Incivilités jusqu'aux plus haut des montagnes

telisa
Visorandonneur
le samedi 21 juillet 2018 à 09:51

Bonjour, je voulais témoigner du manque de respect auquel on peut parfois assister dans le Parc National du Mercantour. Ceci est un témoignage qui va m'aider à partager et peut-être ainsi évacuer un peu mon ra-le-bol mais malheureusement il n'y a pas grand chose à faire.

Il y a quelques jours, comme 3 ou 4 fois par an, j'avais décidé d'aller me ressourcer dans le Mercantour, avec comme goal, comme à chaque fois, découvrir un nouveau lac. Cette fois-ci, c'était le lac Nègre. J'ai imprimé mon petit itinéraire sur internet et rapidement, j'étais parti pour aller passer une belle journée. Une bonne partie de cette randonnée qui débute du parking de Salèse longe plus ou moins une petite route formellement interdite à l'accès et encore plus au stationnement (route réservée aux ayant droits _ comme c'est écrit de manière immanquable, à l'entrée). Après avoir marché environ la moitié des 2H00 à 2H30 de la randonnées et en arrivant à un croisement avec cette route, je me rend compte que 5 voitures sont garées le long du plus haut de cette route interdite et j'aperçoit des randonneurs qui préparent leur sac. A votre avis ça fait quelle sensation d'avoir l'impression d'avoir marché plus d'une heure "pour rien"? Quand on se rend compte que plus personne ne respecte quoi que ce soit. À ce stade de la randonnée, j'étais déjà halluciné, mais j'ai continué, car il n'y avait pas grand chose à faire. Rappeler à ces gens qu'ils n'ont rien à faire garé ici est inutile car ils le savent déjà et ce n'est pas l'esprit de la montagne que de chercher le conflit. J'ai donc continué ma route.

Ensuite, en montant un peu plus, j'ai eu la chance de ne pas croiser de patous, j'ai eu la chance (et j'espère que ça ne changera pas) de ne pas croiser de loups. Alors pourquoi est-ce-que des gens ont cru qu'ils avaient le droit de m'imposer leur gros chien détaché pendant qu'ils mangeaient et le laisser me sauter dessus alors qu'il est formellement interdit d'emmener un animal de compagnie dans le Parc National du Mercantour?

Honnêtement, si je décide de faire 2 heures de route et 2 heures de marche, ce n'est pas pour vivre le même manque de respect qu'on vit déjà quotidiennement sur les plages de Saint Laurent du Var où les chiens détachés règnent en maitres avec le consentement de leurs propriétaires (alors qu'encore une fois, c'est interdit).

Et vous, comment vivez-vous ce genre de comportement lorsque vous donnez tant d'effort, pour justement, essayer d'échapper à l'incivilité de la ville?

toplevel
toplevel
Visorandonneur traducteur
le samedi 21 juillet 2018 à 12:08

Comme je comprends ton sentiment et rien que la lecture de ton récit me fait bouillir.

Il en va de même pour toute sorte de manques de respect tels que les gens qui se garent volontairement à cheval sur deux emplacements, ou de travers etc...

Le fait de vouloir éviter l'affrontement, ça se comprend: tu sais d'avance que ce sera peine perdue, par définition les gens s'en fichent, et ça ne fera que pourrir d'avantage ta journée.

Pour ce qui du cas de leur gros chien: dans ce genre de situation je montre clairement ma position "je n'aime pas votre chien et vu lui donner un grand coup sur le museau si vous ne le tenez pas". Je ne me donne pas la peine d'aller voir les proprio, simplement, je me montre menaçant à l'égard de l'animal, je n'hésite pas à dire haut et fort "barre-toi sale cleps!" et ça marche très bien.

Pour ce qui est des voitures: je n'ai plus aucun état d'âme. Je prends des photos, si possible lorsque les gens sont encore là.
S'ils me demandent pourquoi, je leur explique qu'une fois qu'ils seront partis j'appelle la Gendarmerie pour qu'ils viennent verbaliser. Je reste aimable, voire même souriant.

Mais gare à la méprise!

Randonn'Eure & Loir'', j'aime partir, me détacher, voir ailleurs si j' y suis, rencontrer des inconnus sympas.

Thierryb26
Visorandonneur
le samedi 21 juillet 2018 à 13:01

Les pistes interdites mais ouvertes, c'est un grand classique. Certaines personnes aiment bien jouer avec les limites, pour ceux là il n'y a que la barrière solidement fermée qui convient.

Pour les voitures j'aurais au moins naïvement demandé comment adhérer au club des ayant droit (juste par curiosité hein).

Concernant les clebs même méthode que toplevel, avec une grosse pierre ça marche bien aussi. Par contre je croiserais avec plaisir quelques loups.

En parlant d'incivilité, il m'est arrivé un truc amusant dans la réserve des hauts plateaux du Vercors : Un jour de canicule et de final de mondial de foot, je suis allé avec 2 amis bivouaquer sur les hauts plateaux du vercors, bien installés au milieu de nulle part. Et bien alors qu'ils avaient quelques milliers d'ha à leurs disposition, un groupe est venu se mettre à une vingtaine de mètres de nous, avec radio à fond (interdit dans la réserve), et nous ont complètement pourri notre soirée. Je suis allé leur expliquer notre point de vue, mais ils étaient trop imbibés pour comprendre. Basse vengeance ils ont eu un réveil matinal avec tente qui s'effondre sur leur tronche.

toplevel
toplevel
Visorandonneur traducteur
le samedi 21 juillet 2018 à 13:27

avec radio à fond

ça me rappelle un autre moment mémorable. Nous étions vers la fin de la West highland Way (Ecosse), et déjà sous nos tentes.
C'était un tout petit terrain aménagé en bas de Glencoe Mountain Resort.
J'étais bien installé dans mon duvet quand j'entends deux jeunes asiatiques installer leur tente juste à côté de la mienne.
La place était très limitée et nous étions tous les uns sur les autres.
Voilà ty pas que les deux compères, une fois installés, se mettent à regarder des videos comiques (dans leur langue) et s'éclatent de rire sans aucune retenue.
Sérieusement, j'avais l'impression qu'ils étaient dans ma tente.
Je me suis dit, ça ne vas pas durer, fais abstraction.....ça a duré jusqu'à ce qu'une grosse voix écossaise fasse trembler les toiles de tentes.
La même voix qui s'était élevée plus tôt contre un couple qui se disputait

Quelle soirée!

Randonn'Eure & Loir'', j'aime partir, me détacher, voir ailleurs si j' y suis, rencontrer des inconnus sympas.