De l'utilité des cartes IGN 1/25000

pheno43
Visorandonneur
le vendredi 25 août 2017 à 22:54

En vacances aux Ménuires, devant le peu d'utilité de la carte "randos" de l'office du tourisme, je décide d'acheter les 2 cartes qui couvrent le domaine.
Surprise ! la carte et le terrain ne se correspondent pas !
Eh oui, nous sommes en 2017... et la carte qui est neuve... a été imprimée en 2008 d'après des photos aériennes de 2006 !
En 11 ans il s'en passe dans une station de ski !
Heureusement que j'ai une appli de rando avec un abonnement ign pour m'y retrouver !
Dégoûté quand même...

_yves_
Visorandonneur
le samedi 26 août 2017 à 10:17

Morale de l'histoire : avant d'acheter une carte papier, il faut toujours regarder, non seulement la date d'impression mais aussi celle du relevé topographique utilisé. Mais c'est vrai aussi pour les cartes en ligne !
Même si une nouvelle version de la carte est imprimée par l'IGN, les boutiques qui vendent ces cartes ne vont probablement pas en commander de nouvelles avant d'avoir épuisé leur vieux stock...
Le mieux est d'aller voir sur la boutique en ligne de l'IGN s'il existe une version plus récente.

Ceci dit, à part le cas particulier des stations de ski, plus parfois celui des itinéraires balisés (GR, GRP...) qui peuvent évoluer d'une année sur l'autre pour différentes raison, bref, en-dehors des informations "touristiques", la topographie n'évolue pas trop en une décennie...
Si l'IGN devait modifier ses cartes chaque fois qu'une remontée mécanique est créée ou un tracé de piste modifié à coup de bulldozer, ou chaque fois que la FFRP est obligée de modifier le tracé d'un GR, ça demanderait une réédition annuelle. Est-ce que tu imagines le nombre d'heures de travail nécessaires pour mettre à jour l'ensemble de la cartographie de l'IGN annuellement ? Qui en supporterait le coût ? Le contribuable ? Ou serais-tu prêt à acheter ces cartes trois fois plus cher ?

toplevel
toplevel
Visorandonneur traducteur
le samedi 26 août 2017 à 11:01

Les cartes imprimées ont un avantage sur les tuiles que tu télécharges sur ton smartphone ou les cartes visionnées en ligne: elles indiquent la date de leur dernière mise à jour, ce qui permet d'apprécier les différences que l'on peut constater entre la carte et le terrain.

J'aime partir, voir ailleurs si j' y suis, rencontrer des inconnus sympas.

En randonnant, forcément on rencontre moins de cons mais ils laissent tout de même des traces.

Toulaho
Visorandonneur
le samedi 26 août 2017 à 11:21

Je comprends le désarroi de Pheno43.
La carte papier reste pliée dans le sac. Je ne l'utilise que pour les panoramas et l'identification des sommets, peu de risques qu'ils bougent ceux-là !
Pour l'orientation, je me sers des cartes en ligne (geoportail). J'ai eu la surprise le 1er février de cette année de constater la mise à jour de la carte que je ne reconnaissais plus (!) (secteur Aix en Provence) tant les changements apportés à la carte étaient importants : ajout de maisons, cabanons dans la campagne, "requalification" de pistes en chemins, ajout de pistes, etc...

"En randonnée comme dans la vie, évitons les raccourcis".

_yves_
Visorandonneur
le samedi 26 août 2017 à 12:24

Mais même les cartes en ligne ne peuvent pas être 100% à jour !
J'ai déjà constaté ça avec celles de l'IGN (geoportail) pour des tracés de GR, sans parler des remontées mécaniques aux abords des stations de ski. Et parfois un refuge ou un gîte d'étape indiqué sur la carte mais qui n'existe plus.
Quant aux sentiers non balisés (ou balisés par des moyens locaux) si personne ne signale à l'IGN qu'ils ne sont plus entretenus, ils continuent de figurer sur les cartes. Les photos aériennes ne permettent pas toujours de suivre un tracé, par exemple en forêt ou dans des éboulis. Ces tracés sont ajoutés "à la main" sur les cartes en fonction des infos remontées du terrain.

