la première des sécurités réside dans le choix du terrain parcouru. Je randonne souvent seul en plaine ou en terrain a priori facile. J'évite de randonner seul en montagne et, quand cela m'arrive, c'est uniquement sur des parcours que je connais très bien (ce qui ne supprime pas le risque d'accident ou de mauvais temps, je le reconnais).

Inutile de dire qu'il est sage de prévenir son entourage de son projet de randonnée ...

Il me semble que le téléphone portable a pas mal changé la donne en matière de sécurité, d'information et d'alerte.

Bien cordialement,
Etienne
Modérateur Visorando

slinky
slinky
Visorandonneur modérateur
le mercredi 03 juin 2015 à 10:16

Bonjour,

Je pratique aussi à 80% la randonnée en solitaire.
Très souvent dans des zones inhabitées, sur des sentiers souvent peu fréquentés et parfois escarpés.
Je pense d’ailleurs souvent au risque d'accident dans ce genre de pratique, mais j'y pense et puis j'oublie...c'est la vie, c'est la vie.

Comme le dit Etienne, le téléphone à changé la donne, mais quelques mesures supplémentaires ne sont pas superflues, prévenir son entourage en fait partie.

Pour ma part, j'ai toujours en plus du repas et de l'eau :

  • Une trousse de secours (peu utile si je me casse une jambe ou un bras) mais qui peut servir à poser un garrot si besoin.
  • Une couverture de survie, en cas d'état de choc ou de nuit à la belle étoile ça peut servir aussi
  • Un sifflet (utile aussi lorsqu'il y a des chasseurs)
  • Une boussole
  • Un bout de corde avec un mousqueton
  • Un couteau
  • Des barres de céréales et des fruits secs.

Et mon carnet pour prendre des notes afin de faire la description du circuit...

Laurent
Le bonheur n'est pas au bout du chemin, il est le chemin...

bernardino
bernardino
Visorandonneur modérateur
le mercredi 03 juin 2015 à 10:19

Seule ou seul bonne question.
Il est vrai que comme le dit Netra le téléphone portable a changé la donne. Ce n'est certes pas une sécurité absolue, mais celle-ci existe t'elle vraiment?
Pour répondre à ta question Virgule, j'ai randonné souvent seul et même en montagne mais j'ai toujours :
- donné à mes proches mon itinéraire et par où je passe (et je n'ai jamais dévié de ce parcours, si difficulté j'ai toujours rebroussé chemin)
- randonné pour ces sorties sur des itinéraires fréquentés,
- entrepris ces sorties par météo favorable.
Et bien sur j'ai toujours sur moi un sifflet accessible (accroché à une lanière du sac à dos) élément qui permet d'alerter sur une bonne distance.
Maintenant vu mon grand âge je ne randonne plus seul, même pour les reconnaissances. Pour ces dernières, étant formateur à la FFRP) j'insiste sur cette reconnaissance à 2 ou plus car en groupe si l'animateur se fait le moindre mal il faut que quelqu'un assure le retour. Et avoir fait cette reconnaissance est gage de sécurité.

Très cordialement
Bernard
Modérateur Visorando

virgule
virgule
Visorandonneur
le jeudi 04 juin 2015 à 15:34

J'avais déjà le sifflet, pour faire revenir mon chien sans me casser la voix. Je vais ajouter à mon équipement une couverture de survie

Randonneuse en Champagne et en Alsace.

gazet
gazet
Visorandonneur
le vendredi 05 juin 2015 à 16:09

Bonjour,
Je randonne et j'ai beaucoup randonné seul et en zone de montagne...
Il y a un point qui n' a pas été abordé pour le randonneur solitaire en montagne (il me semble) :
La sécurité c'est d'être toujours en dessous de ce que l'on est techniquement capable de faire....
ou d'une autre manière maîtrisé le niveau supérieur pour être en sécurité à un niveau moindre...
Si l'on veut faire une randonnée à caractère alpin il faut s’être confronté aux techniques de l'alpinisme et en connaître certaines bases, savoir se déplacer en sécurité sur tous les types de surface inclinée ( terre, herbe, rocher, neige...)
D'autre part, emmener tout un tas de matériel ne se justifie pas toujours... la rapidité en montagne est un facteur de sécurité ( savoir respecter un horaire...) et le poids est un ennemi de la rapidité...
Donc il faut savoir faire le tri ...
Reinhold Messner disait que la qualité d'un alpiniste était inversement proportionnelle à la quantité de matériel qu'il emportait... certes,on ne peut pas transposer ça directement au randonneur.
Mais en résumé le matériel n'est pas suffisant (la sécurité ce n'est pas que dans le sac à dos)... il faut s' être préparé, entraîné....

virgule
virgule
Visorandonneur
le jeudi 11 juin 2015 à 15:35

En fait, je ne pensais pas à la randonnée de montagne, où on a tout préparé et prévenu ses proches ou son hôtel.

Je songeais à la petite reconnaissance d'une quinzaine de km qu'on fait à l'improviste tout près de chez soi, comme j'ai fait l'autre jour. Je n'avais évidemment aucune provision, ni couverture de survie, ni trousse de secours.
Dans un chemin très banal, j'ai glissé, et comme je marchais vite, j'ai fait une belle chute. Rien de grave, par chance, mais si je n'avais plus pu marcher, je pense que j'y aurais passé la nuit, car c'est un coin perdu où les portables passent mal.

Bref, je pensais plus aux balades sans danger, où le risque est finalement le même qu'en montagne, si les téléphones ne passent pas.

Randonneuse en Champagne et en Alsace.

virgule
virgule
Visorandonneur
le jeudi 11 juin 2015 à 15:38

J'ai relu les conseils sur le matériel... et j'en ai déduit qu'il faut absolument que j'abandonne mes chaussures de rando avec lesquelles je marche depuis deux ans non-stop, et dont les semelles sont totalement lisses, au point que les cailloux me piquent à travers.

Avec des chaussures correctes, je n'aurais pas glissé

Randonneuse en Champagne et en Alsace.

Hallu
Visorandonneur
le jeudi 25 juin 2015 à 14:11

Il n'y a aucun mal à randonner seul. Je le fais partout. En France il y a des avantages et des inconvénients par rapport aux autres pays. Ainsi, on randonne rarement vraiment seul, il y a toujours du monde sur les sentiers... Je randonne dans les Alpes, et quelque soit l'itinéraire tu croises toujours quelqu'un.

En revanche l'inconvénient, c'est que les sentiers français, y compris dans les parcs nationaux, sont dans un bien piteux état. Sentiers trop étroits, névés dangereux jamais aménagés, ponts qui disparaissent sans que ce soit marqué nulle part, balisage et panneaux médiocres... c'est vraiment affligeant. Si vous allez en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux USA ou en Scandinavie, vous verrez des sentiers en bien meilleur état. Ont-ils plus d'argent ? Non. Au contraire la France a une manne touristique incroyable, comment peut-on ne pas prendre soin de nos sentiers ? C'est donc un gros danger pour le randonneur solitaire. Perso j'emmène désormais toujours des bâtons pour la stabilité en pente, et par temps froid des crampons pour les éventuelles plaques de glace.

Il faut dire aussi en France qu'on a une mentalité de casse-cous. Il suffit de voir le nombre de randonneurs, parapentistes, skieurs etc... qui se tuent chaque année en refusant de respecter des règles de sécurité élémentaires. Et ça se voit sur nos sentiers, parfois très (trop ?) aériens. J'ai vu aussi parfois des câbles horriblement mal placés. Je pense notamment à la rando du lac du glacier d'Arsine depuis le col du Lautaret. Une partie avec chemin large est sécurisée avec un câble (car vide à côté), mais la suite, qui fait traverser une cascade sur un pierrier ultra glissant et un chemin très étroit n'a strictement aucune sécurité, c'est honteux.

visorando
visorando
Visorandonneur administrateur
le jeudi 25 juin 2015 à 15:33

Bonjour,

peux-tu continuer à discuter de l'entretien des sentiers sur ce sujet : https://www.visorando.com/forum-randonne... ?

Arnaud

Arnaud

Sur les sentiers des Vosges...

Dark Jador
Visorandonneur
le vendredi 26 juin 2015 à 09:25

Bonjour,
Voilà un petit fait divers qui confirme que les accidents arrivent essentiellement sur des parcours connus et près de chez soi ! Moralité: il faut revoir vos prétentions à la baisse et randonner autour de votre immeuble avec visu sur vos voisins ! Lol

En fait, la première règle élémentaire est d'utiliser un équipement en bon état notamment les chaussures, pour éviter les glissades . Vous en êtes arrivée à la même conclusion, bravo !

Plus sérieusement, si on part seul, prévenir un proche et lui donner un coup de fil au retour.Le tph doit servir en premier lieu à cela plutôt que de l'emmener comme un "joker" en cas de difficulté. Mémoriser les numéros indispensables (secours, etc).Calculer ses horaires larges afin de ne pas être surpris par la nuit . Après, il y a la panoplie des accessoires: sifflet, fusée éclairante, un fond de sac permettant de passer la nuit dehors : bougie, vêtement de pluie/chaud, gants, bonnet, alimentation...rester sur des itinéraires fréquentés et/ou répertoriés sans tenter le diable...et si cela ne suffit pas, s'en remettre à sa bonne étoile !

Utilisez les bâtons de randonnée, c'est excellent pour l'équilibre et pour se rattraper dans des situations scabreuses !