toplevel
toplevel
Visorandonneur traducteur
le samedi 26 août 2017 à 14:09

Eh oui, faire le rapprochement entre le terrain et la carte ne requiert pas seulement le sens de l'observation, mais aussi un jugement personnel
Il ne suffit pas de chercher à comparer des éléments, encore faut-il reconnaitre s'ils sont durables, récents....
Par exemple, un lotissement de pavillons récents a de grandes chances de ne pas figurer sur la carte, une rivière, un pont ou un chateau d'eau, une église y figureront à coup sûr.

Certaines zones sont propices aux changements: stations d'activités de plein air, parcelles d'exploitation forestière...
Lors d'un stage nous avions été emmenés en pleine forêt avec un extrait de carte datant de 10 ans.
Après avoir traversé une portion de forêt dense, en zigzagant, nous sommes arrivés sur une voie carrossable bien faite et devions retrouver notre position sur la carte.
Nous-nous sommes tous plantés! La voie carrossable qui semblait correspondre parfaitement (orientation et tracé) à celle que mon binôme et moi avions choisie sur la carte.....et bien en réalité.... elle n'existait pas 10 ans auparavant

Si nous avions juste fait l'effort d'avancer 200m sur cette piste nous serions tombés sur un puit qui était bien marqué sur la carte et aurions facilement identifié notre position.

Un des enseignements de ce stage: ne jamais chercher à faire coller à tout prix la carte et le terrain, toujours s'interroger sur ce qui peut avoir changé.

Une autre fois, c'était une clairière indiquée sur la carte et nous ne la trouvions pas, pourquoi? Tout simplement parce-qu'il s'agissait d'une portion avec de nouvelles plantations et 10 ans plus tard devinez quoi! Les arbres faisaient déjà 2m50

J'aime partir, voir ailleurs si j' y suis, rencontrer des inconnus sympas.

En randonnant, forcément on rencontre moins de cons mais ils laissent tout de même des traces.

pheno43
Visorandonneur
le dimanche 27 août 2017 à 00:56

En fait, je trouve que le sérieux de la part de l'IGN serait de faire figurer en clair sur la couverture les dates de relevés et d'impression. En réexaminant les 2 cartes que j'ai achetées, je me rends compte que l'une a été imprimée en 2008 (édition 4) sur des relevés de 2006 tandis que l'autre a été imprimée en mars 2017 (édition 5). Il est évident que le commerçant a écoulé son stock. Si la date était écrite en clair sur la couverture, je ne me serais pas fait rouler par le libraire...
La bonne politique de l'IGN serait peut-être aussi de reprendre les vieux stocks...

pheno43
Visorandonneur
le dimanche 27 août 2017 à 01:09

Eh bien non, ce n'est pas la faute du commerçant...
IGN a mis à jour une carte et pas sa voisine... il n'existe pas plus récent sur le site de l'IGN que la carte que j'ai achetée...
J'en reviens à la date bien en évidence. C'est comme pour un produit alimentaire, on ne l'achète pas si on voit que la date est largement dépassée...

toplevel
toplevel
Visorandonneur traducteur
le dimanche 27 août 2017 à 09:30

Quand bien même la date de mise à jour serait en évidence sur la couverture, le client qui va pour acheter sa carte ne saura pas dire si elle d'actualité ou pas.

Mais tu peux toujours formuler ta suggestion sur le site de l'IGN

J'aime partir, voir ailleurs si j' y suis, rencontrer des inconnus sympas.

En randonnant, forcément on rencontre moins de cons mais ils laissent tout de même des traces.

pheno43
Visorandonneur
le dimanche 27 août 2017 à 21:11

C'est fait. J'ai envoyé un mail à service-client @ign.fr

toplevel
toplevel
Visorandonneur traducteur
le dimanche 27 août 2017 à 21:19

9a sera intéressant d'avoir leur réponse. Tiens-nous au courant

J'aime partir, voir ailleurs si j' y suis, rencontrer des inconnus sympas.