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

Hallu
Visorandonneur
le vendredi 26 juin 2015 à 10:44

En ce moment ce sont les névés qui sont assez dangereux. Bâtons indispensables, et ne pas nécessairement suivre la trace d'un autre... Parfois pour un névé dans des éboulis mieux vaut faire un détour jusqu'aux éboulis pour éviter la neige... C'est le cas par exemple en ce moment pour le chemin vers le refuge de Pilatte.
.

Anniec
Visorandonneur
le vendredi 07 août 2015 à 00:30

Je randonne toujours seule et j'adore ça, que ce soit en campagne ou en montagne (mais pas d'alpinisme seule).

J'utilise des équipements en bon état, mon sac est très léger et contient le matériel de sécurité de base : couverture de survie, couteau, frontale, boussole avec sifflet, carte IGN, briquet et pull polaire. Depuis 2 ans, j'ai ajouté une bombe au poivre.
Pourquoi un briquet ? Avez-vous déjà essayé d'allumer un feu avec des silex ou une pierre à feu ? Moi, oui !

Dark Jador
Visorandonneur
le lundi 10 août 2015 à 12:20

A mon sens, il manque à ce fond de sac : bonnet, une paire de gants, un lacet de rechange.

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

system45
Visorandonneur
le vendredi 29 janvier 2016 à 17:46

Bonjour
Moi déjà je préviens mes proches à l'endroit où je vais et à quel heure je rentre ensuite avec mon tel portable iPhone j'ai plusieurs applications avec des cartes télécharger avant de partir et des cartes utilisables avec position gps en cas où il''y a pas de réseau mais avant batterie charge à 100% et 2 batterie de secours charger également à 100%.
Après j'aime pas m'encombrer d'un sac à doc remplie et lourd donc je suivant les températures je prends un vêtement chaud en plus ensuite de quoi manger et surtout de quoi boire de l'eau de préférence après j'ai toujours une paire de jumelles un briquet mini lampe torche a led charger un couteau opinel et parfois mon chien suivant le parcours
Alors est ce que je prend assez de précaution ça je peux pas l'affirmer a 100% mais en général lors de la marche je fais très attention où je mais mes pieds et parfois analyse le terrain pour ne pas prendre de risque de chute surtout en montagne

naait
Visorandonneur
le mercredi 20 avril 2016 à 16:21

Bonjour à tous,
personnellement je randonne toujours seule, dans l'arrière pays niçois généralement.
Les seules craintes qu'a mon entourage c'est que je rencontre une personne mal intentionnée
je pense que la première règle à suivre, c'est la prudence. On peut être équipé jusqu'au coup, si on suit pas un minimum de règles qui ont été énoncées (ne jamais aller au-delà de ses limites, chaussures en bon état, étudier le parcours en amont...etc), tout ça ne servira à rien...
Il faut que la rando reste une source de plaisir

Dark Jador
Visorandonneur
le vendredi 22 avril 2016 à 10:02

J'ai débuté la randonnée très jeune dans un groupe au sein d'un club, comme probablement la majorité d'entre vous. Rien n'est plus précieux que l'expérience des seniors dans ce domaine.
Bien des années plus tard, j'ai évolué radicalement et progressivement dans ma pratique. Je me suis éloigné des clubs pour une raison qui en fera sourire plus d'un ou révoltera les autres, je m'explique: j'ai remarqué que dans les clubs de marche/rando mixte, les femmes ont une propension naturelle au bavardage que n'ont pas les hommes plus enclins à la concentration, au silence...
De retour d'une rando très matinale dans les Calanques, je redescendais la large piste qui va vers le parking de Luminy.J'ai croisé de très nombreux groupes de randonneurs qui partaient pour la journée vers Sugiton.J'ai observé ces groupes: les femmes se rassemblent et discutent de sujets qui les préoccupent, parfois à voix forte, troublant la quiétude des lieux, parfois en apnée pendant l'effort mais les soucis dentaires du petit dernier semblant l'emporter sur le rythme de marche et de respiration à adopter pendant la phase d'échauffement. ...je ne supporte plus !
Il semblerait qu'il y ait une explication scientifique à cette propension au bavardage féminin qui dépasse souvent un seuil raisonnable.
Les groupes d'hommes semblent plus disposés à la concentration sur l'activité du moment, à respecter le silence d'autrui et celui des lieux....pour autant, il ne me viendrait pas à l'idée de ne faire de la rando qu'avec des hommes, ce sport étant un moment de partage sans distinction de sexe mais voilà mon constat m'a emmené à fuir la foule des grands gr même si je n'exclus pas quelques échanges sur l'itinéraire ou au sommet. ...
J'ai par ailleurs constaté qu'il y avait de plus en plus de groupes exclusifs de femmes randonneuses sur les sentiers, heu.... on les entend de loin
Observez bien autour de vous lors de vos prochaines randos !

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

gazok54
gazok54
Visorandonneur modérateur
le vendredi 22 avril 2016 à 18:38

Bonsoir
Ouh là, notre ami Dark Jador va se prendre un retour de la gente féminine. Combien même a t'il un peu raison. Je dis un peu car j'ai un ami qui lui aussi est enclin au bavardage du début à la fin de la randonnée (il est du Sud de la France...). Ce qui fait que je m'échappe quelques fois devant ou quelquefois derrière pour retrouver calme et sérénité. .

gazok54 - modérateur

djip
Visorandonneur
le vendredi 22 avril 2016 à 19:10

Le bavardage, c'est ce qui m'a fait abandonner le groupe avec lequel je randonnais (également la fatuité de l'animateur qui refusait mes conseils car "j'étais nouvelle"...)
Je randonne donc souvent seule et pas seulement sur les parcours que je connais, j'adore me perdre!
J'ai bien sur trousse de secours, tel, bâtons, prudence et chiens, et je n'hésite pas à abandonner si le parcours ne passe pas, quitte à y retourner plus tard!

Dark Jador
Visorandonneur
le vendredi 22 avril 2016 à 19:41

Bonsoir,
Je constate avec amusement que ce problème est ressenti par d'autres personnes, qu'il est donc bien réel et qu'il n'est pas l'apanage des femmes et qu'il peut aussi y avoir des éléments mâles bavards dans un groupe et troublent le bon déroulement d'une sortie.
J'avoue avoir longuement réfléchi avant de poster mon témoignage sur un sujet sensible qui peut déplaire. Sur le terrain j'en ai fait une fixation telle que je m'exclus des groupes afin que le début de rando ne parte pas en vrille avec des engueulades.
Bien entendu, j'accepterais que des randonneuses exposent leurs griefs concernant la gent masculine et qui les poussent à randonner seule.

Et puis franchement, l'autonomie en rando, on y prend rapidement goût et la solitude est une bonne école de la débrouillardise !

Bonne soirée.

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

Dark Jador
Visorandonneur
le dimanche 24 avril 2016 à 08:36

@ Gazok54
Tu sais que la ville d'Embrun fait partie de la région PACA et donc du quart sud-est de la France, donc tu es assimilé à cette population qui a la réputation infondée d'être composée de tchatcheurs......

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

Dark Jador
Visorandonneur
le dimanche 24 avril 2016 à 09:54

PS: j'oubliais: on ne dit pas "combien même" mais "quand bien même"

Les gens du Sud sont peut-être bavards, ils sont certainement cultivés !

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

gazok54
gazok54
Visorandonneur modérateur
le dimanche 24 avril 2016 à 11:13

Bonjour.
C'est pas faux ce que tu dis Dark Jador. Ce que tu ne sais pas c'est que je suis un produit d'importation dans cette belle région que j'aie rejoint en septembre dernier. Ma vie, je l'ai essentiellement passée en Lorraine. Et là, on est moins bavards.
Sinon pour l'expression "combien même", sache que les deux options sont possibles et que celle que j'utilise relève plus du langage populaire que celle que tu cites à savoir "quand bien même".

gazok54 - modérateur

gazok54
gazok54
Visorandonneur modérateur
le dimanche 24 avril 2016 à 11:15

Mais on s'éloigne beaucoup du sujet d'origine.

gazok54 - modérateur

Dark Jador
Visorandonneur
le dimanche 24 avril 2016 à 11:44

Mes clichés ont la vie dure, surtout dans ton esprit !
Avancer que quelqu'un est bavard parce qu'il est du Sud (je te cite) en mettant en avant ton origine dont la caractéristique, selon toi, serait de ne pas présenter la tare d'être "bavard" en opposition aux gens du Sud dont ce serait la particularité principale interpelle quelque peu !
Les lecteurs apprécieront !

Désolé pour la digression, mais la philosophie est complémentaire de la randonnée pédestre !

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

gazok54
gazok54
Visorandonneur modérateur
le dimanche 24 avril 2016 à 11:53

Qui d'autre que toi peut être interpellé par une telle boutade.
Le forum de Visorando n'est pas destiné à la provocation donc j'en resterai là.

gazok54 - modérateur

Dark Jador
Visorandonneur
le dimanche 24 avril 2016 à 12:20

Ce n'est pas une boutade mais une maladresse, pas plus qu'il n'y a de provocation mais une mise au point.Les mots ont une signification, il convient d'en peser le poids.
Bonnes randonnées

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

Brigitte Domme
Visorandonneur
le mardi 31 mai 2016 à 11:16

Hum, hum, ce n'est pas vraiment ce que j'ai remarqué lors de mes randos! Ils sont au moins autant bavards que les femmes.