En randonnant, forcément on rencontre moins de cons mais ils laissent tout de même des traces.

_yves_
Visorandonneur
le dimanche 27 août 2017 à 21:37

Après, sauf cas particuliers (zones péri-urbaines, auxquelles j'aurais tendance à assimiler les stations de ski), et à part les informations touristiques en surcharge (tracés des sentiers balisés par la FFRP, gîtes d'étape...), une carte basée sur un relevé topographique datant de 10 ou 20 ans reste parfaitement utilisable.
En montagne, en-dehors de ces cas, les seules différences notables entre les cartes et le terrain sont dues au recul des glaciers.- et éventuellement au fait que certains sentiers figurant en tirets noirs sur des cartes un peu anciennes ne sont plus entretenus et ont disparu par endroits.
.
Via un autre forum j'ai récemment répondu à la demande d'un randonneur fan des anciennes cartes au 50000e Didier&Richard, basées sur les fonds de l'IGN. C'est vrai qu'elles étaient bien pratiques, car elles couvraient des massifs entiers contrairement aux cartes au 25000e, et suffisaient en général pour de la rando sur sentiers. Et il était ravi que je puisse lui envoyer des cartes datant des années 80 ou 90...

pheno43
Visorandonneur
le mercredi 30 août 2017 à 23:10

la réponse de l'IGN...
===
Bonjour,

Nous faisons suite à votre courriel portant sur la mise à jour de nos cartes au 1:25000.

Nos cartes au 1:25000 sont révisées en moyenne tous les 5 à 10 ans selon l’évolution du terrain et l’importance économique ou touristique de la zone.
A ce jour, le territoire français est couvert par environ 2000 cartes 1:25000. Pour des raison techniques, nous ne pouvons réviser chaque carte chaque année.

Nous vous informons qu’actuellement, l’IGN met à jour les cartes de base 1:25000 avec un nouveau type cartographique et un nouveau découpage, sur l’ensemble du territoire français.
A ce jour, seule une partie du territoire a été révisée dans le cadre de la nouvelle carte de base. La diffusion de la première édition de la nouvelle carte de base devrait se dérouler sur plusieurs phases, jusqu’en 2020.

Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à l'IGN et ses produits.

Cordialement,

_yves_
Visorandonneur
le mercredi 30 août 2017 à 23:41

Merci pour l'info, c'est bon à savoir.

Ceci dit, je pense de toute façon que je vais éviter d'acheter systématiquement les cartes au 25000e pour mes prochaines randos. Je trouve que la meilleure combinaison est une carte au 50000e (si elle existe) voire au 100000e pour avoir une vue d'ensemble d'un massif, pouvoir identifier les sommets lointains, etc., et l'usage du smartphone (en mode avion pour ne pas vider la batterie) pour le détail de l'itinéraire au 25000e.
Pas besoin d'appli et d'abonnement pour télécharger les cartes et pouvoir les consulter hors-ligne : il suffit de consulter avant le départ le site geoportail depuis le navigateur (pas depuis l'appli dédiée !), en balayant soigneusement toute la zone concernée. A condition de ne pas sur-utiliser le navigateur par la suite, les cartes restent dans le cache. Je fais attention à ne pas fermer l'onglet dans lequel le geoportail est ouvert, mais je pense que ce n'est même pas nécessaire.
Avec cette astuce, j'arrive sans problème à charger les cartes pour 2 jours de rando. En itinérant, il suffit de refaire la manip dès qu'on a à nouveau du réseau (et bien sûr de ne pas oublier de recharger la batterie du téléphone). Finalement lors de mes dernières randos je me suis aperçu que la carte restait dans le sac toute la journée...
Au moins avec le geoportail on est sûr d'avoir toujours la dernière version de la carte, même si elle n'est pas toujours très récente (cf. la réponse de l'IGN à ton courriel).