Oripy
Visorandonneur
le mardi 28 juin 2016 à 09:26

Pour revenir sur le sujet, il me semble étrange que personne n'ai mentionné les balises de détresse.

Bien mieux qu'un téléphone portable, ces balises permettent de contacter directement les secours et leur transmet les coordonnées GPS ainsi qu'un moyen de vous retrouver quelque soit les conditions météo.

Pour un randonneur seul en haute montagne, il me semble que c'est un outil très utile et sécurisant.

J'ai l'intention de faire la HRP dans quelques années (quand je pourrais me dégager 1,5 mois de vacances et quand je serais mieux entraîné) et je pense que ce sera un des objets que j'emporterai sans réfléchir.

Qu'en pensez vous ? Des retours d'utilisation ?

bibi
bibi
Visorandonneur administrateur
le mercredi 29 juin 2016 à 16:52

Pour ma part je suis assez septique face aux balises de détresse en montagne... Celles que j'ai vu émettent un signal lumineux pour localiser la victime, cela fonctionne si la lampe éclaire vraiment vers le haut, et n'est pas obstruée...
un téléphone portable permet de contacter les secours si il y a du réseau (pareil pour la balise). Ensuite il est vrai qu'il faut pouvoir se situer.

Netra
Netra
Visorandonneur modérateur
le mercredi 29 juin 2016 à 18:47

Bonsoir,

Même scepticisme que bibi quant aux balises de détresse en montagne.

De façon plus générale, autant je randonne souvent seul en plaine (en Ile-de-France pour ce qui me concerne), autant ça fait très longtemps que je ne pars plus jamais seul en montagne. C'est évidemment une attitude personnelle...

Bien cordialement,
Etienne
Modérateur Visorando

bernardino
bernardino
Visorandonneur modérateur
le mercredi 29 juin 2016 à 21:51

Bonsoir. Pour appeler les secours en montagne lorsque l'on randonne seul il existe une procédure qui relie le randonneur directement au PGHM ou au CRS de montagne, c'est la radio. Nos montagnes sont toutes couvertes par ces relais. Il suffit alors d'activer le relais le plus proche pour se mettre directement en contact avec cette entité de secours.
Oui mais cela nécessite une radio :
- Coût environ 400€, un abonnement aux réseaux pour les alpes le GRA basé à Chamonix 65€ : cet abonnement couvre toutes les Alpes sauf le massif du Mercantour : rajouter pour ce massif 20€ (à vérifier) et enfin un abonnement annuel pour l'utilisation de la fréquence allouée par l'ARCEP (ce tarif sera confirmé lors de la demande
- Il faudra aussi se renseigner sur les autres massifs pour le coût des divers autres abonnements.
Toutefois je pense que cet équipement est un grand plus pour un randonneur solitaire.

Très cordialement
Bernard
Modérateur Visorando

Seuqcaj Dramiag
Visorandonneur
le jeudi 15 septembre 2016 à 18:04

Bonjour,
Je randonne également seul en île-de-france (2500 kms/an) et je trouve judicieux les conseils de sécurité proposés. J'ajouterais que depuis peu je me suis procuré des bâtons de marche. C'est miraculeux pour éviter les ornières traitresse ou les côtes/descentes patinoires, mais aussi (celà va de soi) de très bonnes chaussures bien laçées. Pour ce qui est des groupes de randonneurs c'est (généralement) l'horreur !! Non seulement ils sont bavards comme des pies (que les pies me pardonnent) mais en plus les conversations n'ont strictement rien à voir avec la nature ou les paysages qu'ils traversent. Et je confirme que la parité est parfaite pour ce qui est de la tatche ! Un beau jours j'entendais à plusieurs centaines de moi des éclats de voix d'une telle intensité qu'il ne pouvais s'agir que d'une violent dispute. Allaient-t-ils en venir aux mains ? Que nenni, arrivés à ma hauteur j'ai contaté qu'il s'agissait d'un groupe -que dis-je, d'un troupeau !- qui éructait sur un sujet dénué de tout interêt. J'ai eu mal à ma nature ce jour là...Alors oui, la randonnée seul c'est le top !!!

Dark Jador
Visorandonneur
le vendredi 16 septembre 2016 à 08:14

Je pense que ces groupes sont en fait constitués de personnes seules...donc, lors des retrouvailles à l'occasion de ces sorties, tout le monde se lâche et s'en donne à coeur joie dans des échanges sonores sur tout et sur rien....
La rando seul, c'est bien mais à deux c'est mieux, ne pas échanger, ne pas manifester son émerveillement ou son étonnement sur ce qui nous entoure est parfois frustrant...

En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis.

virgule
virgule
Visorandonneur
le vendredi 16 septembre 2016 à 18:40

Avec un chien, c'est bien aussi

Randonneuse en Champagne et en Alsace.

Seuqcaj Dramiag
Visorandonneur
le vendredi 16 septembre 2016 à 19:12

Cela me rapelle cette magnifique épithaphe sur une tombe dans le cimetière des chiens d'Asnières (près de Paris)
Je cite : " souvent déçue par les hommes, jamais par mon chien " J'espère que ça n'est pas ton cas Virgule ?...Point barre.
::

virgule
virgule
Visorandonneur
le vendredi 16 septembre 2016 à 22:07

C'était de l'humour

Randonneuse en Champagne et en Alsace.

pikouze
Visorandonneur
le samedi 17 septembre 2016 à 10:54

Bonjour
Je randonne souvent seule et en montagne
Effectivement il faut un fond de sac équipé (couvert de survie, bonnet, gants...etc..) mais perso LE truc indispensable est l'évaluation du danger
Serai je capable de franchir ce passage à nouveau si je dois faire demi tour??
Si j'ai le moindre doute je n'y vais pas et je me dis que la montagne sera toujours là mais pas moi si je fais une co****
Je suis très curieuse de découvrir des endroits isolés (j'habite en ville) et le plus dur a été pour moi d'apprendre à faire demi tour , à accepter de "renoncer" (je me souviens de l'endroit et de mon indécision qui a duré plus d'une 1/2 heure sur un col !!)
Non savoir renoncer ce n'est pas baisser les bras c'est un gage de sécurité!
Ce jour là j'ai grandi

vaninadornano
vaninadornano
Visorandonneur
le vendredi 28 octobre 2016 à 13:18

Bonjour,je randonne en solo aussi.
le risque zéro n'existe pas et donc je veille à être bien équipée(portable,gps,etc)+je ne surestime pas mes capacités(et quand on n'est seul ,on ne se monte pas la sega...)+je pars tôt et je rentre tôt+
JE RESTE SUR LES SENTIERS FREQUENTES... ET DONC JE SORS LE DIMANCHE...EN SOLO
je réserve les autres jours aux groupes...bien cordialement

rogerdebil
Visorandonneur
le samedi 12 novembre 2016 à 11:49

bonjour à tous,
j'étais très intéressé en découvrant ce topic, car je randonne seul également et cherche un moyen de contacter mes proches dans des zones non couvertes par le GSM, qui sont malheureusement nombreuses dès que l'on s'éloigne des agglomérations.
Donc j'espérais que la discussion s'orienterait plus sur les systèmes Spot Connect Balise GPS satellite bluetooth ou autres .
Ces systèmes sont ils réservés aux grands baroudeurs ?
Ou existe t'il des téléphones "tri-bandes" ou je ne sais quels systèmes permettant de s'affranchir des limitations de couverture GSM ?

marcheultralégère
Visorandonneur
le lundi 19 décembre 2016 à 15:34

Bonjour,
Je découvre ce forum de discussion , je ne savais pas que ça s'appelait un topic, vous imaginez déjà ma position par rapport à tout ce qui est technologie nouvelle ! En fait je suis à l'opposé de l'intervenant précédent, je ne me soucie pas des GPS, je n'ai pas de téléphone portable ( c'est un objet de plus à porter), je suis en effet partisan de la MUL, c'est-à-dire que j'essaie de marcher le plus léger possible. Je constate que presque toutes les interventions concernant le thème "randonner seul", la question de la sécurité est au centre des préoccupations. Si je me blesse, qu'est-ce que je fais ? Si on m'agresse ? etc...Je pense deux choses : 1 on est plus en insécurité en ville en faisant ses courses , son jogging ou en y allant travailler que sur un chemin seul, en se baladant. 2 n'est-ce pas l'effet de l'ambiance générale ( terrorisme, état d'urgence, médias qui surfent la-dessus) qui fait que tout le monde a peur, de qui , des autres , de l'autre ?
Par les temps qui courent, j'affirme que la randonnée pédestre et en particulier la randonnée en solitaire constitue un refuge; un lieu -temps où on est bien car on ralentit le cours du temps en puisant par la mobilisation de toutes nos sensations dans tout ce que notre terre-mère recèle de prodigieux, Et je pense d'ailleurs que marcher seul amplifie cela.
Ne les laissons pas nous prendra aussi ce moment si précieux de notre vie. Qui c'est "les" ? Je ne développe pas car on va dire que j'utilise ce forum pour faire de la politique.
Je randonne seul sur de longues distances depuis une trentaine d'années( et oui j'ai 69 ans) ne marchant une semaine d'affilée ( quand je travaillais) et deux semaines depuis que je suis en retraite. J'ai commencé le GR7( Ballon d'Alsace, Andorre) il y a deux ans, en 2017, je ferai la distance Annonay, Lodève en mai. Evidemment, mon épouse est informée de chacune de mes étapes avant de partir, et roule bouboule. Je ne peux me passer de bons bâtons de marche, d'une bonne paire de chaussure que je change souvent. Le fait de marcher le plus léger possible n'est pas évident mais c'est un choix, d'une part ça coûte plus cher ( le sac, la veste, les prix je vous dis pas !), d'autre part c'est contradictoire avec le soi disant besoin d'emporter plein de trucs encombrants et lourds au nom de l'autonomie et la sécurité.
Et puis n'oublions pas ce qui reste d'aventure dans la rando, c'est précieux, un peu de risque nom de dieu !