Roland Paingaud
Visorandonneur
le vendredi 14 septembre 2018 à 17:11

Ertes, les Français sont très forts ... " pour faire avaler la pilule.Mamie se vendent bien.

Roland Paingaud

skyppyy38360
skyppyy38360
Visorandonneur
le mardi 18 septembre 2018 à 10:13

Bonjour,
Effectivement je vous confirme que l'iGN est en tête des sociétés géographiques les plus performantes en terme de précision cartographique et sur la qualité de réalisation.

Je pense que l'on se plaint avec une cuillère en argent dans la bouche:
Tout ceux qui ont voyagé à l'étranger on pu constater la faible hauteur des renseignements des cartes locales.
On peut facilement s'en rendre compte en allant au Vieux Campeur par exemple rechercher les cartes de certains pays. C'est affligeant d'imprécision ou de manque de références cartographiques SAUF si l'IGN a été mandatée (certains pays d'Afrique francophone par exemple) ET OUI!
Il est hautement préférable d'appliquer le principe énoncé plus haut: toujours se poser la question de la pertinence de ce que vous voyez aujourd'hui avec la date de création de la carte.

Pour mémoire, l'IGN doit impérativement trouver des ressources propres pour son budget, la vente des cartes en fait partie (35% du budget sur 170 millions d'euros selon les sources internet 2013 de l' IGN "bilan d'activité")

Mais je conçois volontiers la surprise de déplier une carte neuve avec des informations d'il y a dix ans !
l'apposition de la date de création en GROS serait un plus et une incitation pour l'iGN à réviser ses cartes avec une périodicité plus courte.

RedfishTheCat
RedfishTheCat
Visorandonneur
le mercredi 19 septembre 2018 à 11:01

Le gros soucis actuel de l'IGN, est qu'il n'y a plus vraiment beaucoup de monde qui y travail en titulaire.
Ceux qui y sont encore ne sont pas aussi bien formés que ceux ayant commencés sur le terrain.
Et maintenant la majorité du boulot est fait par des prestataires.

J'ai passé 15j dans le Vercors en aout... et les cartes IGN son complètement dans les choux.
Que ce soit la version papier ou la version sur visorando (pourtant datée de 2016 pour cette dernière).

Essayez de descendre de la grande moucherolle par le côté ouest en suivant la carte IGN pour rigoler (fond 25.000 ou bdd idem).
Il faudrait passer par une barre rocheuse, infranchissable sans matos d'escalade et un bon niveau (terrain d'aventure, donc pas d'équipement).
Il n'y a jamais eut de chemin passant par là... en vrai, le sentier fait un gros crochet par le nord pour revenir ensuite.
Bref, même pas un soucis de mise à jour, c'est foireux depuis le départ.

Pendant ce temps... OSM est juste lui.
Je me suis amusé à superposer les deux carte sur cette zone.
http://poissonrougelechat.free.fr/Randon...

Et des trucs comme ça, j'en ai vu à la pelle... à chaque sortie dans le secteur.

Miaou !
=^_^=

Thierryb26
Visorandonneur
le mercredi 19 septembre 2018 à 14:31

Personnellement j'utilise osm régulièrement en vélo, et occasionnellement en rando, essentiellement pour le point soulevé ci-dessus par le chat.

l'avantage d'osm, c'est de bénéficier du travail gratuit des contributeurs. Peut être faudrait il que l'IGN s'ouvre à la cartographie collaborative.

Malheureusement, il y a de nombreuses lacunes, notamment une représentation du terrain médiocre (barres rocheuses, courbes de niveau, point cotés, toponymie). Sur le terrain, lorsqu'on suit avec la carto osm un chemin non répertorié, c,est simple : vu la pauvreté des infos, on est à peu près au milieu de nulle part. Et, évidement, pas de cartes papier.

skyppyy38360
skyppyy38360
Visorandonneur
le jeudi 20 septembre 2018 à 16:33

oups! un tout petit écart avec la réalité ,
le trait rouge en crête est un peu direct quand même!
Très sincèrement jamais remarqué alors que j'y suis déjà passé!! je devais