jamatiti
jamatiti
Visorandonneur
le samedi 10 mars 2018 à 19:28

Bonjour
Ma petite contribution :

Ma toute micro expérience me fait penser que statistiquement les risques seraient dans l'ordre:
- Les chiens agressifs !
- La voiture trouvée cassée ou disparue au retour
- La luxation de cheville.
- Le changement de météo.
- L'épuisement, ou douleurs physique impromptues.
- La chute avec corporel.
- L'égarement

Les chiens : Batons, trompe à air comprimée, bombe au poivre.
Voiture cassée au retour : Ne rien laisser à vue, bloqueur de levier de vitesse. Rentrer 4h avant la nuit, avoir du liquide sur soi.
Luxation : Batons.
Changement de météo : Vetement chaud et poncho.
Epuisement : Bien connaitre son niveau, eau, barre alimentaire.
La chute avec corporel : Tel portable ou Trompe à air comprimée et faire SOS en morse.
L'égarement : Gps sur tel mobile, carte et boussole.

Laura_77
Visorandonneur
le dimanche 11 mars 2018 à 08:36

Bonjour Virgule.
Micro contribution.
Comme toi, je randonne uniquement avec mon chien.
Mais du coup, je ne me considère pas comme étant seule, puisque je ne randonnerais pas sans lui.
Il est dressé à trouver quelqu'un en cas de problème.
C'est mon système D...
Peut-être pas l'idéal en montagne, mais dans les sentiers relativement fréquentés, ou les zones péri-urbanisées ça marche sans problème...
Belles balades...
L.

virgule
virgule
Visorandonneur
le dimanche 01 avril 2018 à 17:09

J'ai longtemps randonné seule avec mon chien. Je confirme qu'avec un chien, on se sent en sécurité, même si c'est un chien inoffensif.

Au niveau sécurité, quand je randonne seule, je préviens mon entourage de l'endroit où je vais. Si je disparais, avec l'application visorando, on doit me retrouver facilement. C'est l'intérêt d'un gps.

Randonneuse en Champagne et en Alsace.

toplevel
toplevel
Visorandonneur traducteur
le mardi 03 avril 2018 à 16:29

Voilà un sujet intéressant t que je n'avais pas remarqué jusqu'à présent.
Pour ma part, je randonne seul en général, que ce soit à la journée ou en longs treks.
Mon principe de base est d'anticiper tout ce qui peut se produire (dans les limites du raisonnable) et que je peux éviter simplement ou fixer par moi-même.
En restant dans l'ordre du raisonnable, je n'emmène pas de kit de suture ni de chirurgie par exemple.

Ceux qui ont fait un stage CEETS reconnaîtrons l'acronyme: CCVMD

  • Conscience

Savoir où on va: se renseigner sur la topographie des lieux, la météo, les services disponibles, les nuisances ou
risques potentiels (tiques, vipères, chasse, animaux sauvages etc…)
les transhumances, périodes d'agnelage/vélage, patous, les évènements locaux etc.
Evaluer les difficultés (températures, dénivelés, types de terrain, poids à emporter, escape route, refuges…)
Regarder où on met les pieds, s’arrêter pour regarder
De l’eau

  • Communication

Prévenir avant de partir (contacts d’urgence, itinéraire, dates, points de chute…)
Avoir toujours un moyen de communication au cas où (smartphone chargé)
Avoir un moyen de signalisation d’urgence (sifflet, feu, lampe torche)
Avoir les numéros d’appels utiles

  • Vision

Protection des yeux (soleil, projections, allergies, etc)
Lunettes corrigée de rechange (ancienne paire, solaires corrigées), étui rigide
Lampe torche

  • Mobilité

Etat des pieds: Prévention (ongles incarnés, ampoules) / Réparation
Qualité des chaussures (confort, état général)
Orientation (où suis-je, où vais-je, depuis combien de temps, combien de temps encore)

  • Dextérité fine

Être capable de taper son code pour déverrouiller son mobile, de faire un feu, monter un abri d’urgence, panser une
plaie
Protection thermique, contre les coupures, prévention des brûlures

J’ai établi une carte heuristique qui m’a servi à définir mon fond de sac. L’idée est de partir l’esprit tranquille en sachant que l’on a anticipé tout ce qui est raisonnablement prévisible et qui pourrai pourrir la randonnée voire, pire.

Randonn'Eure & Loir'', j'aime partir, me détacher, voir ailleurs si j' y suis, rencontrer des inconnus sympas.

Toulaho
Visorandonneur
le mercredi 04 avril 2018 à 09:41

Il me semble qu'il manque un point important: "être en mesure de passer une nuit improvisée dehors, seul", ce qui implique d'être en possession d'un "fond de sac" permanent qui comprend un vêtement chaud, un vêtement de pluie, bonnet, gants qu'on peut compléter de quelques ustensiles en option: lacet de rechange, bougie, etc.....

On peut poursuivre la liste par un item "compétence'' : capacité physique du moment, niveau d'entraînement, expérience, niveau de pratique, etc.....de manière à adapter au mieux l'objectif à ses propres capacités en ayant toujours à l'esprit de garder une marge en dessous du seuil au-delà duquel l'entreprise est impossible, compromise, risquée, etc.....

"En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis".

randoman21
Visorandonneur
le mercredi 04 avril 2018 à 10:56

Bonjour,

cela fait maintenant un an que je préfère randonner seul (pas de bla bla, pas d'arrêt intempestif, etc.....) à la demi-journée ou à la journée.

Pour ma sécurité (toute relative je vous l'accorde) j'ai mis en place le système suivant.

Dès que j'ai tracé ma rando sur le site visorando j'y intègre des WPTS tous les 4 kms environ.

J'enregistre le PDF sur le bureau de l'ordi pour que mon épouse sache où je vais, où je suis stationné, quel mon itinéraire (toujours en boucle) et quels sont mes points de passage (WPTS).

Je randonne avec l'appli sur ma tablette sur laquelle j'ai aussi enregistré le PDF en cas de panne du GPS.

Dans mon téléphone portable, j'ai pré-enregistré des messages que j'envoie à mon épouse pour chaque situation
« go » pour le début de la randonnée,
« 1 ok » pour le premier WPT, « 2 ok » pour le second WPT et ainsi de suite,
« miam-miam » pour la pause casse-croûte,
« maison » pour la fin de randonnée et retour au domicile.

L'opérateur mobile choisi me permet de couvrir 99 % du territoire ou je randonne.

Sachant que je randonne à une moyenne d'environ 4,5 km/h cela permet à mon épouse de savoir à peu près où je me situe sur ma randonnée dont je respecte l'itinéraire scrupuleusement. En cas de souci concernant l'itinéraire je l'appelle et peut lui indiquer quelles sont mes nouvelles options d'itinéraires.

Cordialement

chris2103
Visorandonneur
le mercredi 04 avril 2018 à 14:41

Bonne idée... moi aussi je randonne en solo la plupart du temps....mais je ne fais que donner l'information dans quel coin je vais... Ceci dit c'est plutôt vague vue les possibilités aux alentours... Merci pour l'info
chris 2103

toplevel
toplevel
Visorandonneur traducteur
le mercredi 04 avril 2018 à 15:10

Entièrement de on avis Toulano.

Je le prends en compte mais pas dans le CCVMD, cela fait plutôt partie de la règle des 3.......
Mais ajouter une branche "Compétence" au CCVMD me paraît très opportun.

J'intègre dans mon fond de sac: une couverture de survie lourde, de la paracorde, firesteel, un peu de bois gras, écorce de boulot, boussole, carte, gants anti-coupure, bonnet,......

Randonn'Eure & Loir'', j'aime partir, me détacher, voir ailleurs si j' y suis, rencontrer des inconnus sympas.

Toulaho
Visorandonneur
le mercredi 04 avril 2018 à 16:15

@ Randoman21
Quelle chance d'avoir un "pc" ou un "camp de base" avec un point de contact en la personne de ton épouse, c'est la solution idéale pour une randonneur solo. Je pars 9 fois sur 10 d'un hôtel et je ne laisse pas de consigne particulière car j'ai l'impression que l'on m'écoutera poliment mais que la consigne sera oubliée par le(a) réceptionniste qui sera relevé(e) en cours de journée.....

@ Toplevel
Je pense que, comme tout randonneur expérimenté, tu sais faire ton "bilan de compétence" et que, inconsciemment, tu sais adapter ton objectif à tes capacités physiques du moment.En revanche, trop de randonneurs ou plus exactement de "promeneurs" ne font pas leur "introspection" et ne savent pas adapter l'objectif à leurs possibilités.Je l'ai constaté maintes fois lors de mes trois semaines passées dans les Calanques de Cassis....tu n'imagines pas les anecdotes que je pourrais raconter sur le niveau d'impréparation et d'improvisation de certains randonneurs: équipement inadapté, méconnaissance du massif, du niveau de difficulté des sentiers, pas de carte, etc, etc....j'ai halluciné !!!

"En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis".